Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Moyen-orient

Sommet des non-alignés : Morsi dénonce le "régime oppressif" syrien

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2012

Le président égyptien Mohamed Morsi a dénoncé le "régime oppressif" d'Assad lors de son discours, jeudi, devant les délégués participant au sommet des non-alignés à Téhéran. Des propos qui ont provoqué le départ de la délégation syrienne.

AFP - Le président égyptien Mohamed Morsi a dénoncé jeudi le "régime oppressif syrien qui a perdu sa légitimité", à l'ouverture du sommet des pays Non-Alignés à Téhéran, plus ferme allié de Damas, un discours suscitant les protestations de la délégation syrienne qui a quitté la salle.

Decryptage: Vers un clash entre l'Égypte et l'Iran?

"La révolution en Egypte était un pilier du printemps arabe, elle a commencé quelques jours après la Tunisie, a été suivie par la Libye et le Yémen et aujourd'hui la révolution en Syrie (vise) le régime oppressif" de ce pays, a déclaré M. Morsi.

"Notre solidarité avec la lutte que mènent les Syriens contre un régime oppressif qui a perdu sa légitimité est un devoir moral et une nécessité politique et stratégique", a-t-il ajouté tandis que la délégation syrienne emmenée par le Premier ministre Waël al-Halaqi quittait la salle.

"La délégation syrienne a quitté la salle pour protester contre le discours de Morsi qui (...) est une ingérence dans les affaires syriennes et (...) une incitation à la poursuite du bain de sang en Syrie", a affirmé le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, présent à Téhéran, selon la télévision d'Etat syrienne.

Premier président civil élu en Egypte dans la foulée d'une révolte populaire contre le régime de Hosni Moubarak, M. Morsi effectue dans le cadre de ce sommet la première visite à Téhéran d'un chef d'Etat égyptien depuis la rupture des relations diplomatiques de son pays avec l'Iran il y a plus de trente ans. Il ne devait rester que quelques heures à Téhéran pour passer le relais de la présidence tournante du Mouvement des Non-Alignés aux autorités iraniennes, selon son entourage.

"Les peuples palestinien et syrien veulent la liberté, la dignité et la justice", a encore dit M. Morsi devant l'assemblée comprenant notamment les dirigeants iraniens, le Guide suprême Ali Khamenei et le président Mahmoud Ahmadinejad.

L'Iran est le principal allié régional du régime du président Bachar al-Assad, confronté à une révolte depuis mars 2011, et s'oppose fermement à un départ du pouvoir de M. Assad comme le réclament des pays occidentaux et arabes, dont l'Egypte.

M. Morsi, premier président issu des rangs des Frères musulmans, a toutefois réitéré sa volonté "de travailler avec toutes les parties pour faire en sorte que le sang s'arrête de couler" en Syrie, où le conflit a fait plus de 25.000 morts en 17 mois, selon une ONG syrienne.

Le président égyptien avait tendu la main à Téhéran à la mi-août en proposant la création d'un comité régional quadripartite pour tenter de trouver une solution à la crise syrienne, comprenant l'Egypte, l'Iran, l'Arabie saoudite et la Turquie.

Cette initiative avait été bien accueillie par Téhéran, qui voudrait jouer un rôle dans la résolution de la crise en dépit de l'hostilité de Washington et de l'opposition syrienne.

M. Morsi s'était entretenu de la Syrie la veille au téléphone avec le président français François Hollande et "les deux chefs d'Etat ont constaté qu'aucune solution politique n'était désormais possible sans le départ de Bachar al-Assad", selon la présidence française.

L'Iran a rompu ses relations avec l'Egypte en 1980 pour protester contre la conclusion des accords de paix israélo-égyptiens l'année précédente par le président Anouar al-Sadate.

Hosni Moubarak, à la présidence pendant trente ans jusqu'à sa chute en février 2011, a fermement maintenu l'Egypte dans le camp des pays hostiles à l'influence de l'Iran, perçu comme un facteur de déstabilisation au Moyen-Orient. Il ne s'est jamais rendu à Téhéran.
 

Première publication : 30/08/2012

  • ÉGYPTE - IRAN

    Morsi à Téhéran : un rabibochage à "hauts risques" pour Le Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi prône un renouveau des relations diplomatiques entre Téhéran et Le Caire

    En savoir plus

  • EXCLUSIVITÉ FRANCE 24

    Mahmoud Ahmadinejad se dit "sensible" au sort des Syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)