Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Les deux membres des Pussy Riot recherchées par la police ont fui la Russie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2012

Deux membres du groupe punk Pussy Riot, recherchées pour avoir pris part à une manifestation hostile au président Poutine dans une cathédrale de Moscou en février dernier, ont quitté la Russie ce dimanche.

REUTERS - Deux membres du groupe punk Pussy Riot ont fui la Russie afin d'échapper à des poursuites judiciaires pour leur participation à une manifestation anti-Poutine dans une cathédrale de Moscou en février, a annoncé le groupe, dimanche.

Trois chanteuses du groupe, composé uniquement de femmes, ont été condamnées le 17 août à deux ans de prison chacune pour avoir entonné un simulacre de prière hostile au président Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur.

La justice russe les a reconnues coupables de vandalisme motivé par la haine religieuse, une sanction qui a valu au gouvernement russe de nombreuses critiques venues de l'étranger.

Condamnées en première instance, Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Aliokhina, 24 ans, ont exprimé leur intention de faire appel de la sanction.

La police moscovite a annoncé cette semaine qu'elle était à la recherche d'autres membres du groupe.

"Deux de nos membres ont réussi à fuir le pays et à échapper aux recherches. Elle travaillent à recruter des féministes à l'étranger en vue de nouvelles actions", indique le groupe sur son compte Twitter.

Le mari de Tolokonnikova a déclaré à Reuters que les deux membres du groupe qui ont réussi à prendre la fuite avaient participé à la manifestation dans la cathédrale Christ-Sauveur, en compagnie de son épouse.

"Elles se font discrètes pour le moment car la police de Moscou les recherche. Elle se trouvent dans un endroit sûr où la police russe ne pourra pas les atteindre", a dit Piotr Verzilov, joint au téléphone.

"Mais vous ne devez pas oublier que 12 ou 14 membres se trouvent encore en Russie et qu'elles continuent à participer activement à la vie du groupe", a-t-il ajouté.

Pour le Kremlin, les critiques exprimées par les pays occidentaux mais aussi par des artistes comme Madonna ou Sting obéissent à des motifs politiques.

Avant la condamnation des trois jeunes femmes, Poutine avait indiqué que celles-ci ne seraient pas sanctionnées trop sévèrement.

Selon le droit russe, elles auraient pu écoper d'une peine de sept années d'emprisonnement pour les faits qui leur étaient reprochés.

Pour plus d'informations, consultez le dossier spécial de RFI

Première publication : 26/08/2012

  • RUSSIE

    L'affaire Pussy Riot remet en question les relations entre l'Église orthodoxe et le Kremlin

    En savoir plus

  • RUSSIE

    La justice russe sous le feu des critiques après la condamnation des Pussy Riot

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Trois membres des Pussy Riot condamnées à deux ans de camp

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)