Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

Offensif, Bachar al-Assad affirme que "gagner la bataille" prendra du temps

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2012

Lors d'une interview diffusée sur une chaîne acquise à sa cause, le président syrien, Bachar al-Assad, s'est montré confiant dans la victoire de son régime. Tout en concédant que cela "nécessiterait encore du temps".

AFP - Le président syrien Bachar al-Assad, intraitable après plus de 17 mois d'un conflit dévastateur, s'est montré résolu à gagner la guerre face à la rébellion même s'il a admis que cela prendrait encore du temps, dans des déclarations diffusées mercredi.

Alors que la Syrie est ravagée par les violences qui ont fait des dizaines de milliers de morts, poussé à la fuite des centaines de milliers de personnes et détruit une partie des infrastructures, M. Assad a clairement montré qu'il n'était pas prêt de céder, malgré les nombreux appels à quitter le pouvoir.

"Je peux résumer (la situation) en une phrase: nous progressons, la situation sur le terrain est meilleure mais nous n'avons pas encore gagné, cela nécessite encore du temps", a-t-il dit, selon des extraits d'une interview à la chaîne privée pro-régime Ad-Dounia qui la diffusera in extenso en soirée.

Il a aussi jugé "irréaliste" la création d'une zone-tampon en Syrie pour accueillir les réfugiés, qui doit être à l'ordre du jour d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU jeudi à New York.

"Parler de zones tampons n'est premièrement pas sur la table, deuxièmement c'est (une idée) irréaliste même pour les Etats hostiles et ennemis de la Syrie", a dit M. Assad dont le pays compte, comme depuis le début du conflit en mars 2011, sur l'appui des alliés russe et chinois au Conseil de sécurité.

Il a même été jusqu'à railler les défections de hauts responsables politiques et militaires, dont le Premier ministre Riad Hijab et plusieurs proches du régime, des diplomates et de nombreux généraux.

"Les gens patriotes et les gens bien ne s'enfuient pas, ne quittent pas la patrie. Finalement, cette opération (de défection) est positive, c'est une opération d'auto-nettoyage de l'Etat premièrement et de la nation en général", a lancé M. Assad.

Ad-Dounia ne précise pas quand cette interview a été accordée, les interventions de M. Assad étant rares depuis le début de la révolte, déclenchée par des manifestations pacifiques réclamant des réformes démocratiques mais transformée en rébellion armée face à la répression brutale du régime.

Dans ses dernières déclarations en date, le 26 août, M. Assad s'était aussi montré inflexible, en promettant de vaincre à "n'importe quel prix".

"Le peuple syrien ne permettra pas au complot étranger de réussir", a-t-il dit devant un émissaire d'Iran, son principal allié dans la région.

Le régime Assad, qui n'a jamais reconnu l'ampleur de la contestation lancée dans la foulée du Printemps arabe, accuse l'opposition et les rebelles d'être des "gangs terroristes à la solde de l'étranger" qui cherchent à semer le chaos en Syrie.

Il se targue du soutien d'une partie de la population pour venir à bout de la rébellion formée de déserteurs et de civils ayant pris les armes.

Sur le terrain, les combats entre rebelles retranchés dans plusieurs villes et soldats ne connaissent pas de répit, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et les militants sur place.

Les principaux fronts sont à Damas et sa banlieue est, de même qu'à Alep, deuxième ville du pays, et Idleb, dans le nord. Mais les violences touchent de nombreuses autres villes.

L'armée, appuyée par les chars et les hélicoptères, a poursuivi ses bombardements de la province de Damas, d'Alep, d'Idleb et aussi de Hama, pour tenter de venir à bout de la résistance des rebelles et de prendre le contrôle des cités.

De violents combats opposaient soldats et rebelles mercredi matin près de l'aéroport militaire de Taftanaz, situé entre les villes d'Alep et d'Idleb, a précisé l'OSDH.

Des explosions ont été entendues en provenance de cet aéroport d'où les avions de combat et les hélicoptères de l'armée régulière décollent pour bombarder les bastions rebelles, a-t-elle ajouté.

Mardi, 189 personnes ont péri mardi, dont 143 civils y compris les 27 morts dans l'explosion d'une voiture piégée lors de funérailles dans une banlieue de Damas, selon l'OSDH.

En plus de 17 mois, plus de 25.000 personnes ont péri selon cette ONG et des centaines de milliers de Syriens ont trouvé refuge dans les pays voisins, principalement en Jordanie, en Turquie et au Liban.

Première publication : 29/08/2012

  • SYRIE

    Massacre près de Damas, plus de 300 morts

    En savoir plus

  • SYRIE

    Intervenir militairement en Syrie : un casse-tête juridique

    En savoir plus

  • EXCLUSIF FRANCE 24

    Paris évoque l'hypothèse d'une zone d’exclusion aérienne en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)