Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

Moyen-orient

Pour le CNS, Tlass et Hidjab n'ont pas leur place dans un gouvernement de transition

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/08/2012

Le chef du CNS, Abdulbaset Sieda, affirme à FRANCE 24 qu'il n'y a pas de place pour le général Manaf Tlass ou pour l'ex-Premier ministre Riad Hidjab dans un futur gouvernement de transition. Les deux hommes ont récemment fait défection.

Dans un entretien accordé à FRANCE 24, le chef du Conseil national syrien (CNS), Abdulbaset Sieda, affirme qu’il n’y a pas de place pour le général Manaf Tlass ou pour l’ancien Premier ministre syrien Riad Hidjab dans un futur gouvernement de transition. Ces deux figures du régime de Bachar al-Assad ont récemment fait défection. La déclaration d'Abdulbaset Sieda intervient après qu'il ait rencontré Manaf Tlass à Paris.

Le président du CNS, principale instance de l’opposition, estime toutefois que Manaf

Tlass comme Riad Hidjab pourraient jouer un autre rôle. "Les personnalités qui seront au gouvernement de transition devront s’être engagés en faveur de la révolution dès son début. C’est il me semble une revendication légitime du peuple syrien, estime Abdulbaset Sieda. Nous accueillons toutefois toute personne qui fait défection et nombreux sont ceux qui pourront prendre par à la reconstruction ", a-t-il déclaré, évoquant Tlass et Hidjab.

Reçu par le président français François Hollande le 21 août, Abdulbaset Sieda avait annoncé à cette occasion qu’il travaillait à la formation d’un gouvernement de transition.

Ancien ami intime de Bachar al-Assad

Ancien proche du président syrien Bachar al-Assad, Manaf Tlass a fait défection le 7 juillet. Cet ancien général de la garde républicaine a rejoint Paris et s’est rapidement posé en rassembleur de l’opposition syrienne sans toutefois condamner l’armée loyale au pouvoir de Damas. Il s’est également rendu en Arabie saoudite et en Turquie où il a rencontré le ministre des Affaires étrangères turc Ahmet Davutoglu. Fin juillet, le fils de l’ancien ministre de la Défense Moustapha Tlass avait indiqué œuvrer en vue d’une solution au conflit. "J'essaie, autant que je peux, d'aider à unifier les gens honnêtes en Syrie et à l'étranger pour élaborer une feuille de route en vue d'une sortie de crise", avait ainsi déclaré cet ancien ami intime de Bachar al-Assad, dans un entretien paru fin juillet dans le quotidien saoudien "al-Sharq al-Awsat".

La défection de l’ancien Premier ministre Riad Hidjab est plus récente. Il a quitté son poste pour rejoindre la Jordanie le 6 août. Depuis Amman, celui qui reste à ce jour le plus haut responsable à avoir tourné le dos au régime a dénoncé un "génocide" en Syrie. Mi-août, il s’est à nouveau exprimé pour remercier notamment l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie pour leur soutien à l’opposition, et a demandé à la communauté internationale davantage d’appui à la révolution, assurant que les forces du régime s’affaiblissaient.

Première publication : 22/08/2012

  • SYRIE

    Damas et Alep, toujours en proie à de violents raids de l'armée

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Paris, le CNS annonce étudier la formation d'un gouvernement de transition

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un haut dirigeant affirme que la Syrie est prête à discuter d'une démission d'Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)