Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

FRANCE

Copé annonce officiellement sa candidature à la présidence de l'UMP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2012

Jean-François Copé a annoncé ce dimanche sa candidature à la tête de l'UMP et a déclaré vouloir incarner une "droite républicaine, moderne et luttant contre le politiquement correct". L'ex-Premier ministre François Fillon est également candidat.

AFP - Jean-François Copé, 48 ans, désormais officiellement candidat à la présidence de l'UMP, est un ambitieux assumé qui travaille chaque jour à son objectif clairement affiché: conquérir l'Elysée en 2017.

S'il a longtemps entretenu avec Nicolas Sarkozy une relation complexe, passée, dit-il,

par "toutes les couleurs de l'arc-en-ciel", il a le même rêve d'enfant, la même obsession: devenir président de la République.

Depuis qu'il a convaincu, à l'automne 2010, Nicolas Sarkozy de lui confier les rênes de l'UMP, le climat est au beau fixe entre les deux hommes et M. Copé a mené activement campagne pendant la présidentielle de 2012. "Toi, tu n'as pas peur de faire des accrocs à ton costume", lui a lancé en février M. Sarkozy.

Ironie de l'histoire, le secrétaire général de l'UMP est aujourd'hui l'un de ceux qui se revendiquent le plus de l'ex-champion de la droite.

"Petit Français de sang mêlé" lui aussi -aïeux juifs roumains côté paternel, famille maternelle sépharade débarquée d'Algérie- Jean-François Copé a retenu le conseil de Nicolas Sarkozy. Lors de leur première rencontre, en 1990, le maire de Neuilly lui lance: "en politique, on ne te donnera jamais rien ! Il ne faut pas demander, il faut prendre !"

Un précepte que "JFC" applique à la lettre en conquérant à la hussarde, en 1995, la ville de Meaux. De culot il ne manque pas non plus pour s'imposer, à la tête des députés UMP (2007-2010), comme un personnage clef de la droite. Bien que resté en dehors du gouvernement, pour Jean-Pierre Raffarin, il a été "la révélation du quinquennat".

Et aujourd'hui, il n'a pas oublié cet autre conseil sarkozyen: "En politique, ce qui compte, ce ne sont pas les mandats, c'est le parti". "Il veut coûte que coûte l'UMP. S'il s'échoue, il remontera sur son cheval dès le lendemain matin", assure un proche.

Né à Boulogne-Billancourt le 5 mai 1964, il grandit dans les beaux quartiers de Paris. Lycée Victor-Duruy, Sciences-Po puis l'Ena... Lui qui, à 7 ans, affiche fièrement une photo du gouvernement Pompidou au-dessus de son lit, adhère tout naturellement au RPR.

En 1995, il reste fidèle jusqu'au bout à Jacques Chirac. Dans la foulée de la présidentielle, ce suppléant de Guy Drut devient député de Seine-et-Marne mais est fauché deux ans plus tard par la fameuse dissolution. Sa dernière défaite à ce jour.

Revenu dans le jeu en 2002, il connaît un joli parcours gouvernemental -Relations avec le Parlement, ministre délégué à l'Intérieur puis Budget- sans jamais occuper de portefeuille régalien.

Dans l'euphorie de la victoire en 2007, Nicolas Sarkozy l'évince du gouvernement pour le neutraliser dans le "placard à balais" du groupe UMP. Erreur. Jean-François Copé en fait vite une machine de guerre et impose, en chantre autoproclamé de "l'hyper-Parlement", sa "coproduction législative" à l'exécutif.

Surtout, c'est en 2007 que l'ancien bébé Chirac se met définitivement à son compte. C'est à ce moment-là qu'il dévoile ses visées élyséennes pour... 2017 et lance des initiatives tous azimuts à la tête de son club politique, Génération France.

Il s'attache aussi à gommer son image de "techno" même s'il fait parfois encore mentir le titre d'un de ses livres "Promis, j'arrête la langue de bois". "Copé, c'est les défauts de Juppé sans les qualités", ironisait il y a quelques années Eric Raoult (UMP), devenu... copéiste.

Ses détracteurs le jugent toujours trop "clanique" ou mettent en avant son goût pour l'argent. "Il est fidèle et ne joue pas perso, contrairement à Fillon", le défend Marc-Philippe Daubresse, un autre de ses ex-ennemis jurés.

 

Première publication : 26/08/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    La stratégie de Marine le Pen pour faire exploser l’UMP

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    L’UMP veut afficher son unité jusqu’aux législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)