Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Peres, entre hommages et critiques"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Y a-t-il un pirate dans la voiture?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump accuse Google de rouler pour Hillary Clinton

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Soudan accusé d'attaques chimiques au Darfour

En savoir plus

LE DÉBAT

Mondial de l'automobile : quel avenir pour la voiture ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Mondial de l'automobile : quel avenir pour la voiture ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la droite : semaine maudite pour Nicolas Sarkozy

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle américaine : avantage Hillary Clinton

En savoir plus

FOCUS

L’Afghanistan dans l’impasse politique

En savoir plus

Economie

La "Romney Girl" suisse des démocrates américains agace Berne

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/08/2012

À grand renfort de clichés, un clip de campagne démocrate dirigé contre Mitt Romney met en scène une "Romney Girl" vêtue de l'habit traditionnel des alpages et spécialiste de l’optimisation fiscale. Au grand dam de Berne...

La Suisse a peu apprécié d’être devenue une victime collatérale de l’offensive tous azimuts des démocrates américains pour dépeindre le candidat républicain à la présidentielle Mitt Romney en millionnaire adorant les paradis fiscaux. Ainsi, le Département fédéral suisse pour les Affaires étrangères s’est officiellement plaint, mardi 21 août, d’un clip de campagne baptisé “the Romney Girl” auprès de Washington.

La vidéo - une parodie de la chanson “Barbie Girl” du groupe Aqua, en 1997 - ne fait, il est vrai, pas dans la dentelle. Un sosie du candidat républicain s’y trémousse aux côtés de sa “Romney Girl” qui se présente comme la miss "Compte en banque suisse”. Vêtue d’une version très aérienne de l'habit traditionnel tyrolien - le dirndl -, cette blonde arbore un fier sourire nigaud et admiratif des acrobaties fiscales attribuées à Mitt Romney, qu'elle accompagne à travers un tour du monde des paradis fiscaux.

Mitt Romney, dont la fortune est estimée à 230 millions de dollars, est soupçonné par les démocrates d'avoir fortement optimisé fiscalement sa fortune. L'accumulation de clichés sur la Suisse présents dans la vidéo a attristé Berne, pour qui ce film donne, à tort, l’”impression qu'avoir un compte bancaire [dans le pays] est suspect en soi et que le seul but d'en ouvrir un est de dissimuler de l'argent au fisc”.

La vidéo n’est que la partie la plus virale du dispositif “Romney Girl” mis en place par les soutiens, sur le Net, à la réélection de Barack Obama en novembre prochain. La jeune demoiselle en dirndl et à l'accent suisse-allemand dispose par ailleurs, en effet, d’un compte Twitter et d’un site internet à sa gloire. L’internaute peut y lire une biographie réalisée avec les mêmes gros sabots peu avares en clichés sur les Suisses : fille d’une ouvrière d'une usine Nestlé et d’un fabricant de coucou, la "Romney Girl" était conseillère en optimisation fiscale pour la filiale off-shore d’une grande banque helvétique avant d'immigrer aux États-Unis pour rejoindre une communauté de chanteurs de “yodlers” [le chant traditionnel suisse, NDLR] et de producteurs laitiers.

Une charge à l’artillerie lourde censée rappeler aux électeurs américains les réticences qu'a Mitt Romney à rendre public les détails sur ses revenus. S'il avait finalement accepté, en janvier 2012, de révéler sa déclaration fiscale de l'année 2010, il refuse toujours, à ce jour, de faire de même pour l'année 2011. Le magazine américain Vanity Fair a par ailleurs révélé, en juillet dernier, que le candidat républicain à la présidentielle disposait, jusqu’en 2010, d’un compte en Suisse de 3 millions de dollars.

Première publication : 22/08/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Paul Ryan, le joker fiscal de Mitt Romney

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Le monde selon Mitt Romney

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney est-il trop riche pour la Maison Blanche ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)