Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Afrique

L’opposition est "criminalisée" en Côte d’Ivoire

Vidéo par Anne SOETEMONDT

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 27/08/2012

Des responsables du parti de l'ancien président Laurent Gbagbo, tels le porte-parole Laurent Akoun (photo) l'ex-ministre Alphonse Douati et Justin Koné Katinan, ont été interpellés. L'analyse du politologue Michel Galy.

Les hommes de la garde rapprochée de Laurent Gbagbo tombent les uns après les autres. Alors que la Côte d’Ivoire connaît un regain de tensions ces derniers jours, deux anciens hauts responsables du parti du président déchu, Laurent Akoun et Justin Koné Katinan, ont été interpellés en moins de 48 heures. Pour Michel Galy, spécialiste de la Côte d’Ivoire et professeur à l’École des relations internationales (Ileri), contacté par FRANCE 24, ces arrestations montrent "la volonté de criminalisation de l’opposition".

Laurent Akoun, secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), a été arrêté le 26 août lors d’une réunion militante à Adzopé, à une centaine de kilomètres au nord d'Abidjan, a précisé le président du parti, Sylvain Miaka Oureto. Le porte-parole du FPI a été conduit dans les locaux de la gendarmerie de la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Les raisons de son interpellation restent floues. Selon une source gouvernementale interrogée par l’AFP, son nom aurait été cité dans certaines attaques meurtrières contre l'armée ivoirienne, les Forces républicaines (FRCI). La dernière en date, perpétrée le 25 août dans le sud du pays, a fait six morts dont trois civils. 

Une traque au-delà des frontières
 
Depuis la chute de Laurent Gbagbo le 11 avril 2011, ses partisans sont accusés de "préparer un match retour", autrement dit de se préparer à assouvir "leur désir de revanche", souligne Michel Galy. L’arrestation du secrétaire général du FPI, qui venait juste d’achever une tournée à travers le pays, est donc loin d’être anodine. "Laurent Akoun a beaucoup de tempérament mais il n’a jamais appelé à la sédition, analyse néanmoins le politologue. Il a toujours appelé à la résistance civile mais uniquement par la voie électorale."
 
Reste qu’il pourrait faire l’objet des mêmes chefs d’inculpations qu’un autre cadre du parti, Alphonse Douati, arrêté le 18 août par la DST. Détenu à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan, l'ex-ministre et secrétaire général adjoint du FPI est accusé d’"atteinte à la sûreté de l'État", pour son lien présumé avec des attaques contre les FRCI.
 
À ces deux arrestations s’ajoute celle de Justin Koné Katinan, ex-ministre du Budget de Laurent Gbagbo, en exil au Ghana depuis la fin de la crise post-électorale ivoirienne. Visé par un mandat d'arrêt international émis par Abidjan pour "crimes économiques", les autorités ghanéennes ont confirmé l’information le 26 août, après 48 heures de silence.
Justin Koné Katinan et ses proches ont cependant dit exclure une extradition, arguant de son statut de réfugié politique. Le Ghana ne peut extrader un réfugié que s'il est prouvé que "l'exilé constitue une menace pour son pays d'origine, cela ne s'est jamais vu", a assuré son avocate, Me Lucie Bourthoumieux.
 
"La justice continuera de faire son travail"
 
Pour Michel Galy, ces coups de filet marquent la "volonté très claire du régime d’Alassane Ouattara de s’attaquer au FPI à travers ses représentants à l’extérieur et à l’intérieur du pays".
 
Rentré à Abidjan le 26 août après une visite en Arabie saoudite et un séjour privé en France, le président Ouattara est resté discret sur l'affaire Katinan, tout en condamnant les attaques "répréhensibles et inacceptables" contre les FRCI. "J'ai demandé de prendre les mesures appropriées en vue de renforcer la sécurité sur l'ensemble du territoire, je crois que c'est maintenant chose faite", a-t-il lancé, plaidant pour la réconciliation tout en prévenant que "la justice continuera de faire son travail".
 
En juillet dernier, au lendemain des tueries de Duékoué qui avaient replongé la Côte d’Ivoire dans une flambée de violence, le président ivoirien avait prévenu : "Nul ne sera épargné" par la justice. La machine semble donc en marche, quitte à écorner au passage l’image de la Côte d’Ivoire.

 

Première publication : 27/08/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    En Côte d'Ivoire, une attaque contre l'armée fait au moins six morts

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le siège du parti de Laurent Gbagbo attaqué

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Un camp de l'armée ivoirienne et une prison attaqués à Dabou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)