Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'ouragan Maria frappe les Antilles

En savoir plus

EUROPE

Italie : dans une interview posthume, le cardinal Martini avertit l'Église qu'elle a "200 ans de retard"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2012

Dans une interview parue samedi en Italie, le cardinal progressiste Carlo Maria Martini, décédé la veille à l'âge de 85 ans, invite l'Église catholique à "admettre ses erreurs" et à se transformer en profondeur.

REUTERS - Dans une interview publiée après sa mort, le cardinal Carlo Maria Martini, ancien archevêque de Milan qui fut naguère considéré comme un successeur possible de Jean-Paul II, estime que l'Eglise catholique a "200 ans de retard".

Le cardinal Martini, un des piliers du camp progressiste de l'Eglise, est mort vendredi à l'âge de 85 ans.

"Notre culture a vieilli, nos églises sont grandes mais vides et la bureaucratie ecclésiastique s'est accentuée, nos rites et nos soutanes sont prétentieux", disait-il dans cette interview que publie samedi le quotidien italien Corriere della Serra.

"L'Eglise, poursuivait-il, doit admettre ses erreurs et entreprendre un changement radical, à commencer par le pape et les évêques."

"Les scandales de pédophilie nous obligent à emprunter la voie de la transformation."

Dans cette ultime interview, le cardinal Martini appelle aussi l'Eglise catholique à revoir son approche du divorce et à s'ouvrir aux familles recomposées.

"Une femme est abandonnée par son mari et trouve un nouveau compagnon pour s'occuper d'elle et de ses enfants: un second amour réussit. Mais si cette famille est victime de discrimination (de la part de l'Eglise), la rupture n'intervient pas seulement avec la mère, mais aussi avec ses enfants", argumente-t-il.

"L'Eglise a 200 ans de retard. Pourquoi ne nous réveillons-nous pas ? Avons-nous peur ?"

Représentant de la branche libérale de l'Eglise catholique, le cardinal Martini, dont la dépouille a été exposée samedi à la cathédrale de Milan, s'était notamment déclaré en faveur du port du préservatif dans certains cas.

Il était considéré comme un successeur possible de Jean Paul II jusqu'à ce qu'il annonce, en 2002, qu'il souffrait de la maladie de Parkinson. A la mort du pape polonais, en 2005, c'est un conservateur, Benoît XVI, qui est monté sur le trône de Saint-Pierre.

Première publication : 01/09/2012

  • RELIGION

    Les Églises catholique et orthodoxe appellent à la réconciliation polono-russe

    En savoir plus

  • RELIGION

    Mariage homosexuel : la prière universelle qui divise les catholiques

    En savoir plus

  • FRANCE

    Homosexualité : l'Église réaffirme ses positions sur le mariage et l'adoption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)