Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Moyen-orient

Sommet des non-alignés : Morsi dénonce le "régime oppressif" syrien

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2012

Le président égyptien Mohamed Morsi a dénoncé le "régime oppressif" d'Assad lors de son discours, jeudi, devant les délégués participant au sommet des non-alignés à Téhéran. Des propos qui ont provoqué le départ de la délégation syrienne.

AFP - Le président égyptien Mohamed Morsi a dénoncé jeudi le "régime oppressif syrien qui a perdu sa légitimité", à l'ouverture du sommet des pays Non-Alignés à Téhéran, plus ferme allié de Damas, un discours suscitant les protestations de la délégation syrienne qui a quitté la salle.

Decryptage: Vers un clash entre l'Égypte et l'Iran?

"La révolution en Egypte était un pilier du printemps arabe, elle a commencé quelques jours après la Tunisie, a été suivie par la Libye et le Yémen et aujourd'hui la révolution en Syrie (vise) le régime oppressif" de ce pays, a déclaré M. Morsi.

"Notre solidarité avec la lutte que mènent les Syriens contre un régime oppressif qui a perdu sa légitimité est un devoir moral et une nécessité politique et stratégique", a-t-il ajouté tandis que la délégation syrienne emmenée par le Premier ministre Waël al-Halaqi quittait la salle.

"La délégation syrienne a quitté la salle pour protester contre le discours de Morsi qui (...) est une ingérence dans les affaires syriennes et (...) une incitation à la poursuite du bain de sang en Syrie", a affirmé le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, présent à Téhéran, selon la télévision d'Etat syrienne.

Premier président civil élu en Egypte dans la foulée d'une révolte populaire contre le régime de Hosni Moubarak, M. Morsi effectue dans le cadre de ce sommet la première visite à Téhéran d'un chef d'Etat égyptien depuis la rupture des relations diplomatiques de son pays avec l'Iran il y a plus de trente ans. Il ne devait rester que quelques heures à Téhéran pour passer le relais de la présidence tournante du Mouvement des Non-Alignés aux autorités iraniennes, selon son entourage.

"Les peuples palestinien et syrien veulent la liberté, la dignité et la justice", a encore dit M. Morsi devant l'assemblée comprenant notamment les dirigeants iraniens, le Guide suprême Ali Khamenei et le président Mahmoud Ahmadinejad.

L'Iran est le principal allié régional du régime du président Bachar al-Assad, confronté à une révolte depuis mars 2011, et s'oppose fermement à un départ du pouvoir de M. Assad comme le réclament des pays occidentaux et arabes, dont l'Egypte.

M. Morsi, premier président issu des rangs des Frères musulmans, a toutefois réitéré sa volonté "de travailler avec toutes les parties pour faire en sorte que le sang s'arrête de couler" en Syrie, où le conflit a fait plus de 25.000 morts en 17 mois, selon une ONG syrienne.

Le président égyptien avait tendu la main à Téhéran à la mi-août en proposant la création d'un comité régional quadripartite pour tenter de trouver une solution à la crise syrienne, comprenant l'Egypte, l'Iran, l'Arabie saoudite et la Turquie.

Cette initiative avait été bien accueillie par Téhéran, qui voudrait jouer un rôle dans la résolution de la crise en dépit de l'hostilité de Washington et de l'opposition syrienne.

M. Morsi s'était entretenu de la Syrie la veille au téléphone avec le président français François Hollande et "les deux chefs d'Etat ont constaté qu'aucune solution politique n'était désormais possible sans le départ de Bachar al-Assad", selon la présidence française.

L'Iran a rompu ses relations avec l'Egypte en 1980 pour protester contre la conclusion des accords de paix israélo-égyptiens l'année précédente par le président Anouar al-Sadate.

Hosni Moubarak, à la présidence pendant trente ans jusqu'à sa chute en février 2011, a fermement maintenu l'Egypte dans le camp des pays hostiles à l'influence de l'Iran, perçu comme un facteur de déstabilisation au Moyen-Orient. Il ne s'est jamais rendu à Téhéran.
 

Première publication : 30/08/2012

  • ÉGYPTE - IRAN

    Morsi à Téhéran : un rabibochage à "hauts risques" pour Le Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi prône un renouveau des relations diplomatiques entre Téhéran et Le Caire

    En savoir plus

  • EXCLUSIVITÉ FRANCE 24

    Mahmoud Ahmadinejad se dit "sensible" au sort des Syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)