Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Moyen-orient

À Téhéran, Morsi défend la révolution syrienne, les interprètes iraniens travestissent ses propos

©

Texte par Tony TODD

Dernière modification : 31/08/2012

Au sommet des non-alignés à Téhéran, les interprètes iraniens ont eu tôt fait d'évacuer les critiques du président égyptien Mohammed Morsi contre le régime de son homologue syrien Bachar Al-Assad en remplaçant la "Syrie" par le "Bahreïn".

Drôles de petits arrangements avec la langue. Lors du sommet des non-alignés à Téhéran, le président égyptien Mohammed Morsi a multiplié, dans son discours, les attaques contre le régime de son homologue syrien Bachar al-Assad. Des critiques qui n’ont pas été du goût de ses hôtes iraniens, fervents soutiens du président syrien. Pour ne pas porter atteinte à l'allié de l'Iran, les interprètes iraniens chargés de retranscrire le discours en persan ont choisi d’esquiver les critiques du président égyptien en remplaçant la "Syrie" par le "Bahreïn", rapporte Assal Reza dans son blog "Nouvelles d’Iran" sur lemonde.fr.

Survenant après des décennies de relations froides entre l’Égypte et l’Iran, la visite de Mohammed Morsi avait été qualifiée de triomphe diplomatique par Téhéran. Mais son discours du 30 août n’a pas été apprécié de tous. "La révolution égyptienne est un pilier du Printemps arabe. Elle a commencé quelques jours après la Tunisie, elle a été suivie de près par la Libye et le Yémen. Maintenant, c’est au tour de la Syrie de faire sa révolution." À ces mots, la délégation syrienne a quitté le sommet sur le champ. Au même moment, des millions d’Iraniens suivaient l’événement retransmis à la télévision et à la radio, convaincus que Mohammed Morsi faisait référence au Bahreïn et non à la Syrie.

Un discours remanié

Quand le président égyptien a appelé le mouvement d’opposition syrienne divisé à s’unir, les interprètes ont, une fois encore, préféré parler du Bahreïn. Une traduction simultanée du discours retransmis en direct bien éloignée de la réalité des propos tenus.

De nombreux sites internet iraniens n’ont pas hésité à remanier le discours du chef égyptien, poursuit Assal Reza dans son blog. Ainsi, le site conservateur Farda affirme que Mohammed Morsi a exprimé dans son discours l'espoir de voir le "régime populaire" syrien survivre au conflit et "le peuple libre de Syrie s’opposer aux complots venus de l’étranger". Le discours de Mohammed Morsi était pourtant d’une toute autre teneur. "Notre solidarité avec l’opposition syrienne, en lutte contre un pouvoir répressif qui a perdu toute légitimité, est un devoir moral et une nécessité politique et stratégique", a-t-il asséné.

Le dirigeant égyptien n’est pas le seul à avoir provoqué des remous au sommet. La veille, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dont la venue avait été critiquée par les États-Unis et Israël, n’a pas hésité à condamner les ambitions nucléaires de l’Iran ainsi que les menaces proférées à l’encontre d’Israël. "Nier des faits historiques comme l'Holocauste" et "affirmer qu'un autre État membre de l'ONU n'a pas le droit d'exister ou le décrire en des termes racistes est non seulement faux, mais porte atteinte aux principes mêmes" de l'ONU, a-t-il averti.

Première publication : 31/08/2012

  • DIPLOMATIE

    Sommet des non-alignés : Morsi dénonce le "régime oppressif" syrien

    En savoir plus

  • IRAN

    Ban Ki-moon demande à Téhéran des progrès "concrets" sur le nucléaire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE - IRAN

    Morsi à Téhéran : un rabibochage à "hauts risques" pour Le Caire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)