Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • Reprise des hostilités à Gaza, Israël rappelle ses négociateurs au Caire

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

Afrique

Le numéro deux du parti de Gbagbo poursuivi pour "trouble à l'ordre public"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2012

Arrêté lundi à Adzopé, Laurent Akoun sera jugé vendredi pour "trouble à l'ordre public". Le secrétaire général de l'ex-parti présidentiel avait accusé l'actuel chef de l'État, Alassane Ouattara, d'instaurer un "modèle totalitaire".

AFP - Laurent Akoun, secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), parti de l'ex-président Laurent Gbagbo, va être jugé vendredi pour trouble à l'ordre public après avoir été arrêté le week-end dernier, a-t-on appris mardi auprès de son avocat.

M. Akoun "a été placé sous mandat de dépôt et doit être jugé pour trouble à l'ordre public, selon la procédure des flagrants délits, le vendredi 31 août", a déclaré à l'AFP Me Toussaint Zahui Dako.

Il a expliqué que ce responsable du FPI est poursuivi pour des déclarations faites la semaine dernière lors d'une conférence de presse.

M. Akoun avait accusé le pouvoir du président Alassane Ouattara d'imposer un "modèle totalitaire" et d'avoir commandité des attaques d'hommes en armes contre le siège du FPI et un groupe de presse pro-Gbagbo.

Son avocat s'est étonné que les propos tenus alors puissent être jugés "de nature à troubler l'ordre public".

Laurent Akoun a été interpellé dimanche à Adzopé (à une centaine de km au nord d'Abidjan).

Au sein du pouvoir, certains le soupçonnaient ces derniers jours d'implication dans la vague d'attaques meurtrières qui ont visé depuis début août les Forces républicaines (FRCI), l'armée ivoirienne, mais cette accusation n'a pas été retenue par la justice.

Avant lui, le secrétaire général adjoint du FPI, l'ex-ministre Alphonse Douati, a été arrêté le 18 août puis inculpé et incarcéré pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" en lien, selon Me Dako, avec ces attaques.

Visé par un mandat d'arrêt international émis par Abidjan pour "crimes économiques" et lui aussi suspecté par le pouvoir ivoirien d'être lié aux attaques, le porte-parole en exil de M. Gbagbo, Justin Koné Katinan, a été arrêté vendredi au Ghana.

La Côte d'Ivoire connaît actuellement son plus sérieux regain de tension depuis la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011 qui a fait quelque 3.000 morts.


Première publication : 29/08/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    L’opposition est "criminalisée" en Côte d’Ivoire

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    En Côte d'Ivoire, une attaque contre l'armée fait au moins six morts

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Un 52e anniversaire de l'indépendance ivoirienne sous tension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)