Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

Moyen-orient

Attentat meurtrier lors de funérailles à Damas, l'armée pilonne les bastions rebelles

Vidéo par Anne SOETEMONDT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2012

Alors que la capitale syrienne et Alep continuent de subir les bombardements de l'armée régulière qui cible sans relâche les bastions rebelles, 12 personnes ont été tuées dans l'explosion d'une voiture lors de funérailles à Damas.

AFP - Une voiture piégée a explosé lors de funérailles mardi dans une banlieue de Damas favorable au régime faisant douze morts, au moment où l'armée bombardait des quartiers de la capitale et la ville d'Alep pour tenter de venir à bout de la résistance des rebelles.

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), au moins 13 civils dont deux femmes ont péri

Heurts entre des réfugiés syriens et la police jordanienne

Plus de 20 membres de forces de sécurité jordaniennes ont été blessés mardi dans des heurts survenus dans un camp de réfugiés syriens dans le nord de la Jordanie, a affirmé à l'AFP une source gouvernementale jordanienne.

"Plusieurs dizaines de réfugiés syriens ont manifesté aujourd'hui (mardi) dans le camp de Zaatari (85 km au nord d'Amman) pour protester contre leurs conditions de vie", a déclaré cette source ayant requis l'anonymat.

(Source AFP)

dans le pilonnage violent par les troupes du régime du village de Kafar Nabel où, selon une vidéo postée par des militants, des dizaines d'habitants peinaient à retirer les corps des décombres.

Face à la recrudescence des violences, le nombre de Syriens fuyant dans les pays voisins continue de grossir, la communauté internationale cherchant à trouver les moyens de les aider faute d'un consensus sur un règlement du conflit qui ensanglante la Syrie depuis plus de 17 mois.

Dans cette guerre, les belligérants ne semblent pas prêts de céder: le régime du président Bachar al-Assad est déterminé à en finir avec les rebelles qualifiés "de terroristes à la solde de l'étranger" et l'opposition exige un départ de M. Assad du pouvoir.

Sur le terrain, les civils sont pris entre deux feux. Selon la télévision d'Etat, douze personnes ont été tuées et 48 blessées dans un attentat à la voiture piégée au milieu de funérailles à Jaramana, dans la banlieue sud-est de Damas.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a souligné que les funérailles étaient organisées pour deux partisans du régime et que les habitants de Jaramana soutenaient majoritairement le pouvoir.

Damas et Alep sous le feu

Cette attaque intervient alors que les opérations de l'armée visent désormais la ceinture est de Damas, où sont retranchées les brigades d'élite de l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles), selon un commandant insurgé à Damas.

L'armée, appuyée par des chars et des hélicoptères, a pilonné la région d'Al-Ghouta que les habitants fuyaient en masse, a précisé l'OSDH.

Elle a aussi bombardé Harasta et Irbine, selon le Conseil général de la révolution syrienne (CGRS), un réseau de militants sur place.

Les quartiers de Zamalka, Qaboun, Jobar, Aïn Tarma, Al-Hjeira, dans l'est de la capitale, ont été aussi la cible d'un violent pilonnage. Des affrontements avaient également lieu à Jobar et Zamalka où des habitant ont fui devant les assauts de l'armée, selon ces militants.

Sur l'autre grand front, à Alep (nord), des bombardements continuaient de viser, selon l'OSDH, les bastions des rebelles, engagés depuis plus d'un mois dans une bataille cruciale pour cette métropole commerçante.

Selon les médias officiels, l'armée a tué des "dizaines de mercenaires terroristes" et saisi des quantité d'armes à Alep, où plusieurs quartiers "ont été nettoyés des terroristes avec l'aide des habitants" dont celui d'Al-Izaa.

Dans le village de Kafar Nabel près d'Idleb, sous le feu de l'armée, les habitants tentaient de secourir les blessés bloqués sous les décombres ou retiraient des corps en lambeaux, selon les militants du CGRS. "Des martyrs et des blessés sont toujours bloqués sous les décombres" et le nombre des morts va augmenter.

Mardi, au moins 37 personnes ont péri dans les violences à travers le pays, dont 22 civils, 11 rebelles et quatre soldats, selon un bilan provisoire de l'OSDH qui ne tient pas compte des douze morts de l'attentat.

Fausses notes

Pour le vice-président syrien Farouk al-Chareh, apparu pour la première fois en public après un mois de spéculations sur une possible défection, la solution passe par "un arrêt des violences de la part de toutes les parties" afin de permettre "un dialogue national".

Ces déclarations tranchent avec celles du chef de la diplomatie Walid Mouallem, un faucon du régime, qui avait dit qu'il n'y aurait aucune négociation tant que le pays n'aurait pas été "purgé" des rebelles.

Depuis le début en mars 2011 de la révolte qui s'est transformée en guerre civile en raison de la répression menée par le régime, les violences ont fait plus de 25.000 morts, selon l'OSDH.

Ces violences ont aussi poussé à l'exode des centaines de milliers de Syriens qui ont trouvé refuge dans les pays voisins, principalement en Jordanie, en Turquie et au Liban.

La Turquie, qui accueille 80.000 réfugiés syriens, tente d'endiguer le flot. Mardi, ils étaient au moins 10.000 candidats à l'exil à se presser le long de la frontière.

Selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, le nombre total de personnes réfugiées en Jordanie atteint désormais 214.000, contre plus de 200.000 il y a quatre jours.

La Turquie, qui a fixé à 100.000 le seuil d'acceptation des réfugiés, va demander jeudi à ses partenaires au Conseil de sécurité de l'ONU d'alléger le "fardeau" de son pays en plaidant pour la création en territoire syrien d'une "zone de protection" sous contrôle de l'ONU.

Mais une telle zone requiert une résolution de l'ONU, ce qui est loin d'être acquis avec l'opposition de la Russie à toute ingérence étrangère chez son allié syrien.

De son côté, l'Allemagne, suivant les Etats-Unis, a appelé l'opposition syrienne, minée par ses divisions, à s'unifier avant de former un gouvernement de transition, alors que le président français François Hollande avait dit qu'il reconnaîtrait un tel gouvernement.

Première publication : 28/08/2012

  • SYRIE

    Les rebelles disent avoir avoir abattu un hélicoptère de l'armée à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Massacre près de Damas, plus de 300 morts

    En savoir plus

  • SYRIE

    La ville d'Alep sous le feu des bombes, Brahimi "effrayé" par sa mission

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)