Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

Economie

Samsung a perdu une bataille mais Apple n'a pas gagné la guerre

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/08/2012

Le verdict du procès entre Apple et Samsung n'est pas seulement un revers majeur pour le constructeur sud-coréen, il a également un impact sur tous ceux qui se sont lancés dans la bataille des smartphones. Décryptage.

Et maintenant ? Le verdict très en faveur d’Apple rendu le 24 août par le tribunal de San José, en plein cœur de la Silicon Valley, n’est pas un point final dans la bataille judiciaire entre le créateur des iPhone et Samsung. Certes, le constructeur sud-coréen a écopé d’une amende record de 1,049 milliard de dollars (839 millions d’euros) pour avoir violé, avec ses smartphones, plusieurs brevets détenus par Apple. Mais ni le géant de Cupertino ni son principal rival dans le secteur des smartphones ne comptent en rester là.

En outre, ce verdict risque aussi d’avoir, sur le territoire américain, des repercussions bien plus larges, notamment pour les deux grands absents du procès : Microsoft et Google. Tour d’horizon de l’onde de choc de cette décision judiciaire historique pour le monde du high-tech aux États-Unis :

Apple peut vouloir plus. 1,049 milliard de dollars, c’est bien. Mais 3 milliards, c’est

Sur nos blogs

encore mieux. La juge Lucy Koh peut en effet décider d’alourdir encore la note déjà bien salée que Samsung doit acquitter. Une épée de Damoclès qui menace Samsung en vertu d’une disposition du droit américain des brevets : si le jury estime que l’accusé a violé délibérement un brevet - ce qui a été le cas dans ce procès -, le tribunal peut, sur demande du plaignant, tripler les dommages et intérêts accordés par les jurés.

Apple peut donc aller réclamer encore plus au juge. Un scénario d’autant plus plausible que le groupe américain reclame depuis le début de cette saga judiciaire 2,5 milliards de dollars à Samsung.

Samsung n’a pas dit son dernier mot. Difficile pour Samsung d’en rester là alors que le cours de son action perdait, lundi 27 août, 7,5 % sur les marchés asiatiques, sa pire prestation en quatre ans. D’ailleurs, le géant sud-coréen a déjà laissé entendre qu’il allait faire appel de la décision. Un mémo interne, publié lundi 27 août sur le blog officiel de Samsung, indique que le groupe “va continuer à tout faire pour que la justice américaine reconnaisse le bien-fondé de [ses] arguments”. Un appel risquerait de faire traîner cette affaire encore au moins un an.

Par ailleurs, Samsung n’a pas perdu sur tous les fronts. Le jury a, en effet, reconnu que la tablette Galaxy Tab 10.1 du Sud-Coréen ne copiait pas le design de l’iPad. Le constructeur a ainsi demandé au juge Lucy Koh d’annuler l’interdiction de vente de ce produit qui avait été obtenue en juin par Apple.

Google s’en lave les mains. Pour beaucoup, Google est la vraie cible d’Apple dans ce méga procès. Le géant de l’Internet est en effet l’auteur du système d’exploitation Android qui a permis à Samsung, entre autres, de construire et faire fonctionner ses smartphones. Sans Android, pas de Galaxy S (les smartphones du Sud-Coréen) ni de Galaxy Tab (les tablettes de Samsung).

La réaction de Google était donc attendue. Le géant de Mountain View n’est sorti de son mutisme que le 27 août au soir, assurant que la “plupart des violations retenues par le jury ne concernent pas des fonctions essentielles d’Android”.

En d’autres termes, ce verdict ne serait qu’une affaire Apple vs Samsung. Un peu court pour la plupart des commentateurs du secteur qui, comme la très influente Kara Swisher du "Wall Street Journal", jugent qu’Apple risque de s’attaquer à Google maintenant que la validité de la plupart de ses brevets a été reconnue par la justice américaine.

Microsoft veut en profiter. “Windows Phone is looking gooood right now” (“les Windows Phone ont la cote maintenant”) s’est rejoui sur Twitter Bill Cox, le responsable marketing et communication de la division mobile de Microsoft.

Pour le troisième larron de la guerre des smartphones, l’équation est claire : les constructeurs de smartphones vont delaisser Android, de peur d’avoir à subir les foudres judiciaires d’Apple, pour se tourner vers les Windows Phone.

Suite à ce verdict, la “tendance va être pour les constructeurs de diversifier leur offre pour ne pas dépendre uniquement d’Android”, a reconnu un responsable d’un constructeur chinois sous couvert d’anonymat interrogé par l’agence de presse américaine Reuters.

Deux des principales marques de smartphones chinoises, ZTE et Huaweï, avaient déjà annoncé, avant la fin du procès, qu’ils allaient développer des terminaux sous Windows Phone.

Mais pour d’autres, le jour J des Windows Phone n’a pas encore sonné. “À l’heure actuelle, Microsoft n’est pas encore une alternative valable à Android”, a assuré David Mixon, un avocat spécialisé dans le droit des brevets au site américain PCWorld. Il manquerait encore au géant de l’informatique toutes les applications et la diversité des modèles qui font des smartphones Google l’alternative principale aux iPhone. “Mais c’est le moment ou jamais pour Microsoft d’essayer de rattrapper son retard”, conclut Al Hilwa, un analyste chez IDC, une société américaine d’études de marché spécialisée dans les nouvelles technologies.

Première publication : 27/08/2012

  • TECHNOLOGIES

    Apple remporte une importante bataille judiciaire contre Samsung

    En savoir plus

  • SUR LES BLOGS

    Le faux match nul du procès coréen entre Samsung et Apple

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Ces petits secrets qu'Apple et Samsung ont dû dévoiler lors de leur procès

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)