Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

EUROPE

Assange pourrait quitter l'ambassade d'Équateur à Londres d'ici septembre 2013

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2012

Dans une interview diffusée jeudi soir par une télévision équatorienne, le fondateur de Wikileaks, retranché à l'ambassade d'Équateur à Londres depuis le 19 juin, a indiqué que sa situation pourrait se dénouer dans les six ou douze mois.

AFP - Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a estimé que sa situation se débloquera en six ou douze mois par le jeu diplomatique ou à la suite d'un événement inattendu, dans une interview diffusée jeudi soir par une télévision équatoriennne.

"Je crois que ça se résoudra en six ou douze mois, c'est ce que j'ai calculé", a dit l'Australien de 41 ans à la chaîne de télévision Gama, qui l'a interviewé à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il réside depuis le 19 juin afin d'éviter son extradition vers la Suède et la possible extradition vers les Etats-Unis qui pourrait s'ensuivre.

"La situation se résoudra par la diplomatie ou un événement inattendu dans le monde que nous ne pouvons prévoir, tel une guerre (de l'occident) contre l'Iran, l'élection (présidentielle) aux Etats-Unis et l'abandon des poursuites de la part du gouvernement suédois", a-t-il ajouté.

Le militant informatique, auquel Quito a accordé l'asile diplomatique le 16 août, est poursuivi en Suède pour des délits sexuels qu'il nie avoir commis.

L'Equateur réclame auprès du Royaume-Uni un sauf-conduit pour que Julian Assange puisse sortir librement du pays.

M. Assange a indiqué qu'en dépit de son confinement dans l'ambassade, il devait "poursuivre la lutte" et a souligné que "ceci n'est pas seulement la persécution d'un individu, mais aussi d'une organisation".

Première publication : 31/08/2012

  • WIKILEAKS

    Julian Assange demande aux États-Unis de cesser "la chasse aux sorcières"

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Le cas Julian Assange, un imbroglio entre Londres, Stockholm et Quito

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pour la Suède, l'asile politique offert à Assange ne change rien à son extradition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)