Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Vol Air France Paris-Beyrouth : "Se poser à Damas était la seule solution"

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 20/08/2012

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a durement critiqué la décision d'Air France de dérouter un avion à destination de Beyrouth vers Damas. La compagnie aérienne affirme qu'elle n'avait pas d'autre choix.

Une "énorme bêtise". C’est en ces termes que Laurent Fabius a critiqué samedi 18 août la décision prise par Air France de dérouter vers Damas un vol à destination de Beyrouth, en raison d’une situation jugée préoccupante dans la capitale libanaise. Le chef de la diplomatie française ne décolère pas et a réitéré ses critiques sur les ondes de RTL ce lundi. "C'était extrêmement dangereux [...]. Les décisions dans ces circonstances sont compliquées à prendre mais en plein conflit, se poser à Damas, vous conviendrez avec moi que ce n'était pas la décision la plus pertinente, et je suis diplomate", s’est ainsi indigné le ministre.

Mercredi 15 août, Air France a décidé de ne pas faire atterrir son vol à destination de Beyrouth pour des raisons de sécurité. Ce jour-là, en effet, le clan des Mokdad revendiquait l’enlèvement au Liban d’une quarantaine de Syriens en représailles au rapt de l’un des leurs en Syrie par les rebelles syriens. Les routes d’accès à l’aéroport de Beyrouth étaient coupées dans la soirée en raison de manifestation de membres de cette famille chiite. Une route réputée dangereuse lorsque des tensions agitent le pays, des milliers d'enlèvements y ont notamment eu lieu pendant la guerre civile (1975-1990).

Damas plus sûre que Beyrouth ?

La situation à Beyrouth est alors jugée trop dangereuse par Air France qui, après une heure environ à tourner au-dessus de la capitale libanaise et quelques tergiversations, fera atterrir l’avion à Damas. Mais l’itinéraire bis a de quoi surprendre. L’aéroport de Damas qui n’accueille plus de vol Air France depuis de longs mois est jugé plus sûr pour atterrir, malgré la situation de quasi guerre civile que connaît la Syrie.

De quoi s’étonner pour Laurent Fabius qui a exigé de la compagnie, dont l’Etat français est le principal actionnaire, des "compléments d’informations" sur ce vol.

Joint par FRANCE 24, Cédric Leurquin, l’un des porte-parole d’Air France, explique en premier lieu que la décision du déroutage de l’avion n’a pas été prise du seul fait du commandant de bord. "C’est une décision grave, rare et que l’on ne prend qu’en cas de force majeure. Le commandant de bord et la direction d’Air France ont décidé de dérouter le vol notamment sur les indications de la Direction de la sûreté d’Air France et également des équipes d’Air France présentes au Liban", justifie-t-il.

Le Quai d’Orsay en contact avec Air France tout au long du déroutement

Aucune autre compagnie aérienne n’a eu les mêmes inquiétudes et n’a choisit d’agir de la sorte. Cédric Leurquin reconnaît que le choix d’Air France, isolé, "peut paraître surprenant". Mais "le Liban est un pays où la situation peut changer très rapidement. En l’espace de deux ou trois minutes, un aéroport qui était sécurisant pour atterrir peut devenir dangereux", avance-t-il.

Le porte-parole d’Air France insiste surtout sur le fait que Damas n’était pas la première destination du vol dérouté. Il a demandé à se poser d’urgence à Amman en Jordanie, mais la route aérienne lui a été refusée. "La route vers Amman étant indisponible et compte tenu du peu de carburant qu’il lui restait, Damas était la seule solution qui restait au commandait de bord", affirme Cédric Leurquin.

Face aux critiques de la diplomatie française, il tient à rappeler que "la cellule de crise du Quai d’Orsay était en contact avec Air France tout au long du déroutement, et que l’ambassadeur de France au Liban était fortuitement présent dans l’appareil et a pu s’entretenir avec le commandant de bord". Joint par FRANCE 24, le porte-parole du Quai d’Orsay n’a pas souhaité donner plus d’informations que les déclarations faites par Laurent Fabius.

Périple de 20 heures

Laurent Fabius reproche par ailleurs à Air France d’avoir mis en danger les passagers du vol, au nombre desquels figuraient des personnalités libanaises hostiles au régime de Bachar al-Assad. "Imaginez un instant que les autorités syriennes aient fouillé l'avion et vérifié les identités", s’est ainsi indigné le ministre. La liste de ces personnes n’a pas été rendue publique.

L’avion restera 2h20 sur le tarmac de l’aéroport de Damas, temps nécessaire au ravitaillement en kérosène de l’appareil. Selon les témoignages de passagers rapportés dans la presse et notamment par le quotidien libanais "L’Orient-le-jour", l’équipage a demandé aux voyageurs de ne pas prendre de photos, d’éteindre les lumières et de bien maintenir les cache-hublots fermés.

Après, l’escale damascène, la situation à Beyrouth "ne permettait toujours pas de s’y diriger", selon le porte-parole d’Air France. C’est donc à l’aéroport chypriote de Larnaca que l’avion a fini par atterir. Les 174 passagers rejoindront finalement la capitale libanaise le lendemain, après un périple de plus de 20 heures.

Première publication : 20/08/2012

  • PROCHE-ORIENT

    Les représailles de la famille Mokdad ou "l'effondrement de l’État libanais"

    En savoir plus

  • LIBAN

    La justice militaire libanaise pointe son doigt vers la Syrie

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    La crise syrienne provoque un regain de tension au Liban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)