Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Amériques

Californie : un virus mortel inquiète les autorités du parc de Yosemite

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/09/2012

Quelque 10 000 touristes ayant séjourné cet été dans le parc national de Yosemite, en Californie, sont susceptibles d'avoir été infectés par un virus mortel propagé par les rongeurs. Deux personnes sont déjà mortes après l'avoir contracté.

REUTERS  - Dix mille personnes ayant séjourné cet été dans le village de tentes du parc national de Yosemite, en Californie, pourraient avoir été exposés à un virus mortel véhiculé par les rongeurs, a averti le centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Dans une note diffusée vendredi, le CDC souligne que deux personnes sont mortes après avoir contracté le syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH) et que quatre autres personnes ont été infectées mais ont survécu.

D'autres cas suspects sont à l'étude.

Le CDC soupçonne la plupart des victimes d'avoir été infectées par le virus après avoir séjourné dans l'une des 91 cabines de tente "Signature" du "Curry Village", une aire de
camping très visitée située au coeur du parc national.

"Les personnes ayant séjourné dans les tentes entre le 10 juin et le 24 août peuvent courir le risque de développer le SPH dans les six semaines", ajoute le CDC.

Les autorités du parc ont dit avoir joint environ 3.000 groupes de visiteurs en leur conseillant de contacter un médecin au plus vite s'ils développent les symptômes du SPH.

Le virus se manifeste d'abord par des symptômes proches de ceux d'une grippe - maux de tête, fièvre, toux - mais peut déboucher sur de graves difficultés respiratoires et provoquer le décès du patient.

Il n'existe pas de traitement pour l'hantavirus, mais un diagnostic et une prise en charge rapides augmentent les chances de survie.

Le virus est véhiculé par les excréments, l'urine et la salive des rongeurs, qui sèchent et se mélangent à la poussière inhalée par les humains, en particulier dans les espaces confinés. Les hommes peuvent également être infectés en ingérant de la nourriture contaminée ou par les morsures des rongeurs.

Première publication : 01/09/2012

COMMENTAIRE(S)