Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • En direct : "aucune hypothèse exclue" après la disparition du vol d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Moyen-orient

À Téhéran, Morsi défend la révolution syrienne, les interprètes iraniens travestissent ses propos

Texte par Tony TODD

Dernière modification : 31/08/2012

Au sommet des non-alignés à Téhéran, les interprètes iraniens ont eu tôt fait d'évacuer les critiques du président égyptien Mohammed Morsi contre le régime de son homologue syrien Bachar Al-Assad en remplaçant la "Syrie" par le "Bahreïn".

Drôles de petits arrangements avec la langue. Lors du sommet des non-alignés à Téhéran, le président égyptien Mohammed Morsi a multiplié, dans son discours, les attaques contre le régime de son homologue syrien Bachar al-Assad. Des critiques qui n’ont pas été du goût de ses hôtes iraniens, fervents soutiens du président syrien. Pour ne pas porter atteinte à l'allié de l'Iran, les interprètes iraniens chargés de retranscrire le discours en persan ont choisi d’esquiver les critiques du président égyptien en remplaçant la "Syrie" par le "Bahreïn", rapporte Assal Reza dans son blog "Nouvelles d’Iran" sur lemonde.fr.

Survenant après des décennies de relations froides entre l’Égypte et l’Iran, la visite de Mohammed Morsi avait été qualifiée de triomphe diplomatique par Téhéran. Mais son discours du 30 août n’a pas été apprécié de tous. "La révolution égyptienne est un pilier du Printemps arabe. Elle a commencé quelques jours après la Tunisie, elle a été suivie de près par la Libye et le Yémen. Maintenant, c’est au tour de la Syrie de faire sa révolution." À ces mots, la délégation syrienne a quitté le sommet sur le champ. Au même moment, des millions d’Iraniens suivaient l’événement retransmis à la télévision et à la radio, convaincus que Mohammed Morsi faisait référence au Bahreïn et non à la Syrie.

Un discours remanié

Quand le président égyptien a appelé le mouvement d’opposition syrienne divisé à s’unir, les interprètes ont, une fois encore, préféré parler du Bahreïn. Une traduction simultanée du discours retransmis en direct bien éloignée de la réalité des propos tenus.

De nombreux sites internet iraniens n’ont pas hésité à remanier le discours du chef égyptien, poursuit Assal Reza dans son blog. Ainsi, le site conservateur Farda affirme que Mohammed Morsi a exprimé dans son discours l'espoir de voir le "régime populaire" syrien survivre au conflit et "le peuple libre de Syrie s’opposer aux complots venus de l’étranger". Le discours de Mohammed Morsi était pourtant d’une toute autre teneur. "Notre solidarité avec l’opposition syrienne, en lutte contre un pouvoir répressif qui a perdu toute légitimité, est un devoir moral et une nécessité politique et stratégique", a-t-il asséné.

Le dirigeant égyptien n’est pas le seul à avoir provoqué des remous au sommet. La veille, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dont la venue avait été critiquée par les États-Unis et Israël, n’a pas hésité à condamner les ambitions nucléaires de l’Iran ainsi que les menaces proférées à l’encontre d’Israël. "Nier des faits historiques comme l'Holocauste" et "affirmer qu'un autre État membre de l'ONU n'a pas le droit d'exister ou le décrire en des termes racistes est non seulement faux, mais porte atteinte aux principes mêmes" de l'ONU, a-t-il averti.

Première publication : 31/08/2012

  • DIPLOMATIE

    Sommet des non-alignés : Morsi dénonce le "régime oppressif" syrien

    En savoir plus

  • IRAN

    Ban Ki-moon demande à Téhéran des progrès "concrets" sur le nucléaire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE - IRAN

    Morsi à Téhéran : un rabibochage à "hauts risques" pour Le Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)