Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Le PS veut profiter de son université d’été pour resserrer les rangs

Vidéo par France 2

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 25/08/2012

L'université d'été du Parti socialiste (PS), qui s’est ouverte vendredi à La Rochelle, revêt un caractère inhabituel : devenu majoritaire, la formation veut afficher de la cohérence. Malgré les dissensions qui persistent.

Au Parti socialiste (PS), on n’avait plus connu cela depuis 11 ans. Grâce à l’accession de François Hollande à l'Élysée, en mai dernier, finies les guerres ouvertes et les batailles de leadership pour désigner un candidat derrière lequel se rallier. Des tensions qui étaient chaque année particulièrement mises en lumière à la fin du mois d’août lors de la traditionnelle université d’été de La Rochelle. Pour cette édition 2012, le PS est majoritaire, l’ambiance est donc différente, même si des divergences persistent au sein des mouvements.

Ségolène Royal, grande absente à La Rochelle

La présidente de la région Poitou-Charentes, qui a été battue aux législatives de juin - précisément à La Rochelle - par le dissident PS Olivier Falorni, a préféré se rendre en Afrique du Sud au congrès de l'internationale socialiste. Elle a fait savoir qu'elle suivait "de très près" cette université, lors d'un message lu à la tribune.

Les socialistes veulent une université "heureuse" mais "sérieuse", telle que l’a décrite la secrétaire générale du PS, Martine Aubry, ce vendredi 24 août. Jusqu’à dimanche, entre 4 500 et 5 000 personnes ne devraient pas bouder leur plaisir d’avoir vu la victoire de leur candidat en mai dernier. Cependant, depuis sa prise de fonction, le gouvernement s’est déjà heurté à l’aile gauche du parti, notamment sur le sujet des démantèlements des camps de Roms, et celui du traité budgétaire européen.

Le traité de la discorde

Négocié sous Nicolas Sarkozy, le traité budgétaire européen laisse perplexe la gauche de la gauche. Craignant une austérité durable, les détracteurs du pacte pointent du doigt la règle d’or, comprise dans le "paquet européen".

Le député de Seine-Saint-Denis, Razzy Hammadi, a annoncé clairement qu’il ne voterait pas le traité qui vient de recevoir l’approbation du Conseil constitutionnel. Depuis, d’autres lui ont emboîté le pas. "Malgré d’importantes avancées en matière de croissance obtenues par François Hollande, le pacte budgétaire européen n’a pas été renégocié pour l’instant", énonce Barbara Romagnan, figure de l’aile gauche du PS. D’ici le 12 septembre, les détracteurs du traité doivent décider s’ils déposeront une motion face à celle de l’axe majoritaire.

François Rebsamen, président du groupe PS au Sénat a, pour sa part, réagi en qualifiant de "très malvenues" les critiques adressées par certains à l’égard de la politique européenne.

Hollande passe sous les 50 % (sondage CSA)

Le président François Hollande perd 5 points de cote de confiance par rapport à juillet selon un sondage CSA-Les Echos, à 49%, passant sous les 50% pour la première fois depuis son élection, tandis que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault perd 4 points, lui aussi à 49%.

49% des personnes interrogées font confiance au chef de l'Etat élu en mai "pour affronter efficacement les principaux problèmes qui se posent au pays", contre 54% en juillet, et 51% en juin.

47% des sondés ne font pas confiance à François Hollande (+5) et 4% ne se prononcent pas.

Pourtant, pas de quoi s’alarmer, selon David Revault d’Allonnes, journaliste politique spécialiste du PS au "Monde". "Du fait de ses participations au gouvernement, l’aile gauche du PS est tenue d’afficher sa solidarité malgré elle," explique-t-il. En effet, le représentant de ce courant dans le gouvernement Ayrault, Benoît Hamon, ministre de l'Économie solidaire, a jusqu’à présent été plus discret que ses camarades. "Il y a certes des doutes et des désaccords, mais c’est normal. On est loin des guerres civiles de ces dernières années," poursuit-il.

Du bal des ego au "défilé des ministres"

Le PS a en effet déjà vu pire. Parti de courants et de débats, les querelles internes sont historiques en son sein. En 2005, les désaccords entre partisans du "oui" et ceux du "non" au référendum sur la Constitution européenne avaient mené le parti proche d’une scission. Autre moment de friction, le congrès de Reims de 2008, censé désigner un remplaçant à François Hollande à la tête de la formation, avait donné lieu à un spectacle désolant. Opposant Martine Aubry à Ségolène Royal, le scrutin avait été entaché de fraudes.

"Cette année, l’ambiance est étonnamment apaisée, nous ne sommes pas habitués à cela, commente David Revault d’Allonnes, présent à La Rochelle. Maintenant, on assiste au défilé des ministres..."

Trouver un juste milieu

Invitée ce vendredi sur l’antenne de TF1, Martine Aubry, qui a annoncé qu’elle ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête du parti en octobre prochain, a esquissé les nouveaux enjeux du PS. "Le parti doit épauler le gouvernement et préparer les idées de demain," a-t-elle annoncé se faisant l’écho du porte-parole du PS, David Assouline, selon qui, "il n'est pas question d'être un parti godillot".

Mais pour Stéphane Rozès, président de Conseils, analyses et Perspectives (Cap), contacté par FRANCE 24, La Rochelle est surtout l’occasion de relayer l’action du gouvernement. Raillés par l’opposition qui a dénoncé le laxisme des socialistes, les 100 premiers jours de François Hollande à la tête du pays ont également été considérés comme "creux" par le chef de file du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon.

Les socialistes comptent ainsi sur l’accalmie procurée par l’université d’été pour recentrer le débat sur l’objectif initial de François Hollande : redresser le pays en préservant son modèle social et économique. "Les Français ont noué un contrat avec François Hollande. Le rôle de la majorité est de montrer que la cohérence de la politique socialiste est préservée," explique Stéphane Rozès.

Première publication : 24/08/2012

  • FRANCE

    Les 100 premiers jours "normaux" du président Hollande

    En savoir plus

  • FRANCE

    La rentrée s'annonce chargée pour le gouvernement Ayrault

    En savoir plus

  • FRANCE

    Syrie : l'attentisme supposé de Hollande sous le feu des critiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)