Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Moyen-orient

Sommet des non-alignés : Morsi dénonce le "régime oppressif" syrien

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2012

Le président égyptien Mohamed Morsi a dénoncé le "régime oppressif" d'Assad lors de son discours, jeudi, devant les délégués participant au sommet des non-alignés à Téhéran. Des propos qui ont provoqué le départ de la délégation syrienne.

AFP - Le président égyptien Mohamed Morsi a dénoncé jeudi le "régime oppressif syrien qui a perdu sa légitimité", à l'ouverture du sommet des pays Non-Alignés à Téhéran, plus ferme allié de Damas, un discours suscitant les protestations de la délégation syrienne qui a quitté la salle.

Decryptage: Vers un clash entre l'Égypte et l'Iran?

"La révolution en Egypte était un pilier du printemps arabe, elle a commencé quelques jours après la Tunisie, a été suivie par la Libye et le Yémen et aujourd'hui la révolution en Syrie (vise) le régime oppressif" de ce pays, a déclaré M. Morsi.

"Notre solidarité avec la lutte que mènent les Syriens contre un régime oppressif qui a perdu sa légitimité est un devoir moral et une nécessité politique et stratégique", a-t-il ajouté tandis que la délégation syrienne emmenée par le Premier ministre Waël al-Halaqi quittait la salle.

"La délégation syrienne a quitté la salle pour protester contre le discours de Morsi qui (...) est une ingérence dans les affaires syriennes et (...) une incitation à la poursuite du bain de sang en Syrie", a affirmé le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, présent à Téhéran, selon la télévision d'Etat syrienne.

Premier président civil élu en Egypte dans la foulée d'une révolte populaire contre le régime de Hosni Moubarak, M. Morsi effectue dans le cadre de ce sommet la première visite à Téhéran d'un chef d'Etat égyptien depuis la rupture des relations diplomatiques de son pays avec l'Iran il y a plus de trente ans. Il ne devait rester que quelques heures à Téhéran pour passer le relais de la présidence tournante du Mouvement des Non-Alignés aux autorités iraniennes, selon son entourage.

"Les peuples palestinien et syrien veulent la liberté, la dignité et la justice", a encore dit M. Morsi devant l'assemblée comprenant notamment les dirigeants iraniens, le Guide suprême Ali Khamenei et le président Mahmoud Ahmadinejad.

L'Iran est le principal allié régional du régime du président Bachar al-Assad, confronté à une révolte depuis mars 2011, et s'oppose fermement à un départ du pouvoir de M. Assad comme le réclament des pays occidentaux et arabes, dont l'Egypte.

M. Morsi, premier président issu des rangs des Frères musulmans, a toutefois réitéré sa volonté "de travailler avec toutes les parties pour faire en sorte que le sang s'arrête de couler" en Syrie, où le conflit a fait plus de 25.000 morts en 17 mois, selon une ONG syrienne.

Le président égyptien avait tendu la main à Téhéran à la mi-août en proposant la création d'un comité régional quadripartite pour tenter de trouver une solution à la crise syrienne, comprenant l'Egypte, l'Iran, l'Arabie saoudite et la Turquie.

Cette initiative avait été bien accueillie par Téhéran, qui voudrait jouer un rôle dans la résolution de la crise en dépit de l'hostilité de Washington et de l'opposition syrienne.

M. Morsi s'était entretenu de la Syrie la veille au téléphone avec le président français François Hollande et "les deux chefs d'Etat ont constaté qu'aucune solution politique n'était désormais possible sans le départ de Bachar al-Assad", selon la présidence française.

L'Iran a rompu ses relations avec l'Egypte en 1980 pour protester contre la conclusion des accords de paix israélo-égyptiens l'année précédente par le président Anouar al-Sadate.

Hosni Moubarak, à la présidence pendant trente ans jusqu'à sa chute en février 2011, a fermement maintenu l'Egypte dans le camp des pays hostiles à l'influence de l'Iran, perçu comme un facteur de déstabilisation au Moyen-Orient. Il ne s'est jamais rendu à Téhéran.
 

Première publication : 30/08/2012

  • ÉGYPTE - IRAN

    Morsi à Téhéran : un rabibochage à "hauts risques" pour Le Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi prône un renouveau des relations diplomatiques entre Téhéran et Le Caire

    En savoir plus

  • EXCLUSIVITÉ FRANCE 24

    Mahmoud Ahmadinejad se dit "sensible" au sort des Syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)