Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

FRANCE

Copé annonce officiellement sa candidature à la présidence de l'UMP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2012

Jean-François Copé a annoncé ce dimanche sa candidature à la tête de l'UMP et a déclaré vouloir incarner une "droite républicaine, moderne et luttant contre le politiquement correct". L'ex-Premier ministre François Fillon est également candidat.

AFP - Jean-François Copé, 48 ans, désormais officiellement candidat à la présidence de l'UMP, est un ambitieux assumé qui travaille chaque jour à son objectif clairement affiché: conquérir l'Elysée en 2017.

S'il a longtemps entretenu avec Nicolas Sarkozy une relation complexe, passée, dit-il,

par "toutes les couleurs de l'arc-en-ciel", il a le même rêve d'enfant, la même obsession: devenir président de la République.

Depuis qu'il a convaincu, à l'automne 2010, Nicolas Sarkozy de lui confier les rênes de l'UMP, le climat est au beau fixe entre les deux hommes et M. Copé a mené activement campagne pendant la présidentielle de 2012. "Toi, tu n'as pas peur de faire des accrocs à ton costume", lui a lancé en février M. Sarkozy.

Ironie de l'histoire, le secrétaire général de l'UMP est aujourd'hui l'un de ceux qui se revendiquent le plus de l'ex-champion de la droite.

"Petit Français de sang mêlé" lui aussi -aïeux juifs roumains côté paternel, famille maternelle sépharade débarquée d'Algérie- Jean-François Copé a retenu le conseil de Nicolas Sarkozy. Lors de leur première rencontre, en 1990, le maire de Neuilly lui lance: "en politique, on ne te donnera jamais rien ! Il ne faut pas demander, il faut prendre !"

Un précepte que "JFC" applique à la lettre en conquérant à la hussarde, en 1995, la ville de Meaux. De culot il ne manque pas non plus pour s'imposer, à la tête des députés UMP (2007-2010), comme un personnage clef de la droite. Bien que resté en dehors du gouvernement, pour Jean-Pierre Raffarin, il a été "la révélation du quinquennat".

Et aujourd'hui, il n'a pas oublié cet autre conseil sarkozyen: "En politique, ce qui compte, ce ne sont pas les mandats, c'est le parti". "Il veut coûte que coûte l'UMP. S'il s'échoue, il remontera sur son cheval dès le lendemain matin", assure un proche.

Né à Boulogne-Billancourt le 5 mai 1964, il grandit dans les beaux quartiers de Paris. Lycée Victor-Duruy, Sciences-Po puis l'Ena... Lui qui, à 7 ans, affiche fièrement une photo du gouvernement Pompidou au-dessus de son lit, adhère tout naturellement au RPR.

En 1995, il reste fidèle jusqu'au bout à Jacques Chirac. Dans la foulée de la présidentielle, ce suppléant de Guy Drut devient député de Seine-et-Marne mais est fauché deux ans plus tard par la fameuse dissolution. Sa dernière défaite à ce jour.

Revenu dans le jeu en 2002, il connaît un joli parcours gouvernemental -Relations avec le Parlement, ministre délégué à l'Intérieur puis Budget- sans jamais occuper de portefeuille régalien.

Dans l'euphorie de la victoire en 2007, Nicolas Sarkozy l'évince du gouvernement pour le neutraliser dans le "placard à balais" du groupe UMP. Erreur. Jean-François Copé en fait vite une machine de guerre et impose, en chantre autoproclamé de "l'hyper-Parlement", sa "coproduction législative" à l'exécutif.

Surtout, c'est en 2007 que l'ancien bébé Chirac se met définitivement à son compte. C'est à ce moment-là qu'il dévoile ses visées élyséennes pour... 2017 et lance des initiatives tous azimuts à la tête de son club politique, Génération France.

Il s'attache aussi à gommer son image de "techno" même s'il fait parfois encore mentir le titre d'un de ses livres "Promis, j'arrête la langue de bois". "Copé, c'est les défauts de Juppé sans les qualités", ironisait il y a quelques années Eric Raoult (UMP), devenu... copéiste.

Ses détracteurs le jugent toujours trop "clanique" ou mettent en avant son goût pour l'argent. "Il est fidèle et ne joue pas perso, contrairement à Fillon", le défend Marc-Philippe Daubresse, un autre de ses ex-ennemis jurés.

 

Première publication : 26/08/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    La stratégie de Marine le Pen pour faire exploser l’UMP

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    L’UMP veut afficher son unité jusqu’aux législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)