Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

FRANCE

Rassemblement à Paris contre la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2012

Des Marocains résidant en France ont manifesté samedi, à Paris, pour exiger la fin de la "bay'a", la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc célébrée chaque année au mois d'août. Il s'agit, selon eux, d'un rituel archaïque dégradant.

AFP - Une cinquantaine de personnes ont manifesté samedi après-midi à Paris pour demander la fin de la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc, un rituel archaïque qui porte atteinte, selon elles, à la dignité humaine.

Les manifestants avaient organisé place du Trocadéro une parodie de cette cérémonie annuelle qui voit les dignitaires du régime se prosterner face à Mohamed VI, en tenue d'apparat sur un cheval noir protégé d'une ombrelle.

"Allégeance à la liberté et à la dignité", "à bas le protocole de la servilité", clamaient les banderoles des manifestants.

"C'est une pratique archaïque qui n'a aucun fondement constitutionnel", a dénoncé Chadil Anas, un jeune ingénieur marocain de 25 ans, qui a appelé à cette manifestation après la répression le 22 août d'une manifestation similaire au Maroc au lendemain de la cérémonie d'allégeance.

A quelques dizaines de mètres, les policiers tenaient à l'écart une contre-manifestation de quelques partisans du roi qui brandissaient des portraits de Mohamed VI. "Le Maroc est un pays royaliste, il faut respecter les traditions", a jugé l'un d'eux, Rachid El Mahdi, militant associatif.

Première publication : 01/09/2012

  • MAROC

    Le congrès du PJD déroule le tapis rouge au Hamas palestinien

    En savoir plus

  • 9e CIRCONSCRIPTION

    Une "campagne pas comme les autres"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)