Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce: après la victoire Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Pour résister" : un plaidoyer contre toutes les formes d'extrémisme

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Migrants climatiques : les réfugiés du siècle

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Venise au Moyen-Âge : un redoutable guerrier économique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Love and Loss" : le beau retour de Tina Arena

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Crise grecque : un référendum sous haute tension

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Maroc : la robe de la discorde

En savoir plus

FRANCE

Rassemblement à Paris contre la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2012

Des Marocains résidant en France ont manifesté samedi, à Paris, pour exiger la fin de la "bay'a", la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc célébrée chaque année au mois d'août. Il s'agit, selon eux, d'un rituel archaïque dégradant.

AFP - Une cinquantaine de personnes ont manifesté samedi après-midi à Paris pour demander la fin de la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc, un rituel archaïque qui porte atteinte, selon elles, à la dignité humaine.

Les manifestants avaient organisé place du Trocadéro une parodie de cette cérémonie annuelle qui voit les dignitaires du régime se prosterner face à Mohamed VI, en tenue d'apparat sur un cheval noir protégé d'une ombrelle.

"Allégeance à la liberté et à la dignité", "à bas le protocole de la servilité", clamaient les banderoles des manifestants.

"C'est une pratique archaïque qui n'a aucun fondement constitutionnel", a dénoncé Chadil Anas, un jeune ingénieur marocain de 25 ans, qui a appelé à cette manifestation après la répression le 22 août d'une manifestation similaire au Maroc au lendemain de la cérémonie d'allégeance.

A quelques dizaines de mètres, les policiers tenaient à l'écart une contre-manifestation de quelques partisans du roi qui brandissaient des portraits de Mohamed VI. "Le Maroc est un pays royaliste, il faut respecter les traditions", a jugé l'un d'eux, Rachid El Mahdi, militant associatif.

Première publication : 01/09/2012

  • MAROC

    Le congrès du PJD déroule le tapis rouge au Hamas palestinien

    En savoir plus

  • 9e CIRCONSCRIPTION

    Une "campagne pas comme les autres"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)