Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

FRANCE

Rassemblement à Paris contre la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2012

Des Marocains résidant en France ont manifesté samedi, à Paris, pour exiger la fin de la "bay'a", la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc célébrée chaque année au mois d'août. Il s'agit, selon eux, d'un rituel archaïque dégradant.

AFP - Une cinquantaine de personnes ont manifesté samedi après-midi à Paris pour demander la fin de la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc, un rituel archaïque qui porte atteinte, selon elles, à la dignité humaine.

Les manifestants avaient organisé place du Trocadéro une parodie de cette cérémonie annuelle qui voit les dignitaires du régime se prosterner face à Mohamed VI, en tenue d'apparat sur un cheval noir protégé d'une ombrelle.

"Allégeance à la liberté et à la dignité", "à bas le protocole de la servilité", clamaient les banderoles des manifestants.

"C'est une pratique archaïque qui n'a aucun fondement constitutionnel", a dénoncé Chadil Anas, un jeune ingénieur marocain de 25 ans, qui a appelé à cette manifestation après la répression le 22 août d'une manifestation similaire au Maroc au lendemain de la cérémonie d'allégeance.

A quelques dizaines de mètres, les policiers tenaient à l'écart une contre-manifestation de quelques partisans du roi qui brandissaient des portraits de Mohamed VI. "Le Maroc est un pays royaliste, il faut respecter les traditions", a jugé l'un d'eux, Rachid El Mahdi, militant associatif.

Première publication : 01/09/2012

  • MAROC

    Le congrès du PJD déroule le tapis rouge au Hamas palestinien

    En savoir plus

  • 9e CIRCONSCRIPTION

    Une "campagne pas comme les autres"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)