Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La loi Macron à l’épreuve de l'hémicycle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet de l'UA : la lutte contre Boko Haram à l'ordre du jour

En savoir plus

Economie

Athènes remboursera la BCE dans les temps

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/08/2012

Le ministère grec des Finances a assuré qu'Athènes allait, comme prévu, honorer sa dette de 3,2 milliards d'euros auprès de la BCE ce lundi. Cette annonce éloigne dans l'immédiat le risque d'une faillite de la Grèce.

AFP - La Grèce va s'acquitter lundi "sans aucun problème" auprès de la Banque centrale européenne (BCE) d'une dette de 3,2 milliards d'euros arrivée à échéance, dissipant dans l'immédiat le risque d'un défaut de paiement, a-t-on annoncé au ministère des Finances.

"La question est réglée, il n'y a aucun problème, la Grèce va s'acquitter dans la journée" de cette dette, "nous avons l'argent nécessaire", a affirmé à l'AFP une source au ministère, qui n'a pas précisé à quelle heure ce remboursement devait intervenir.

Privée de fonds dans l'attente d'une reprise des prêts à laquelle l'UE et le FMI ont consenti pour la sauver de la faillite, la Grèce avait levé la semaine dernière la somme exceptionnelle de 4,063 milliards d'euros en bons du Trésor à trois mois pour pouvoir couvrir ses besoins courants et éviter le défaut de paiement.

Cette émission -pour laquelle elle a dû accepter un taux d'intérêt de 4,43%- lui a permis de contourner l'écueil de l'arrivée à maturité, le 20 août, d'obligations souveraines détenues par la BCE.

La Banque centrale européenne, dont la Grèce avait dans un premier temps espéré une solution technique permettant de repousser l'échéance, avait donné son accord à la demande d'Athènes en vue de la levée d'une telle somme.

Pour reprendre leur perfusion, avec un versement attendu d'une tranche de prêts de 31,5 milliards d'euros, les bailleurs de fonds de la Grèce réclament qu'elle remette sur les rails le programme de redressement qu'ils prescrivent depuis deux ans.

Une décision européenne est attendue en septembre, tandis qu'Athènes plaide aussi pour un sursis de deux ans renvoyant de 2014 à 2016 son assainissement budgétaire, afin de pouvoir dans l'intervalle s'extraire de la récession dans laquelle l'austérité l'a engluée.

Première publication : 20/08/2012

  • GRÈCE

    Le PIB grec poursuit sa chute au deuxième trimestre 2012

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Grèce : Barroso exhorte Athènes à fournir "des résultats" pour rester dans la zone euro

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes accusée d'avoir recruté des fonctionnaires par milliers malgré l'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)