Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

Ces quatre soldats américains qui voulaient assassiner Barack Obama

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 29/08/2012

Quatre soldats de l’armée américaine comparaissent depuis le 27 août pour le meurtre d'un de leur camarade. Un procès qui a mis au jour l'existence d'une milice secrète lourdement armée dont le dessein était de tuer le président américain.

Ils appartenaient à la 4e Brigade de combat de la 3e division d’infanterie de l’armée américaine, basée à Fort Stewart, en Géorgie. Michael Burnett, Anthony Peden, Christopher Salmon et Isaac Aguigui, auraient pu être des militaires respectés et admirés pour leur engagement et leur dévotion à la mère patrie.

Mais derrière la respectabilité de la fonction, c’est un tout autre visage que cachaient les quatre hommes. Selon Associated Press (AP), tous étaient membres d’une organisation secrète baptisée Fear (acronyme de "Forever enduring always ready", "Toujours résistant, toujours prêt" en français), sorte de milice anarchiste - pourtant non recensée par le Southern Poverty Law Center (SPLC) spécialisé dans la surveillance de ces groupes extrémistes aux États-Unis. Leur dessein était de prendre le contrôle de la base de Fort Stewart, d’en détourner l’arsenal afin de mener diverses actions terroristes pour renverser le gouvernement et assassiner le président Barack Obama.  

Aguigui, le "meurtrier de sang-froid le plus sympa que la Terre ait porté"

Cette organisation terroriste ne s’est pas contentée de théoriser, de parler… Des preuves solides nous montrent que ses membres avaient la connaissance, le savoir et la motivation pour arriver à leurs fins

Isabel Pauley, procureur

Jamais ce sombre projet - pris très au sérieux par les autorités - n’aurait pu être découvert sans le concours d’une autre tragique affaire pour laquelle les quatre hommes comparaissent depuis le 27 août : le meurtre de Michael Roark, 19 ans, et de sa petite amie, 17 ans. Les deux jeunes gens ont été abattus le 4 décembre 2011 en pleine forêt, d’une balle dans la tête. Selon l’accusation, le groupe aurait exécuté cet ancien soldat, membre des Fear, parce qu’il était un "maillon faible […] au courant du projet", dont il craignait la défection et la dénonciation aux autorités. Michael Burnett aurait pressé la détente sur les ordres d’Isaac Aguigui, le leader du groupe, qui se définit lui-même comme "le meurtrier de sang-froid le plus sympa que la Terre ait porté".

Sur le banc des accusés, seul Michael Burnett a accepté de collaborer avec la justice et de témoigner contre ses trois complices. Les trois autres hommes se murent dans le silence. Il faut dire que les révélations du meurtrier présumé sont aussi étonnantes que fracassantes. À la lumière de ses déclarations, le groupuscule Fear, jusque-là quasi inconnu, s’est révélé être une milice organisée, assez puissante, possédant armes, infrastructures et sommes d’argent importantes. Les quatres hommes ont justifié leur engagement en déclarant "vouloir rendre le pouvoir au peuple et être les seuls en mesure d'y arriver", peut-on lire sur le site de la chaîne américaine CNN.

Michael Burnett

Empoisonner une récolte de pommes

Si des zones d'ombre persistent, comme le nombre exact de membres, recrutés directement dans l’armée, qui composent Fear, la justice en sait désormais un peu plus sur la provenance des fonds du mouvement terroriste. "La femme d’Aguigui est morte l’année dernière. Après son décès, dont les circonstances restent troublantes, Isaac a touché 450 000 euros d’assurance et de prestations sociales. Cet argent a servi à financer la milice, explique le procureur Isabel Pauley. Fear détenait aussi pour 70 000 euros de fusils semi-automatiques et de matériaux servant à fabriquer des bombes. De l’argent aurait également servi à acheter un terrain dans l’État de Washington. On sait peu de choses sur la manière de rejoindre le mouvement, mais il semble clair, en revanche, qu’il n’existe qu’un seul moyen de le quitter", a-t-elle ajouté.

Selon le procureur, la milice avait prévu de bombarder la fontaine Forsyth Park à Savannah, toujours en Géorgie. L'organisation devait ensuite faire sauter un barrage et prévoyait d'empoisonner la récolte de pommes dans l'État de Washington. L’objectif final était de renverser le gouvernement et d’assassiner le président. Malgré le côté pieds nickelés du groupe, "Fear avait amassé beaucoup d'armes, ses membres étaient dangereux. Leurs conversations n'avaient rien à voir avec des discussions de comptoir", a déclaré, de son côté, un autre procureur Tom Durden à CNN.

Première publication : 29/08/2012

  • TERRORISME

    Barack Obama fustige les ratés du renseignement américain

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama à Ground Zero : "Nous n'oublierons jamais"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un homme inculpé à Boston pour "complot en vue de soutenir des terroristes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)