Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

Rétrogradé en tempête, Isaac menace toujours La Nouvelle-Orléans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2012

L'ouragan Isaac, qui a été rétrogradé en tempête tropical ce mercredi, se déplace toujours vers l'intérieur de la Louisiane. L'eau a franchi une digue censée protéger les abords de La Nouvelle-Orléans, menaçant certaines zones d'inondation.

AFP -Les autorités de Louisiane et de La Nouvelle-Orleans restaient prudentes jeudi, alors que les inondations provoquées par le phénomène Isaac, rétrogradé d’ouragan en tempête tropicale, se sont heurtées au système de digues construit à la suite de la catastrophe de Katrina.

Même si l’ampleur d’Isaac, qui n’a jamais dépassé le stade d’ouragan de catégorie 1, est inférieure à celle de Katrina, ouragan de catégorie 3, les autorités, marquées par le souvenir de la catastrophe qui a fait plus de 1.800 morts et des milliards de dollars de dégâts, il y a sept ans jour pour jour, ont prévenu qu’il ne fallait pas sous-estimer la nouvelle tempête.

A la Nouvelle-Orléans, sept ans après Katrina

"C’est une tempête qui se déplace lentement et qui va provoquer une quantité énorme de dégâts", a reconnu Bobby Jindal, gouverneur de Louisiane, rappelant qu’une journée de vents et de pluies était encore prévue.

A 03h00 GMT, le coeur d’Isaac était à 110 km à l’ouest-nord-ouest de la Nouvelle-Orléans, se déplaçait vers le nord-ouest à 9 km/h, et ses bourrasques atteignaient 97 km/h, selon le dernier bulletin du Centre américain des ouragans (NHC), qui a prévenu que des pluies diluviennes risquaient de continuer lors des prochains jours à l’intérieur des terres.

"Une ‘simple’ tempête tropicale, cela n’existe pas", a rappelé Craig Fugate, directeur de l’Agence fédérale américaine de gestion des situations d’urgence, qui conseille la Maison blanche sur les catastrophes. "Il y a des répercussions météorologiques significatives qui vont encore arriver."

Patrouilles

Une digue érigée entre les districts de Braithwaite et de White Ditch, situés au sud-est de la ville, a été submergée et un avis d’évacuation a été lancé pour la paroisse de Plaquemine, une presqu’île située à 90 km au sud-est de la métropole.

La plupart des installations énergétiques n’ont cependant pas été endommagées, et aucun mort n’avait été signalé jeudi matin, même si plusieurs milliers de personnes ont dû être évacuées de leurs domiciles, près de la Nouvelle-Orléans.

Après la catastrophe de Katrina, le corps du génie de l’US Army avait bâti un système de digues, de murs, d’écluses et de pompes censé protéger, pour un coût de 14,5 milliards de dollars, la ‘ville croissant’ (Crescent City) d’une onde de tempête massive comparable à celle qui a submergé la Nouvelle-Orléans dans le sillage de l’ouragan de 2005.

Des gardes nationaux et des policiers patrouillaient encore jeudi matin dans le ‘Vieux carré’, le centre pratiquement désert de la ville, arborant des fusils d’assaut pour décourager les tentatives de pillages, même si seulement quatre cas ont été signalés.

Le maire de la Nouvelle-Orléans, Mitch Landrieu, a cependant imposé mercredi soir un couvre feu entre le crépuscule et l’aube, auquel ont dû se conformer les rares habitants qui avaient bravé les intempéries dans la journée.

"Pourquoi pas ?", s’est justifié l’un d’eux, Cameron Bradford, un étudiant de 24 ans, qui se promenait dans l’après-midi de mercredi dans le centre. "Je n’ai jamais vu le ‘Vieux carré’ aussi propre. L’eau a tout nettoyé."

Première publication : 29/08/2012

  • ÉTATS-UNIS

    L'ouragan Isaac se dirige droit vers La Nouvelle-Orléans

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La tempête Isaac se dirige vers la Louisiane

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains reportent leur convention à l'approche de la tempête Isaac

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)