Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

EUROPE

Breivik condamné à 21 ans de prison pour les tueries d'Oslo et Utoya

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 24/08/2012

L'auteur du massacre d'Utoya - le plus sanglant qu'ait connu la Norvège depuis 1945 - a été reconnu coupable "d'actes terroristes", ce vendredi, par la justice norvégienne. Retour sur les 10 semaines d'audiences du procès.

Jugé pénalement responsable de ses actes, Anders Behring Breivik a été reconnu coupable des attaques qui avaient coûté la vie à 77 personnes en Norvège il y a 13 mois, ce vendredi 24 août. La justice norvégienne l'a condamné à 21 ans de prison pour "actes terroristes" - la peine maximale prévue par le code pénal norvégien. Sa détention pourra toutefois être prolongée au-delà de cette période pour des raisons de sécurité. Le militant d'extrême-droite a annoncé qu'il ne fera pas appel du verdict, conforme à ce qu'il souhaitait.

Le 22 juillet 2011, cet extrémiste de droite, aujourd'hui âgé de 33 ans, avait, dans un premier temps, fait exploser une bombe près du siège du gouvernement, à Oslo, qui avait fait huit morts. Puis, lourdement armé et déguisé en policier, il avait ouvert le feu sur l'île d'Utoya, où se tenait un camp d’été de jeunes travaillistes. Soixante-neuf personnes avaient été abattues, dont une majorité d’adolescents. Retour sur les dix semaines de procès qui ont conduit à sa condamnation.

 

  • 16 avril 2012 : À l’ouverture du procès, les larmes de Breivik

Debout, bras droit dressé et poing fermé, Breivik apparaît face à un public d’environ 200 personnes constitué de survivants et de familles des victimes au premier jour de son procès. Un geste - rapidement comparé au salut nazi - qu'il réitèrera lors des trois premiers jours d’audience. Pour lui, il s'agit d 'exprimer "la force, l'honneur et le défi aux tyrans marxistes en Europe".

Stoïque lorsque le procureur détaille les crimes qui lui sont reprochés, il verse toutefois quelques larmes quand, à la mi-journée, une vidéo de propagande dont il est le réalisateur est diffusée. "C'est bon. Ça va. C'est juste que c'est un film émouvant", aurait-il alors déclaré.

  • 17 avril 2012 : "Ces enfants n’étaient pas des innocents"

Au deuxième jour d’audience, l'un des cinq juges est révoqué après avoir avoué qu’il avait ouvertement réclamé la peine capitale pour Breivik. "La peine de mort est la seule solution juste dans cette affaire !", avait-il écrit sur un site internet au lendemain de la tuerie.

Puis, Breivik est appelé pour la première fois à s’expliquer sur son acte. Trente minutes de temps de parole lui sont accordées, mais il parlera finalement pendant 75 minutes, n’affichant aucun remords. "Je le referais. […] Une petite barbarie est souvent nécessaire pour empêcher une barbarie beaucoup plus grande." Celui-ci estime avoir agi par prévention afin d’éviter la destruction de la société norvégienne. "Tout ce qui va nous rester, ce sont des sushis et des écrans plats", déclare-t-il alors.

Selon lui, les enfants qui ont été abattus n’étaient pas des innocents mais "des militants politiques". Il terminera son monologue en demandant l’acquittement.

  • 18 avril 2012 : Provocations et mutisme

Visiblement peu enclin à s'exprimer, Breivik s’enfonce dans un certain mutisme au troisième jour d’audience. Refusant de répondre aux questions du procureur, il juge "pathétique" la peine maximale de 21 ans de prison prévue par la loi. Seuls l’acquittement ou la peine de mort seraient des verdicts "justes", selon le tueur.

  • 19 avril 2012 : "L'objectif premier était de tuer tout le gouvernement norvégien"

Une femme de nationalité allemande, dont l’identité n’a pas été révélée, tente de s’introduire dans le palais de justice. Elle se présente comme une admiratrice de Breivik.

C’est également ce jour-là que l’accusé avoue qu’il avait initialement planifié deux attentats à la bombe supplémentaires. "L'objectif premier était de tuer tout le gouvernement norvégien, y compris le Premier ministre." Breivik explique avoir finalement fait marche arrière lorsqu’il a réalisé que la tâche était ardue et onéreuse. "C'était beaucoup plus difficile que je ne le pensais de faire une bombe."

Pour se préparer, Breivik aurait passé un an cloîtré chez ses parents à s’entraîner virtuellement via le jeu World of Warcraft. Il s’agissait également d’une "couverture" pour justifier son isolement social.

