Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 31/08/2012

L'Obama Express

Il y a quatre ans, Barack Obama quittait Chicago pour la Maison Blanche. Nos reporters ont pris le train qui relie Chicago à Washington et ont parcouru 1 230 km pour savoir ce que doivent faire les démocrates pour gagner le cœur des Américains.

Monter à bord du Capitol Limited, le train qui va de Chicago à Washington, est une façon de se mettre dans les pas de Barack Obama, élu de l'Illinois devenu locataire de la Maison Blanche, et un moyen de mesurer les défis qui attendent le président dans sa course à la réélection. Barack Obama devra tout d'abord motiver ses troupes pour retrouver l'essence de la campagne de 2008 : une élection américaine se gagne sur le terrain.

À Chicago, première étape de notre voyage, la machine est bien huilée : en plus du quartier général d'Obama, des dizaines de cellules démocrates jalonnent la ville. Au sein de chacune, des "Phone Bank" sont organisées : les militants consacrent plusieurs soirées par semaine à appeler un à un les électeurs, à les répertorier selon leur orientation politique et à les encourager à voter Obama. Ces sessions visent notamment les habitants des États-clés, comme l'Ohio ou la Pennsylvanie, où le vote va se jouer à quelques milliers de voix près.

L'Ohio, étape suivante sur notre route, est ainsi le centre d'une âpre bataille électorale. "Il s'agit d'aller frapper à toutes les portes, rue par rue, quartier par quartier", explique Ken Johnson, un responsable démocrate local. Le dispositif démocrate sur le terrain est impressionnant : les quartiers sont quadrillés, le vote de chacun est analysé, et, là où des voix peuvent être gagnées, le parti organise du porte-à-porte et des campagnes d'inscription des électeurs sur les listes électorales. "Si vous gagnez l'Ohio, vous pouvez gagner l'élection", explique une volontaire.

Mais le président fait face à un autre défi : le chômage. "C'est clairement la tactique principale des candidats de parler emploi, emploi, emploi", nous explique Steve Newman, directeur d'un "Job Center" à Cleveland. "Nous avons tellement souffert du chômage. La tendance est bonne aujourd'hui, mais cela va lentement", ajoute-t-il. Aucun président américain depuis Franklin Roosevelt n'a été réélu avec un taux de chômage supérieur à 7,4 %. Le chômage dépasse aujourd'hui les 8 % aux États-Unis.

Barack Obama devra enfin gagner des voix chez les indécis. Ils représentent 6 % de l'électorat. Ce sont eux, de facto, qui feront le président. "C'est difficile de choisir un candidat, parce qu'ils font toujours des promesses, il font espérer plein de choses, mais cela ne se réalise jamais", explique Dale Kiddleton, rencontré sur notre route vers Washington, résumant l'opinion de beaucoup d'indécis.

Pour gagner ces voix-là, Barack Obama multiplie les déplacements. Les 3 et 4 juillet, l'équipe de campagne a organisé une tournée du président-candidat dans l'Ohio et en Pennsylvanie. Cinq étapes en 48 heures. Toutes étaient situées sur la ligne du Capitol Limited. Quatre ans après l’élection d’Obama, la route qui mène de Chicago à Washington a encore son importance.

Par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE , Philip CROWTHER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/06/2016 Première Guerre mondiale

Grande Guerre : quand le nord de la France vivait à l'heure allemande

Pendant la Grande Guerre, 13 départements français ont subi l’occupation allemande. Quatre ans durant lesquels deux millions de Français ont vécu une cohabitation forcée avec les...

En savoir plus

17/06/2016 États-Unis

États-Unis : quand les États du Sud partent en croisade contre Washington

Pour préserver une liberté religieuse qu’ils considèrent menacée, certains États du sud des États-Unis ont adopté un nouvel arsenal législatif. À l'instar du Mississipi, qui...

En savoir plus

09/06/2016 Iran

Vidéo : chroniques iraniennes, un an après l'accord sur le nucléaire

Juillet 2015. L'accord sur le nucléaire iranien a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire des relations entre Téhéran et le reste du monde, notamment avec l'Occident. Une ...

En savoir plus

03/06/2016 Cinéma africain

Nollywood, l'eldorado du cinéma au Nigeria

Le Nigeria peut se targuer de détenir la deuxième industrie cinématographique au monde. Son influence culturelle s'est largement étendue en dehors des frontières de l'Afrique....

En savoir plus

26/05/2016 Ukraine

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

Depuis deux ans, l’Ukraine est divisée. Malgré l'instauration de plusieurs trêves, les affrontements se poursuivent dans les régions séparatistes de l'Est entre rebelles...

En savoir plus