Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Afrique

L'Afrique du Sud rend hommage aux 44 morts de Marikana

Vidéo par Aurore DUPUIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/08/2012

Une semaine après la mort de 44 personnes lors de violents affrontements à la mine de Marikana, des cérémonies d'hommage sont prévues dans plusieurs villes du pays. La grogne sociale, elle, gagne du terrain.

AFP - L'Afrique du Sud rendait hommage jeudi aux 44 morts de la mine de Marikana (nord), tandis que le mouvement de grève a commencé à gagner d'autres mines de platine.

La police avait ouvert le feu jeudi 16 août contre des grévistes armés de machettes, barres de fer et pour certains d'armes à feu, faisant 34 morts et 78 blessés, tandis que 10 autres personnes - dont 2 policiers - avaient été tués dans les jours précédents.

Il ne doit pas y avoir d'obsèques collectives, les corps des grévistes tués ayant été rapatriés dans leurs familles, souvent loin de la mine de Marikana située près de Rustenburg, à 100 km à l'ouest de Pretoria.

Sur place, deux cérémonies sont prévues, l'une officielle organisée par le gouvernement, et l'autre par le petit syndicat radical AMCU, avec le soutien des "amis de l'ANCYL", la Ligue de jeunesse de l'ANC dont les principaux dirigeants ont été exclus ou suspendus de l'ANC il y a quelques mois et qui fait figure d'opposition interne au parti dominant.

"Les travailleurs nous ont demandé d'organiser un service à la mémoire de leurs collègues tués", à indiqué au quotidien Sowetan Floyd Shivambu, l'ancien porte-parole des jeunes de l'ANC.

D'autres cérémonies sont prévues au Cap, à Johannesburg et à Mthatha, la plus grande ville du Transkei, région rurale du Cap oriental (sud-est) d'où de nombreux mineurs sont originaires.

Les drapeaux sont en berne depuis lundi à la demande du président Jacob Zuma, dont le gouvernement est accusé de n'avoir pas anticipé le drame malgré des signes avant-coureurs.

Le président Zuma, qui s'est rendu à Marikana mercredi, n'a pas indiqué ce qu'il ferait jeudi.

Dans un discours prononcé mercredi soir lors d'une cérémonie de l'ANC à Mahikeng, la capitale de la province du Nord-Ouest où est situé Marikana, il a rappelé que l'Afrique du Sud était un Etat de droit.

"Il est de notoriété publique que les mineurs travaillent dans des conditions difficiles et risquées, sous terre. Beaucoup vivent encore dans des conditions inacceptables dans des campements où ils partagent dortoirs et sanitaires, comme pendant la période de l'oppression coloniale et l'apartheid", a-t-il souligné.

"Ils restent parmi les plus pauvres dans notre population".

"Nous devons regarder comment, en travaillant avec les syndicats et le patronat, nous pouvons faire en sorte que les grève dans ce secteur sur les conditions de travail (...) aient lieu dans les limites de la loi", a relevé M. Zuma, rappelant que la Constitution sud-africaine reconnaissait le droit de manifestation "de façon pacifique et sans armes".

"Nous avons vu trop de grèves violentes ces dernières années, ce qui est inutile car il y a assez de instruments juridiques à la disposition des travailleurs et des employeurs pour résoudre leurs différends", a ajouté le président sud-africain.

La question des revendications de certains mineurs de Marikana, qui réclament un triplement de leurs salaires (de 400 à 1.200 euros mensuels), restait toujours en suspens.

Plusieurs centaines de foreurs ont débrayé mercredi pour réclamer des augmentations dans une autre mine de platine voisine de celle de Marikana appartenant au groupe sud-africain Royal Bafokeng Platinum, où la situation restait cependant calme.

Une autre mine de platine des environs est également sous pression, le géant Anglo American Platinum (Amplats) ayant été sommé de répondre d'ici vendredi à un ensemble de revendications formant un cahier de doléances.

Première publication : 23/08/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    La direction de la mine de Marikana lâche du lest face aux grévistes

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    La présidence sud-africaine demande à Lonmin de suspendre son ultimatum

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Tuerie de Marikana : Jacob Zuma annonce l’ouverture d’une enquête

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)