  • 20 avril 2012 : Journée la plus "difficile" pour les familles des victimes

Au cinquième jour du procès, Breivik revient avec précision sur le massacre d'Utoya. La veille, l’avocat de l’accusé avait tenu à avertir l’auditoire qu’il pourrait s’agir de "la journée la plus difficile" du procès.

"Certains faisaient les morts, c'est pour cela que je tirais des coups de grâce", a notamment indiqué un Breivik impassible, qui se décrit comme quelqu'un de "très sympathique en temps normal".

  • 23 avril 2012 : "J’ai la même crédibilité que Fidel Castro et Che Guevara"

Très calme jusqu’à présent, l’assistance rit discrètement lorsque Breivik affirme avoir appris à piloter des petits avions en visionnant des vidéos sur YouTube dans le but de s’échapper après la tuerie.

Breivik formule également ce jour-là toutes sortes de revendications saugrenues, telles que la dissolution du Parlement. À la place, il réclame un conseil de nationalistes présidé par… lui-même. “J’ai la même crédibilité que Fidel Castro et Che Guevara quand ils ont essayé de frapper Cuba. Le problème est qu’on considère qu’un révolutionnaire qui échoue est un criminel et que celui qui réussit est un homme d’État“.

  • 26 avril 2012 : 40 000 Norvégiens chantent le multiculturalisme

Rassemblés dans le centre d’Oslo, 40 000 Norvégiens reprennent en cœur "Enfants de l'arc-en-ciel", une comptine populaire prônant la diversité culturelle que Breivik avait lui-même qualifié de "lavage de cerveau".

  • 11 mai 2012 : La chaussure projectile

Dans un geste désespéré, un jeune homme âgé de 20 ans, frère de l’une des victimes du massacre, tente d’atteindre Breivik en projetant sa chaussure dans sa direction. "Tu es un tueur, va en enfer", s’écrie-t-il sous les applaudissements d’une partie de l’assistance. Il sera rapidement évacué.

  • 24 mai 2012 : Breivik ne fera pas appel

Breivik affirme qu’il ne fera pas appel s’il est jugé coupable, lors du verdict du 24 août. Le tueur norvégien craint que ses idéaux ne soient totalement décrédibilisés s’il est reconnu mentalement irresponsable car souffrant d’une pathologie psychiatrique.

  • 21 juin 2012 : Le procureur préconise l’internement psychiatrique

Le parquet norvégien recommande l’internement de l’accusé, qu’il estime psychotique et donc pénalement irresponsable.

En novembre 2011, un premier rapport psychiatrique révélait que Breivik souffrait de "schizophrénie paranoïde". Puis, mi-avril, à quelques jours de l’ouverture du procès, un second rapport venait infirmer le premier, indiquant que le tueur était tout à fait responsable de ses actes.

  • 22 juin 2012 : Fin du procès

Au terme de 10 semaines intenses, le procès s'achève par le plaidoyer de la défense. Dans une tirade de près de deux heures, l’avocat de Breivik défend la responsabilité pénale de son client et réclame une peine de prison "la plus clémente possible". Symboliquement et sans aucune chance de voir sa requête aboutir, l’avocat demande également l'acquittement. Une démarche obligatoire car l’accusé avait plaidé non coupable.

  • 22 août 2012 : Breivik prêt à intervenir après le verdict

Quel que soit le verdict, Breivik aurait préparé des réactions par écrit, selon son avocat. "Il réfléchit à ce qu'il va dire aux juges et il a, par conséquent, préparé quelques lignes pour chaque éventualité." Reste à savoir si l’accusé, qui a affirmé ne pas vouloir faire appel, sera autorisé à s’exprimer...

  • 24 août 2012 : Le verdict tombe

Anders Behring Breivik écope de la peine maximale prévue par le code pénal norvégien, à savoir 21 ans de prison, pour "actes terroristes". À l'unanimité, le tribunal d'Oslo le juge responsable de ses actes et écarte l'une des expertises psychologiques présentée pendant le procès, qui le considérait atteint de "schizophrénie paranoïde". Un verdict conforme au souhait de Breivik, qui voulait à tout prix être reconnu sain d'esprit afin de légitimer son idéologie raciste et xénophobe. Il a donc annoncé qu'il ne ferait pas appel.

Première publication : 23/08/2012

  • NORVÈGE

    Le chef de la police norvégienne démissionne, victime de l'affaire Breivik

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Un an après, la Norvège commémore le massacre d'Utoya et l'attentat d'Oslo

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    L'avocat de Breivik s'oppose à l'internement et demande une peine clémente

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)