Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

Moyen-orient

Les proches d’un intellectuel syrien pris en otage par de "faux rebelles"

Texte par Joseph BAMAT

Dernière modification : 01/09/2012

Trois membres de la famille de Majid Rafizadeh, un spécialiste syrien du Moyen-Orient installé aux États-Unis, ont été enlevés à Damas par des hommes se faisant passer pour des rebelles. Ces derniers seraient, en fait, des proches du régime.

Les prises de position très tranchées de Majid Rafizadeh à l’égard du régime de Bachar al-Assad auraient coûté cher à sa famille qui vit en Syrie. Cet Irano-Syrien est désormais installé aux États-Unis, où il est considéré comme un spécialiste du Moyen-Orient. Dans un entretion accordé à FRANCE 24, il fait part de ses craintes à propos du sort de trois membres de sa famille, enlevés par un groupe armé se réclamant de l’opposition syrienne. Mais, selon lui, ce sont bien des hommes d’Assad et non les rebelles qui s’en sont pris à ses proches.

Majid Rafizadeh a pu les voir dans une vidéo mise en ligne sur Internet le 27 août. Sur ce document, celui-ci a reconnu son oncle maternel, Moyassar Saadi, 65 ans, et son cousin, Jawad Saadi, 19 ans, ainsi que le demi-frère de Moyassar, Toufik Saadi. Les trois détenus apparaissent à genoux devant leurs ravisseurs qui brandissent leurs armes face à la caméra.

"Les rebelles", comme ils se définissent, prétendent avoir enlevé les trois hommes - qu'ils qualifient d'"Iraniens" - en raison de leur appartenance aux milices "chabiha", proches de Bachar al-Assad. Le professeur Rafizadeh s’inscrit en faux devant de telles accusations. Il rappelle que les membres de sa famille sont des ressortissants syriens et affirme que les ravisseurs sont probablement des hommes du régime. "Certains groupes anonymes pro-Assad commettent des crimes en se revendiquant de l’opposition, afin de renforcer l’idée que les 'terroristes' sont soutenus par des pays de l’étranger, seuls responsables du soulèvement populaire", affirme Rafizadeh.

Fuir vers le Liban

Dans la vidéo, les ravisseurs qui entourent les trois détenus affirment appartenir à la milice du Bouclier de l'islam, un groupe affilié au Front de libération de Damas. Après avoir interrogé les détenus pour savoir ce qu'ils font exactement en Syrie, les ravisseurs demandent aux trois hommes s’ils font partie des chabiha. On peut voir aussi, dans la vidéo, des images de Jawad Saadi, le jeune étudiant de 19 ans, le visage tuméfié.

L'oncle et le cousin de Rafizadeh, qui habitent dans la banlieue de Damas, ont été enlevés il y a huit jours alors qu'ils allaient assister à des funérailles. Leurs kidnappeurs auraient dit à la tante de Rafizadeh, qui a été autorisée à voir son mari et son fils après leur enlèvement, qu'ils seraient libérés contre une rançon de 6 millions de livres syriennes, soit environ 100 000 dollars. D’après Rafizadeh, les autres membres de sa famille ont peur de subir le même sort et envisagent désormais de se réfugier au Liban.

Les ravisseurs auraient également cherché à obtenir des informations sur Rafizadeh lui-même. Ancien professeur à l'Université de Californie, à Santa Barbara, ce dernier intervient régulièrement dans de nombreux médias internationaux, dont la BBC, CNN, Al-Jazira et FRANCE 24.

Première publication : 31/08/2012

  • SYRIE

    Le Conseil de sécurité de l'ONU reste muet sur la crise humanitaire syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles syriens affirment avoir abattu un avion de chasse de l'armée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attentat meurtrier lors de funérailles à Damas, l'armée pilonne les bastions rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)