Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Moyen-Orient

Les rebelles syriens affirment avoir abattu un avion de chasse de l'armée

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2012

Une brigade de l'Armée syrienne libre (ASL) a déclaré avoir abattu, ce jeudi, un avion de chasse des forces gouvernementales dans la province d'Idlib, à proximité de la frontière turco-syrienne.

AFP - Les rebelles syriens ont affirmé avoir abattu jeudi un avion de combat de l'armée au cours d'une attaque pour s'emparer d'un aéroport militaire de la région d'Idleb (nord-ouest), qu'ils disent désormais sous leur contrôle.

"L'avion a été abattu ce matin par nos hommes qui ont utilisé des armes automatiques peu après son décollage de l'aéroport d'Abou el-Zouhour (région d'Idleb). Les deux pilotes se sont éjectés avec leur parachute et ont été capturés", a affirmé à l'AFP le colonel Afif Mahmoud Sleimane, chef du conseil militaire rebelle pour la province d'Idleb.

"C'est la deuxième fois qu'un avion MiG est abattu" par les rebelles, a affirmé le colonel Sleimane, précisant qu'un premier appareil avait été touché récemment à Boukamal dans l'est du pays.

L'avion a été abattu durant l'attaque menée par une "centaines de rebelles" contre l'aéroport d'Abou el-Zouhour, une opération qui a duré de mercredi soir à 21H00 locales (18H00 GMT) jusqu'à jeudi à midi (09H00 GMT).

"Nous planifions cette attaque depuis trois jours", a-t-il assuré.

"A part l'avion abattu, nous avons brûlé 11 avions MiG dans cet aéroport que nous contrôlons désormais totalement", a-t-il ajouté, précisant qu'"une partie des soldats présents s'est enfuie, d'autres ont été tués".

Il était impossible de vérifier ces informations de source indépendante compte tenu des restrictions imposées aux journalistes et organisations internationales pour la converture de ce conflit.

Citant des militants et des témoins, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a de son côté rapporté qu'un avion militaire s'était écrasé près de l'aéroport d'Abou el-Zouhour, sans dire s'il avait été abattu. L'OSDH avait également fait état de violents combats dans la nuit dans cet aéroport.

Une vidéo postée jeudi sur YouTube et que l'AFP n'est pas en mesure d'authentifier montre le corps d'un soldat entouré de rebelles qui serait, selon le titre de la vidéo, l'un des "pilotes tués après s'être éjecté".

L'attaque de jeudi intervient au lendemain d'une autre opération contre l'aéroport militaire de Taftanaz, également dans la province d'Idleb, lors de laquelle les insurgés ont affirmé avoir bombardé le site à l'artillerie, détruisant plusieurs hélicoptères.

"Taftanaz et Abou el-Zouhour sont les deux principaux aéroports à Idleb à travers lesquels le régime envoie ces avions pour bombarder les maisons des civils et commettre des crimes que nous ne pouvons plus supporter. Nous avons donc décidé de les attaquer", a expliqué le colonel Sleimane.

"Nous prévenons le régime que dans les prochains jours, il va faire face à plus d'attaques qui l'obligeront à ne plus commettre de massacres. On ripostera à chaque massacre par des opérations de qualité", a souligné le commandant rebelle.

Les rebelles affirment avoir pris les armes pour défendre la population civile contre la répression menée par le régime de Bachar al-Assad à l'encontre des manifestations pacifiques entamées en mars 2011.

Première publication : 30/08/2012

  • SYRIE

    Intervenir militairement en Syrie : un casse-tête juridique

    En savoir plus

  • SYRIE

    Massacre près de Damas, plus de 300 morts

    En savoir plus

  • SYRIE

    Offensif, Bachar al-Assad affirme que "gagner la bataille" prendra du temps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)