Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

Athènes réclame plus de temps pour réformer son économie

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/08/2012

Dans un entretien au journal allemand Bild, le Premier ministre grec Antonis Samaras a dit souhaiter un répit pour relancer la croissance de son pays, tout en s'engageant à respecter ses obligations.

AFP - Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, demande "un peu d'air" c'est-à-dire plus de temps pour mettre en place les réformes structurelles dans son pays, dans un entretien à paraître mercredi dans le quotidien allemand Bild.

"Tout ce que nous voulons, c'est un peu d'air pour respirer, pour remettre l'économie en route et accroître les revenus de l'Etat. Plus de temps ne signifie pas automatiquement plus d'argent", affirme-t-il alors qu'il doit se rendre à Paris et Berlin en fin de semaine.

Rappelant les efforts déjà accomplis par la Grèce et la situation difficile à laquelle elle doit faire face, le chef du gouvernement grec affirme "tout faire pour maintenir à flot le pays pendant que nous mettons en place les réformes".

"Que les choses soient claires: nous ne demandons pas d'argent supplémentaire, nous nous tenons à nos engagements et à remplir nos objectifs", souligne M. Samaras.

"Mais nous devons relancer la croissance car cela permet de réduire les déficits", ajoute-t-il.

"Si on laisse tomber la Grèce maintenant, l'incertitude pour les autres pays et leur vulnérabilité vont s'accroître", estime-t-il.

M. Samaras juge par ailleurs qu'une sortie de la Grèce de la zone euro serait "une catastrophe". "Cela signifierait au moins cinq années de récession supplémentaire et de laisser augmenter le chômage de plus de 40%".

Selon lui, ce serait donc "un cauchemar pour la Grèce: un désastre économique, des troubles sociaux et une crise de la démocratie inédite".

"Le niveau de vie grec au cours des trois dernières années a baissé de 35%. Un retour à la drachme signifierait immédiatement qu'il baisserait encore d'au moins 70%. Quelle société, quelle démocratie peut survivre à cela ?, s'interroge le chef du gouvernement grec.

La Grèce qui est entrée dans sa cinquième année de récession, doit réaliser 11,5 milliards d'euros d'économies à travers des coupes budgétaires drastiques et des réformes structurelles. Antonis Samaras voudrait obtenir un sursis de deux ans, renvoyant à 2016 le retour à l'équilibre des comptes publics jusque-là prévu pour 2014.

Mais l'Allemagne refuse pour l'instant toute renégociation du plan d'aide et s'est bornée à répéter ces dernières semaines qu'elle ne prendrait aucune décision avant la publication d'un rapport de la "Troïka" des créanciers internationaux (UE-FMI-BCE).

Ce rapport attendu en septembre évaluera l'avancement des réformes mises en oeuvre par la Grèce dont dépend le versement d'une tranche d'aide supplémentaire de 31,5 milliards d'euros.

Antonis Samaras doit rencontrer mercredi le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker avant de se rendre vendredi à Berlin pour s'entretenir avec la chancelière Angela Merkel puis de rejoindre Paris samedi pour un rendez-vous avec le président français François Hollande.

Première publication : 22/08/2012

  • ZONE EURO

    Athènes remboursera la BCE dans les temps

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le PIB grec poursuit sa chute au deuxième trimestre 2012

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Grèce : Barroso exhorte Athènes à fournir "des résultats" pour rester dans la zone euro

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)