Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

FRANCE

Paris évoque l'hypothèse d'une zone d’exclusion aérienne en Syrie

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2012

Sur FRANCE 24, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, affirme que l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne entre la frontière turque et Alep mérite d’être étudiée. Et rappelle que la France ne partira pas en guerre sans mandat onusien.

Sur l’antenne de FRANCE 24, Jean-Yves Le Drian a déclaré, ce jeudi 23 août, que la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne de la frontière turque à la ville d'Alep méritait d’être étudiée. Une hypothèse avait été évoquée le 11 août à Ankara par la chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton.

"L’hypothèse d’une zone particulière autour de laquelle il pourrait y avoir une espèce d’interdit, cette hypothèse émise par Hillary Clinton mérite d’être étudiée," a-t-il annoncé.

Jean-Yves Le Drian : "Instaurer une no-fly zone globale sur l'ensemble de la Syrie reviendrait à entrer en guerre"

Le ministre français de la Défense a par ailleurs exclu l’instauration d’une "no fly zone" sur l’ensemble du territoire syrien, qui reviendrait, selon lui, à une déclaration de guerre. "Une "no fly zone globale" sur l'ensemble de la Syrie […] ne pourrait se faire que s'il y avait une coalition internationale capable de le faire. Pour l'instant, elle n'est pas réunie."

"La solution en Syrie ne pourra être que politique"

"Dire que la France peut aller la fleur au fusil seule en Syrie, tel que je l’ai lu il y a quelques temps, est parfaitement irresponsable […] Notre responsabilité est de faire en sorte qu’il puisse y avoir une légalité internationale reconnue pour aider l’insurrection syrienne."

Rappelant l’impérieuse nécessité de disposer d’un mandat des Nations unies, Jean-Yves Le Drian a indiqué que le départ du président Bachar al-Assad était préalable à la résolution de la crise syrienne.

"La solution en Syrie ne pourra être que politique. Il faut que Bachar al-Assad s’en aille, le plus tôt sera le mieux", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la solidité de l’opposition syrienne, qui pêche par son manque d’unité, Jean-Yves Le Drian s’est voulu rassurant. "L’opposition a été cristallisée, elle n’est pas encore tout à fait solidifiée […] mais nous multiplions nos efforts pour qu’il y ait une opposition syrienne solide capable de prendre les rênes de ce pays, et capable, surtout, de faire en sorte que l’ensemble des communautés soit respecté, une fois qu’elle sera au pouvoir."

Une déclaration qui fait suite à l’annonce du Conseil national syrien (CNS), à l’issue d’un entretien avec François Hollande à l’Élysée, le 21 août, selon laquelle un futur gouvernement de transition serait ouvert à toutes les composantes de la société, y compris les alaouites, la communauté à laquelle appartient Bachar al-Assad.

"Il ne faudrait pas mettre un ordre radical à la place d’un dictateur que l’on aurait évacué", a indiqué le ministre français de la Défense.

Première publication : 23/08/2012

  • SYRIE

    Amnesty International dénonce les violences contre les civils à Alep

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour le CNS, Tlass et Hidjab n'ont pas leur place dans un gouvernement de transition

    En savoir plus

  • SYRIE

    Barack Obama fait planer la menace d'une intervention militaire en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)