Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Lakhdar Brahimi évoque une "guerre civile" en Syrie, Damas s'insurge

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2012

À la suite d’un entretien accordé à FRANCE 24 au cours duquel le nouveau médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe a qualifié la situation en Syrie de "guerre civile", Damas a réagi, ce lundi, dénonçant une analyse "contraire à la réalité".

"Beaucoup de gens disent qu’il faut éviter la guerre civile en Syrie, moi je crois que nous y sommes depuis déjà pas mal de temps, il faut l’arrêter." Cette phrase prononcée sur l’antenne de FRANCE 24 dimanche 19 août par le tout nouveau médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, provoque l’ire de Damas. Le ministère syrien des Affaires étrangères a ainsi estimé que cette déclaration était "contraire à la réalité".

"Parler de guerre civile en Syrie est contraire à la réalité et [c'est un terme qui] se trouve uniquement dans la tête des comploteurs. Ce qui se passe sur le terrain, ce sont des crimes terroristes qui visent le peuple syrien et qui sont perpétrés par des bandes salafistes armées soutenues par des pays connus", a indiqué un communiqué du ministère repris par les médias officiels.

"Une guerre civile, c’est la forme de conflit la plus cruelle. Quand un voisin tue son voisin, et parfois son frère, c’est le pire des conflits," avait poursuivi Lakhdar Brahimi, deux jours après son nomination.

Reçu ce lundi 20 août à l’Élysée, l’ancien ministre algérien des Affaires étrangères a rappelé l’importance de la France, qui assure la présidence tournante du Conseil de sécurité des Nations unies, "dans tout ce qui se passe autour de la Syrie". Le président François Hollande a, pour sa part, indiqué qu’il ne pouvait y avoir de solution politique au conflit sans le départ de Bachar al-Assad.

Lakhdar Brahimi doit prendre la relève de Kofi Annan à l'expiration de son mandat à la fin du mois.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien de Lakhdar Brahimi sur FRANCE 24 en cliquant ici.

Première publication : 20/08/2012

  • L'ENTRETIEN

    Lakhdar Brahimi espère le soutien du Conseil de sécurité de l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le CNS exige des excuses du nouveau médiateur pour la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)