Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Amériques

La Colombie de Santos fait le pari de la paix avec les Farc

©

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 31/08/2012

Trente ans après la rupture des premières négociations de paix, un accord visant à ouvrir des pourparlers à l'étranger a été conclu entre le gouvernement colombien et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

La rumeur courait depuis plusieurs jours. Elle a été confirmée lundi 27 août par le président colombien en personne, Juan Manuel Santos, au cours d’une brève apparition à la télévision : le pouvoir va engager des pourparlers de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), la plus ancienne rébellion armée d’Amérique latine.
"Depuis le début de mon mandat, j'ai respecté l'obligation constitutionnelle de chercher la paix, a déclaré le chef de l’État au pouvoir depuis 2010. C'est dans ce sens que des conversations exploratoires ont eu lieu avec le mouvement armé."

Le débat : Farc peut-on croire à la paix ?

"Premièrement, nous allons apprendre des erreurs du passé et ne pas les répéter. Deuxièmement : un processus de négociation, quel qu'il soit, doit conduire à la fin du conflit et non pas à sa prolongation. Troisièmement : les opérations et la présence militaire se maintiendront sur chaque centimètre carré du territoire national." Ce sont les "principes directeurs" des négociations à venir", a précisé Juan Manuel Santos, lors de son allocution télévisée.

Erreurs du passé

Le successeur d’Alvaro Uribe, farouchement opposé à toute forme de négociations, veut donc mettre fin à une guerre qui a fait plus de 400 000 morts en près d’un demi-siècle. Mais la prudence reste de rigueur. D’autres tentatives de dialogue ont été menées depuis 1982. À l’exception de celui d’Uribe, tous les gouvernements colombiens qui se sont succédé ont tenté l’exercice. En vain.

Dernières en date, les négociations menées en 1999 par Andres Pastrana, le président d’alors. À cette époque, malgré la démilitarisation d’une zone de 42 000 kilomètres carrés dans la région amazonienne du Caguan, jamais le cessez-le-feu n’avait été respecté en trois ans de dialogue. "Je pense que le président Pastrana a offert à la guérilla un statut qu’elle ne méritait pas à l’époque, analyse pour FRANCE 24 Jean-Pierre Ferro, président d’Interlira Amérique latine et expert en négociations de crise. Quand le président Santos parle de ne pas reproduire les erreurs du passé, je pense qu’il fait référence à cela. Sans compter que les Farc sont beaucoup plus vulnérables qu’à ce moment-là."

Farc peut-on croire à la paix ?

Après dix ans d’une "guerre contre le terrorisme" menée sans merci par le président Alvaro Uribe, avec l’aide, entre autres, de Juan Manuel Santos, qui fut son ministre de la Défense, la Colombie vit donc sans doute un tournant. "Si les Farc n’arrivent pas à faire la paix maintenant avec le gouvernement, il n’y aura peut-être jamais la paix en Colombie", prévient Roméo Langlois, journaliste à FRANCE 24 et otage des Farc pendant 33 jours.

Marxisme et narcotrafic

Fondées en 1964, les Farc, principale guérilla du pays, ont vu leurs effectifs se diviser par deux en dix ans après une série de revers militaires. Selon les autorités colombiennes, elles comptent quelque 9 200 combattants, repliés dans les régions rurales du pays, où elles vivent largement de narcotrafic et de racket. "Les Farc sont plus proches de la criminalité que de l’entité révolutionnaire qu’elle fut à sa naissance", estime Jean-François Gayraud, docteur en droit et membre de l’Institut de criminologie de Paris. Observation nuancée par Roméo Langlois, pour qui les Farc restent avant tout un "mouvement politique". "Ce sont des paysans qui ont été spoliés de leurs terres, exclus politiquement. Ils ont des exigences en matière sociale, en termes de réforme agraire. C’est loin de n’être qu’un cartel de la drogue".

Selon le journaliste de FRANCE 24, les espoirs de paix reposent en grande partie sur une résolution du conflit social qui oppose depuis 48 ans la rébellion marxiste au gouvernement. Ce dernier "a fait de nombreux gestes vers les Farc, il a essayé de redistribuer un peu les terres. Les guérilleros ont également envoyé des signaux comme la fin des enlèvements contre rançon".

Autre enjeu, le traitement judiciaire réservé à tous ceux qui choisiront de déposer les armes. "Les Farc ont forcément en tête les négociations avec les groupes d’extrême droite, les Autodéfenses unies de Colombie (AUC). Ces dernières ont commis des exactions absolument terribles, c’est l’une des plus sales guerres que l’ont ait connue. Elles ont pu se réinsérer dans la plus grande impunité", rappelle Jean-François Gayraud.

Négociations en Norvège ou à Cuba

Pour préparer le terrain, le Parlement colombien a approuvé à la mi-juin un projet de réforme constitutionnelle destinée à encadrer une éventuelle démobilisation des combattants de la rébellion. Reste à définir le calendrier des négociations qui pourraient, selon des médias colombiens, se dérouler à partir d'octobre en terrain neutre, d'abord en Norvège puis à Cuba. Dans un geste qui ne manquera pas de froisser son prédécesseur Uribe, le président Santos aurait également demandé la présence du président du Venezuela, Hugo Chavez, en guise d’"accompagnateur".

La presse colombienne s’est fait fort de souligner qu’un succès sur le chemin de la paix pourrait s’avérer déterminant pour les espoirs de réélection de Santos en 2014, malmené dans les sondages, ainsi que pour Chavez. Selon une enquête d’opinion publiée la semaine dernière, 74 % de Colombiens se disent en faveur de négociations avec la rébellion marxiste.

 

Première publication : 30/08/2012

  • COLOMBIE

    Bogota cherche à obtenir un accord de paix avec les Farc

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Roméo Langlois raconte sa détention chez les Farc

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Les Farc prêtes à renouer le dialogue, les autorités se montrent prudentes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)