Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Assange pourrait quitter l'ambassade d'Équateur à Londres d'ici septembre 2013

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2012

Dans une interview diffusée jeudi soir par une télévision équatorienne, le fondateur de Wikileaks, retranché à l'ambassade d'Équateur à Londres depuis le 19 juin, a indiqué que sa situation pourrait se dénouer dans les six ou douze mois.

AFP - Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a estimé que sa situation se débloquera en six ou douze mois par le jeu diplomatique ou à la suite d'un événement inattendu, dans une interview diffusée jeudi soir par une télévision équatoriennne.

"Je crois que ça se résoudra en six ou douze mois, c'est ce que j'ai calculé", a dit l'Australien de 41 ans à la chaîne de télévision Gama, qui l'a interviewé à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il réside depuis le 19 juin afin d'éviter son extradition vers la Suède et la possible extradition vers les Etats-Unis qui pourrait s'ensuivre.

"La situation se résoudra par la diplomatie ou un événement inattendu dans le monde que nous ne pouvons prévoir, tel une guerre (de l'occident) contre l'Iran, l'élection (présidentielle) aux Etats-Unis et l'abandon des poursuites de la part du gouvernement suédois", a-t-il ajouté.

Le militant informatique, auquel Quito a accordé l'asile diplomatique le 16 août, est poursuivi en Suède pour des délits sexuels qu'il nie avoir commis.

L'Equateur réclame auprès du Royaume-Uni un sauf-conduit pour que Julian Assange puisse sortir librement du pays.

M. Assange a indiqué qu'en dépit de son confinement dans l'ambassade, il devait "poursuivre la lutte" et a souligné que "ceci n'est pas seulement la persécution d'un individu, mais aussi d'une organisation".

Première publication : 31/08/2012

  • WIKILEAKS

    Julian Assange demande aux États-Unis de cesser "la chasse aux sorcières"

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Le cas Julian Assange, un imbroglio entre Londres, Stockholm et Quito

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pour la Suède, l'asile politique offert à Assange ne change rien à son extradition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)