Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

En Côte d'Ivoire, une attaque contre l'armée fait au moins six morts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2012

Un raid mené contre un poste de contrôle de l'armée, samedi dans le sud de la Côte d'Ivoire, a causé la mort d'au moins un militaire et cinq assaillants. Depuis début août, l'armée ivoirienne est régulièrement la cible d'attaques meurtrières.

AFP - Un militaire et cinq assaillants non-identifiés ont été tués samedi lors d'une attaque contre l'armée ivoirienne près de Grand-Lahou (140 km à l'ouest d'Abidjan), dans le sud du pays, a-t-on appris de source militaire.

"Un poste de contrôle des Forces républicaines (FRCI, armée) a été attaqué en fin de matinée à Irobo par des hommes à bord d'au moins un pick-up. Un FRCI a été tué, un autre a été blessé et transféré à Abidjan. Cinq assaillants ont été tués et un véhicule saisi", a déclaré à l'AFP cette source.

La nouvelle de cette attaque a rapidement atteint Grand-Lahou, ville située à une trentaine de kilomètres à l'ouest de la localité d'Irobo.

"On a demandé à tout le monde de rentrer. Nous sommes terrés dans nos maisons, la peur au ventre", a raconté un habitant de Grand-Lahou.

La Côte d'Ivoire connaît depuis début août un accès de tension à la suite d'une vague d'attaques meurtrières contre l'armée. Le pouvoir a accusé des miliciens et militaires fidèles à Laurent Gbagbo, qui bénéficieraient du soutien d'exilés au Ghana, ce que le parti de l'ancien président, le Front populaire ivoirien (FPI), a récusé.

Sur le terrain politico-diplomatique, Justin Koné Katinan, porte-parole en exil de M. Gbagbo visé par un mandat d'arrêt international émis par Abidjan, a été arrêté vendredi à Accra et restait samedi dans l'attente d'une décision ghanéenne sur son éventuelle extradition.
 

Première publication : 25/08/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le siège du parti de Laurent Gbagbo attaqué

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Un camp de l'armée ivoirienne et une prison attaqués à Dabou

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Abidjan : Au moins six morts après l'attaque d'un camp militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)