Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Moyen-orient

Vol Air France Paris-Beyrouth : "Se poser à Damas était la seule solution"

©

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 20/08/2012

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a durement critiqué la décision d'Air France de dérouter un avion à destination de Beyrouth vers Damas. La compagnie aérienne affirme qu'elle n'avait pas d'autre choix.

Une "énorme bêtise". C’est en ces termes que Laurent Fabius a critiqué samedi 18 août la décision prise par Air France de dérouter vers Damas un vol à destination de Beyrouth, en raison d’une situation jugée préoccupante dans la capitale libanaise. Le chef de la diplomatie française ne décolère pas et a réitéré ses critiques sur les ondes de RTL ce lundi. "C'était extrêmement dangereux [...]. Les décisions dans ces circonstances sont compliquées à prendre mais en plein conflit, se poser à Damas, vous conviendrez avec moi que ce n'était pas la décision la plus pertinente, et je suis diplomate", s’est ainsi indigné le ministre.

Mercredi 15 août, Air France a décidé de ne pas faire atterrir son vol à destination de Beyrouth pour des raisons de sécurité. Ce jour-là, en effet, le clan des Mokdad revendiquait l’enlèvement au Liban d’une quarantaine de Syriens en représailles au rapt de l’un des leurs en Syrie par les rebelles syriens. Les routes d’accès à l’aéroport de Beyrouth étaient coupées dans la soirée en raison de manifestation de membres de cette famille chiite. Une route réputée dangereuse lorsque des tensions agitent le pays, des milliers d'enlèvements y ont notamment eu lieu pendant la guerre civile (1975-1990).

Damas plus sûre que Beyrouth ?

La situation à Beyrouth est alors jugée trop dangereuse par Air France qui, après une heure environ à tourner au-dessus de la capitale libanaise et quelques tergiversations, fera atterrir l’avion à Damas. Mais l’itinéraire bis a de quoi surprendre. L’aéroport de Damas qui n’accueille plus de vol Air France depuis de longs mois est jugé plus sûr pour atterrir, malgré la situation de quasi guerre civile que connaît la Syrie.

De quoi s’étonner pour Laurent Fabius qui a exigé de la compagnie, dont l’Etat français est le principal actionnaire, des "compléments d’informations" sur ce vol.

Joint par FRANCE 24, Cédric Leurquin, l’un des porte-parole d’Air France, explique en premier lieu que la décision du déroutage de l’avion n’a pas été prise du seul fait du commandant de bord. "C’est une décision grave, rare et que l’on ne prend qu’en cas de force majeure. Le commandant de bord et la direction d’Air France ont décidé de dérouter le vol notamment sur les indications de la Direction de la sûreté d’Air France et également des équipes d’Air France présentes au Liban", justifie-t-il.

Le Quai d’Orsay en contact avec Air France tout au long du déroutement

Aucune autre compagnie aérienne n’a eu les mêmes inquiétudes et n’a choisit d’agir de la sorte. Cédric Leurquin reconnaît que le choix d’Air France, isolé, "peut paraître surprenant". Mais "le Liban est un pays où la situation peut changer très rapidement. En l’espace de deux ou trois minutes, un aéroport qui était sécurisant pour atterrir peut devenir dangereux", avance-t-il.

Le porte-parole d’Air France insiste surtout sur le fait que Damas n’était pas la première destination du vol dérouté. Il a demandé à se poser d’urgence à Amman en Jordanie, mais la route aérienne lui a été refusée. "La route vers Amman étant indisponible et compte tenu du peu de carburant qu’il lui restait, Damas était la seule solution qui restait au commandait de bord", affirme Cédric Leurquin.

Face aux critiques de la diplomatie française, il tient à rappeler que "la cellule de crise du Quai d’Orsay était en contact avec Air France tout au long du déroutement, et que l’ambassadeur de France au Liban était fortuitement présent dans l’appareil et a pu s’entretenir avec le commandant de bord". Joint par FRANCE 24, le porte-parole du Quai d’Orsay n’a pas souhaité donner plus d’informations que les déclarations faites par Laurent Fabius.

Périple de 20 heures

Laurent Fabius reproche par ailleurs à Air France d’avoir mis en danger les passagers du vol, au nombre desquels figuraient des personnalités libanaises hostiles au régime de Bachar al-Assad. "Imaginez un instant que les autorités syriennes aient fouillé l'avion et vérifié les identités", s’est ainsi indigné le ministre. La liste de ces personnes n’a pas été rendue publique.

L’avion restera 2h20 sur le tarmac de l’aéroport de Damas, temps nécessaire au ravitaillement en kérosène de l’appareil. Selon les témoignages de passagers rapportés dans la presse et notamment par le quotidien libanais "L’Orient-le-jour", l’équipage a demandé aux voyageurs de ne pas prendre de photos, d’éteindre les lumières et de bien maintenir les cache-hublots fermés.

Après, l’escale damascène, la situation à Beyrouth "ne permettait toujours pas de s’y diriger", selon le porte-parole d’Air France. C’est donc à l’aéroport chypriote de Larnaca que l’avion a fini par atterir. Les 174 passagers rejoindront finalement la capitale libanaise le lendemain, après un périple de plus de 20 heures.

Première publication : 20/08/2012

  • PROCHE-ORIENT

    Les représailles de la famille Mokdad ou "l'effondrement de l’État libanais"

    En savoir plus

  • LIBAN

    La justice militaire libanaise pointe son doigt vers la Syrie

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    La crise syrienne provoque un regain de tension au Liban

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)