Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre grec ne demande pas davantage d'aide mais plus de temps

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/08/2012

Depuis Berlin où il a rencontré la chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre grec, Antonis Samaras, s'est dit déterminé à mener les réformes exigées par ses créanciers, moyennant du temps. Son pays est en récession depuis cinq ans.

REUTERS - Angela Merkel a déclaré vendredi qu'elle et le président français François Hollande étaient convaincus qu'aucune décision sur l'aide à la Grèce ne devait être prise avant que la "troïka" des créanciers internationaux n'ait rendu son rapport.

"La Grèce peut compter sur l'Allemagne pour ne pas rendre un jugement prématuré mais (au contraire) attendre d'avoir des éléments concrets, en l'occurence le rapport de la troïka", a dit la chancelière allemande, lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre grec Antonis Samaras à l'issue de leur entretien à Berlin.



Angela Merkel a ajouté qu'elle partageait avec le président français, qu'elle a reçu jeudi soir à Berlin, le souhait de voir la Grèce rester dans la zone euro, mais à condition que celle-ci tienne ses engagements de réformes.

"Nous voulons que la Grèce reste dans la zone euro", a-t-elle assuré.

Selon l'agence Market News International, qui cite des sources européennes haut placées, le ministère allemand des Finances se pencherait pourtant sérieusement sur un plan qui viserait à exiger de la Grèce qu'elle sorte temporairement de la zone euro, le temps de remettre de l'ordre dans ses finances publiques.

L'euro a touché un plus bas de séance par rapport au billet vert après ces informations, tombant à 1,2481 dollar, avant de se rétablir un peu autour de 1,2500.

Samaras veut "respirer"

Antonis Samaras, qui s'entretiendra samedi avec François Hollande à Paris, a déclaré de son côté qu'il ne demandait pas davantage d'aide, mais du temps pour respirer, alors que la Grèce est en récession depuis cinq ans.

"La Grèce va tenir ses engagements et remplir ses obligations. En réalité, c'est déjà ce qui se produit", a assuré le Premier ministre conservateur, nommé en juin à l'issue de deux élections législatives.

"Je veux envoyer trois messages. Un, nous allons obtenir des résultats. Deux, nous sommes en train de combler deux déficits en même temps: un déficit budgétaire et un déficit de confiance dans le pays. Trois, la croissance économique est d'une importance cruciale pour nous permettre de remplir nos obligations."

Antonis Samaras s'est dit certain que le rapport de la troïka illustrerait le fait que le nouveau gouvernement de coalition grec était déterminé à mener les réformes exigées par ses créanciers en contrepartie du deuxième plan de sauvetage octroyé en mars.

"Nous ne demandons pas plus d'argent. Nous demandons des temps de respiration dans cette plongée que nous entreprenons", a-t-il insisté.

Le rapport de la troïka - Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international - est attendu mi-septembre. Les créanciers d'Athènes devront ensuite décider s'ils débloquent la nouvelle tranche d'aide prévue en octobre, et s'ils accordent davantage de temps à la Grèce pour mener les réformes.

Première publication : 24/08/2012

  • GRÈCE

    Merkel et Hollande prient Athènes de poursuivre sur la voie de la rigueur

    En savoir plus

  • GRÈCE

    L'avenir de la Grèce au cœur de la rencontre Merkel-Hollande

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes réclame plus de temps pour réformer son économie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)