Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

FRANCE

Le cannabis : réel danger pour le QI... mais tout autant que l’alcool

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 29/08/2012

Selon une étude néo-zélandaise parue lundi, la consommation régulière de cannabis dès l’adolescence aurait un impact néfaste sur le QI à l’âge adulte. Une conclusion à prendre avec précaution, selon Alain Rigaud, addictologue.

Fumer du chanvre indien n’est pas conseillé. L’avertissement n’a rien d’inédit, le milieu scientifique n’ayant jamais cessé de lister les conséquences néfastes engendrées par l’ivresse cannabique : diminution des capacités de mémorisation et d’apprentissage, hallucinations, anxiété, fatigue physique, difficultés de concentration voire même humeur dépressive...

Et pourtant, depuis lundi 26 août, une nouvelle tare est venue s’ajouter à cette longue liste de troubles psychiques : la perte de QI (quotient intellectuel). Selon une étude néo-zélandaise publiée par la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, la consommation régulière de cannabis dès l’adolescence pourrait avoir un impact sur les performances du cerveau à l’âge adulte. En clair, selon les résultats de cette étude, un homme de 38 ans ayant régulièrement consommé de la marijuana pendant la puberté perdrait plusieurs points de QI – jusqu’à huit - en comparaison avec un adulte non-fumeur du même âge, de taille et de poids similaires.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont régulièrement testé à 13, 15, 18, 21, 26, 32 et 38 ans 1037 enfants nés dans les années 1972-1973. Chacun d’eux a effectué une batterie d’examens et subi des interrogatoires sous le sceau de l’anonymat – un gage de fiabilité, selon la revue, qui empêcherait l’écueil de la "demi-vérité". "Cette méthode d’analyse appelée ‘cohorte’ est particulièrement précieuse. Parce qu’elle est rare. Suivre les mêmes individus pendant près de trente ans est une étude exceptionnelle", explique Alain Rigaud, psychiatre et président de l’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA). "Toutefois, les résultats de cette enquête doivent être pris avec discernement", ajoute-t-il. Car, au fond, estime-t-il, cette enquête est un peu une tempête dans un verre d’eau.

"Ne pas confondre effets neurotoxiques avec consommation épisodique"

Le cannabis ne serait donc pas une drogue si douce que cela ? "On le savait déjà. L’étude est fiable, mais tout ce qu’elle révèle doit être analysé en fonction du niveau de consommation", répond Alain Rigaud. "Les chercheurs nous disent que fumer régulièrement– c'est-à-dire plus d’un joint par jour – depuis l’âge de 13 ans jusqu’à ses 38 ans entraîne un déclin intellectuel. On s’en doutait ! Consommer autant sur une période aussi longue ne peut avoir que des impacts nocifs sur l’intellect et sur le comportement du consommateur", développe le spécialiste. Et de continuer. "Mais de tels consommateurs restent rares. D’ailleurs, l’étude ne dit pas combien de personnes sur les 1037 individus font partie de ces cas de fragilité intellectuelle, je pense qu’elles n’excèdent pas 5 %".

Alain Rigaud reste également placide à l’évocation de la consommation dès la puberté –période de la vie sur laquelle l’étude s’appuie considérablement pour justifier ses conclusions. "L’enquête insiste sur la consommation de cannabis à partir de l’âge de 13 ans. Une période très sensible pour le développement du cerveau. En fumant régulièrement, les jeunes peuvent perturber le processus cérébral normal. Cette conclusion non plus n’a rien d’un scoop." Elle doit toutefois être nuancée, ajoute l’expert. "Gare à ne pas tomber dans la psychose : il ne faut pas confondre ‘effets neurotoxiques délétères’ avec ‘consommation épisodique' voire 'plaisante' du cannabis".

Reste à savoir si le déclin intellectuel est un dommage irréversible - une question sur laquelle les chercheurs insistent tout particulièrement. "Il est fort probable que la récupération des facultés intellectuelles perdues ne soit que partielle", explique Alain Rigaud. L’arrêt de la consommation ne permet pas de restaurer complètement les "fonctions neuropsychologiques de ceux qui ont commencé [à fumer] à l’adolescence", peut-on également lire dans l’enquête.

Un constat tout aussi applicable à l’alcool, tient à préciser Alain Rigaud qui refuse de diaboliser le cannabis seul. "Toutes les conclusions de cette étude peuvent être appliquées à la consommation excessive d’alcool". Le débit de boisson dès l’âge de 13 ans – à raison de plus d’un verre par jour – pendant 30 ans "conduira de la même façon à perturber considérablement le cerveau, à provoquer des troubles cognitifs graves et à abaisser le quotient intellectuel." Voire pire. Car contrairement à l’enquête qui affirme que les personnes commençant à fumer du cannabis à l’âge adulte ne souffrent d’aucun écart intellectuel, la consommation excessive d'alcool même à partir de 40 ans "expose à de sévères dommages physiques et intellectuels en vieillissant."

Première publication : 28/08/2012

  • FRANCE

    "Dépénaliser le cannabis ne conduit pas à une hausse de sa consommation"

    En savoir plus

  • MANIFESTATION

    Marche des Parisiens pour la dépénalisation du cannabis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington lâche du lest sur l'usage thérapeutique du cannabis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)