Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

Afrique

Le numéro deux du parti de Gbagbo poursuivi pour "trouble à l'ordre public"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2012

Arrêté lundi à Adzopé, Laurent Akoun sera jugé vendredi pour "trouble à l'ordre public". Le secrétaire général de l'ex-parti présidentiel avait accusé l'actuel chef de l'État, Alassane Ouattara, d'instaurer un "modèle totalitaire".

AFP - Laurent Akoun, secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), parti de l'ex-président Laurent Gbagbo, va être jugé vendredi pour trouble à l'ordre public après avoir été arrêté le week-end dernier, a-t-on appris mardi auprès de son avocat.

M. Akoun "a été placé sous mandat de dépôt et doit être jugé pour trouble à l'ordre public, selon la procédure des flagrants délits, le vendredi 31 août", a déclaré à l'AFP Me Toussaint Zahui Dako.

Il a expliqué que ce responsable du FPI est poursuivi pour des déclarations faites la semaine dernière lors d'une conférence de presse.

M. Akoun avait accusé le pouvoir du président Alassane Ouattara d'imposer un "modèle totalitaire" et d'avoir commandité des attaques d'hommes en armes contre le siège du FPI et un groupe de presse pro-Gbagbo.

Son avocat s'est étonné que les propos tenus alors puissent être jugés "de nature à troubler l'ordre public".

Laurent Akoun a été interpellé dimanche à Adzopé (à une centaine de km au nord d'Abidjan).

Au sein du pouvoir, certains le soupçonnaient ces derniers jours d'implication dans la vague d'attaques meurtrières qui ont visé depuis début août les Forces républicaines (FRCI), l'armée ivoirienne, mais cette accusation n'a pas été retenue par la justice.

Avant lui, le secrétaire général adjoint du FPI, l'ex-ministre Alphonse Douati, a été arrêté le 18 août puis inculpé et incarcéré pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" en lien, selon Me Dako, avec ces attaques.

Visé par un mandat d'arrêt international émis par Abidjan pour "crimes économiques" et lui aussi suspecté par le pouvoir ivoirien d'être lié aux attaques, le porte-parole en exil de M. Gbagbo, Justin Koné Katinan, a été arrêté vendredi au Ghana.

La Côte d'Ivoire connaît actuellement son plus sérieux regain de tension depuis la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011 qui a fait quelque 3.000 morts.


Première publication : 29/08/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    L’opposition est "criminalisée" en Côte d’Ivoire

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    En Côte d'Ivoire, une attaque contre l'armée fait au moins six morts

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Un 52e anniversaire de l'indépendance ivoirienne sous tension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)