Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

FRANCE

Paris s'engage à "reconnaître le gouvernement provisoire de la nouvelle Syrie"

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2012

À l'occasion de la Conférence des ambassadeurs, François Hollande a de nouveau appelé à une transition politique rapide en Syrie et s'est engagé à "reconnaître le gouvernement provisoire lorsqu'il aura été formé".

AFP - Le président François Hollande a annoncé lundi à Paris qu'il reconnaîtrait un gouvernement provisoire syrien dès sa formation, et précisé que Paris travaillait avec ses alliés à la création de zones tampon en Syrie pour contenir les flots de réfugiés.

Accusé d'"attentisme" cet été par l'opposition, M. Hollande a consacré à la crise syrienne une large part de son premier grand discours de politique étrangère, prononcé devant l'ensemble des ambassadeurs français réunis à l'Elysée pour leur conférence annuelle.

Il a d'abord critiqué Moscou et Pékin, soutiens indéfectibles du régime de Bachar al-Assad, accusés "d'affaiblir" les capacités du Conseil de sécurité de l'ONU, bloqué par leur veto depuis le début de la révolte en Syrie en mars 2011.

Rejoignant le président américain Barack Obama, M. Hollande a également averti que l'emploi d'armes chimiques par le régime syrien serait "une cause légitime d'intervention directe" de la communauté internationale.

Il a répété que Bachar Al-Assad devait "partir" et dénoncé la "violence inouïe" du régime de Damas, avant d'énumérer les lignes d'action de la France dans ce dossier.

M. Hollande a ainsi confirmé que Paris "travaillait" en concertation avec ses plus proches partenaires à la création de "zones tampon" en Syrie. Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, dont le pays accueille des dizaines de milliers de réfugiés, avait suggéré la semaine dernière que l'ONU installe des camps de réfugiés "dans les frontières de la Syrie" pour contenir l'afflux des personnes déplacées et les protéger.

M. Hollande a également assuré que Paris "reconnaîtrait" le gouvernement provisoire de la nouvelle Syrie lorsqu'il aura été formé".

Estimant qu'il fallait "intensifier les efforts pour que la transition politique ait lieu vite", le chef de l'Etat a appelé l'opposition syrienne à "constituer un gouvernement provisoire, inclusif et représentatif qui puisse devenir le représentant légitime de la nouvelle Syrie".

Le chef de l'Etat avait "encouragé" le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, qu'il avait reçu la semaine dernière à Paris, "à organiser un large rassemblement de toutes les forces de l'opposition" syrienne.

Autre dossier brûlant pour M. Hollande: le nucléaire iranien. Parmi les "incertitudes" qui pèsent sur le monde, "la plus grave tient à la prolifération" nucléaire, mais aussi "aux réactions légitimes préventives qu'elle peut provoquer, menaçant directement la paix".

Une allusion limpide au programme nucléaire iranien qu'Israël et son allié, les Etats-Unis, soupçonnent de dissimuler le développement d'une bombe atomique, alors que Téhéran assure qu'il ne poursuit que des objectifs purement civils.

Seule puissance nucléaire - officieuse - de la région, l'Etat hébreu considère que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe. Israël a prévenu qu'il attaquerait les installations nucléaires de l'Iran s'il le jugeait nécessaire.

Il serait "inacceptable" que l'Iran se dote de l'arme nucléaire, a martelé M. Hollande.

Le président a par ailleurs annoncé qu'il se rendra finalement à Kinshasa à la mi-octobre pour le sommet de la francophonie. Plusieurs associations françaises et congolaises l'avaient appelé à y renoncer pour ne pas cautionner le régime de Joseph Kabila, réélu en 2011 au terme d'un scrutin contesté.

Mais François Hollande a finalement décidé de s'y rendre avec la volonté de "tout dire partout" en Afrique. Il rencontrera l'opposition, a-t-il prévenu.

Sur la crise de l'euro, le président a enfin relancé l'idée d'une "mutualisation des dettes" pourtant fermement écartée par Berlin.

Pour parvenir à l'"intégration solidaire" de l'Europe, il a prôné un renforcement du rôle des institutions de l'euro ainsi que des sommets européens plus fréquents.

Première publication : 27/08/2012

  • FRANCE

    Les 100 premiers jours "normaux" du président Hollande

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Hollande reçoit Samaras et s'aligne sur la position de Merkel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Syrie : l'attentisme supposé de Hollande sous le feu des critiques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)