Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nobel de la paix pour Tsahal"

En savoir plus

SUR LE NET

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

Moyen-orient

Attaque meurtrière à Hama, attentat à la bombe à Damas

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2012

L'armée syrienne a lancé un assaut contre les rebelles dans la province de Hama, faisant une vingtaine de morts. À Damas, un attentat à la bombe a été perpétré à proximité de la place des Omeyyades, non loin de bâtiments des services de sécurité.

AFP - L'armée syrienne a lancé dimanche une attaque dans la province rebelle de Hama, tuant au moins 22 civils, tandis qu'un attentat frappait un quartier de Damas abritant des bâtiments des services de sécurité.

Dans la province de Hama (centre), un des bastions de la rébellion, l'armée a lancé un assaut à Al-Fan, une zone rurale, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en faisant état de 22 civils, tous des hommes.

"Il est probable que le nombre de victimes (...) augmente, de nombreuses personnes étant portées disparues, tandis que certains blessés se trouvent dans un état critique", a précisé l'ONG, qui s'appuie sur un réseau de militants et de témoins.

L'agence officielle Sana a pour sa part affirmé qu'ils étaient tous membres d'un "groupe terroriste armé qui était en train d'attaquer des citoyens et des forces de sécurité".

Le régime syrien ne reconnaît pas l'ampleur de la contestation qui secoue le pays depuis près de 18 mois et attribue les troubles à "des groupes terroristes armés".

Sur des images postées sur YouTube, tournées dans la région d'Al-Fan selon des militants, on pouvait voir un alignement de corps sur le sol, enveloppés de tissu blanc, des femmes et des enfants pleurant au-dessus des cadavres.

Multiplication des attentats à Damas

Attentats en série

Dans la capitale, un attentat à la bombe a par ailleurs frappé un quartier du centre, Abou Remmaneh, abritant des bâtiments de la Sécurité et le bureau du vice-président Farouk al-Chareh, selon la télévision d'Etat.

L'attaque a fait quatre blessés dans ce quartier résidentiel chic situé à proximité de la place ultra-sécurisée des Omeyyades, a précisé la chaîne, en évoquant un attentat "terroriste".

Selon l'OSDH, "deux bombes ont explosé près d'un immeuble rattaché à l'état-major de l'armée et des forces armées", faisant des blessés.

Un groupe islamiste obscur, "la Brigade des petits-fils du Prophète", qui se présente comme proche de l'Armée syrienne libre (ALS, rébellion), a revendiqué l'attentat sur sa page Facebook, en affirmant qu'il s'agissait d'"une réponse aux massacres à Daraya et dans les autres villes".

Les attentats se sont multipliés ces derniers jours à Damas, où l'armée tente de nettoyer des poches de résistance des rebelles.

Au total, les violences ont fait dimanche au moins 103 morts, dont 66 civils, selon un bilan provisoire de l'OSDH.

La guerre a fait plus de 26.000 tués depuis mars 2011, d'après cette ONG, et poussé à l'exode des centaines de milliers de personnes.

A Mazzé, un autre quartier chic de la capitale, les troupes régulières ont attaqué la périphérie avec l'appui de bulldozers et ont "rasé et détruit trois commerces et cinq maisons", selon l'OSDH.

Les bastions rebelles dans plusieurs villes étaient aussi sous le feu des chars et des hélicoptères de l'armée, les insurgés équipés d'armes légères ne parvenant pas, malgré la multiplication de leurs attaques, à contester aux forces du régime la maîtrise totale du ciel.

Les rebelles avaient marqué des points en prenant le bâtiment principal d'une base aérienne à Boukamal (est). Après une attaque jeudi, ils ont aussi affirmé tenir une partie de l'aéroport d'Abou el-Zouhour, l'un des deux principaux avec Taftanaz de la province d'Idleb (nord-ouest). Mais les hélicoptères décollant de Taftanaz survolent toujours la ville, vidée de la plupart de ses habitants, selon un journaliste de l'AFP.

Pénurie de pain


A Alep, métropole du nord entrée dans une guerre d'usure après plus d'un mois de combats, plusieurs quartiers ont été bombardés.

Selon un militant se présentant sous le nom d'Oussama, "même les écoles ne sont pas épargnées par les destructions". "Il y a toujours des files d'attente devant les boulangeries" et "parfois, il y a une pénurie totale de farine (...) Le plus dur, c'est de se procurer des médicaments, du pain et du lait pour nourrissons".

Plus au sud, l'armée a détruit la dernière boulangerie qui vendait encore du pain dans la ville rebelle de Qousseir (centre), selon des militants.

Sur le plan diplomatique, les monarchies arabes du Golfe ont demandé à la communauté internationale de prendre "des mesures efficaces" pour protéger les civils et appelé à un "transfert pacifique du pouvoir".

Le nouveau médiateur international Lakhdar Brahimi avait affirmé pour sa part samedi que le changement en Syrie était "inévitable", tout en se gardant d'appeler au départ du président Bachar al-Assad.

De son côté, le ministère syrien des Affaires étrangères a critiqué le président égyptien Mohamed Morsi après son discours virulent contre le "régime oppressif syrien", en estimant qu'il n'avait pas encore la stature d'un chef d'Etat.

Miné par les divisions, le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a décidé de s'élargir à de nouveaux groupes et de se réformer en élisant ses dirigeants fin septembre.

Première publication : 02/09/2012

  • SYRIE

    L'ASL concentre ses attaques sur les bases aériennes du régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les proches d’un intellectuel syrien pris en otage par de "faux rebelles"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Téhéran, Morsi défend la révolution syrienne, les interprètes iraniens travestissent ses propos

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)