Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Afrique

Le parquet suspend l'inculpation pour meurtre des grévistes de Marikana

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2012

Les 270 grévistes interpellés après la fusillade de la mine de Marikana, le 16 août, vont être remis en liberté conditionnelle. Le parquet a décidé de suspendre leur inculpation pour le meurtre de leurs collègues abattus par la police.

AFP - Le Parquet sud-africain a fait machine arrière dimanche en retirant l'inculpation de 270 mineurs grévistes pour le meurtre de 34 de leurs camarades abattus par la police à la mine de Marikana (nord), un drame qui avait ému tout le pays.

Arrêtés à Marikana le 16 août juste après que la police eut tiré sur une foule hostile de manifestants armés de lances et de machettes --faisant 34 morts et 78 blessés--, les mineurs avaient été inculpés pour meurtre jeudi, ce qui avait suscité l'indignation en Afrique du Sud, la décision du Parquet rappelant les bonnes vieilles méthodes de l'apartheid.

Les explications de la correspondante de France24

Le ministre de la Justice Jeff Radebe avait lui-même demandé des explications au Parquet, le procureur Esau Bodigelo n'ayant précisé sur quel texte il s'était basé.

De nombreux juristes estiment que le magistrat a utilisé une loi anti-émeutes de 1956, toujours en vigueur, qui était très prisée du temps de l'apartheid: le texte prévoit que soit inculpée pour meurtre toute personne arrêtée sur le site d'une fusillade impliquant la police, que les victimes soient des policiers ou non.

La chef du Parquet, Nomgcobo Jiba, a finalement annoncé lors d'une conférence de presse dimanche que cette inculpation controversée était suspendue et que les 270 mineurs allaient être libérés sous condition.

"L'inculpation pour meurtre des 270 suspects actuels, qui de toute façon était provisoire, va être provisoirement retirée par le tribunal lors de leur prochaine comparution", a-t-elle annoncé.

"La décision et l'annonce des chefs d'inculpation finalement retenus contre les personnes impliquées n'auront lieu qu'une fois que toutes les enquêtes auront été bouclées", a-t-elle ajouté, citant notamment la commission d'enquête installée par le président Jacob Zuma .

Les intéressés étaient également poursuivis pour complicité de meurtre, rassemblement interdit, port d'arme illégal ou menace contre des collègues non-grévistes.

Si les policiers n'ont pour l'instant pas été inquiétés --bien que des témoins et des journalistes ayant fureté sur place les eussent accusés d'avoir pourchassé et abattu de sang froid une bonne partie des victimes de Marikana--, les 270 mineurs étaient en prison depuis le 16 août.

Ils seront libérés dès lundi si leur adresse a pu être vérifiée, a précisé Mme Jiba. Ce qui n'est pas forcément évident, nombre d'entre eux habitant dans des bidonvilles aux abords de la mine.

Les avocats des intéressés avaient interpellé le président Zuma dans une lettre ouverte, lui donnant jusqu'à dimanche pour faire libérer leurs clients.

Le chef de l'Etat avait répondu qu'il "ne (pouvait) pas accéder à leur demande", soulignant que la justice était indépendante et rappelant qu'il avait mis en place une commission d'enquête.

Nomgcobo Jiba n'a pas précisé dimanche si elle avait subi une quelconque pression de l'exécutif.

Mais elle a tout de même défendu la décision du procureur qu'elle a suspendue: "La décision d'inculper les mineurs pour meurtre s'appuie sur une base juridique solide qui non seulement fait partie de notre législation depuis des décennies, mais demeure toujours pertinente et applicable dans notre système démocratique."

"Le Parquet a appliqué ce principe dans de nombreux cas auparavant. Son application à ce cas spécifique ne serait donc pas unique", a-t-elle ajouté.

La mine de platine de Marikana (groupe Lonmin) est quasiment paralysée depuis que 3.000 foreurs se sont mis en grève le 10 août pour exiger un triplement de leurs salaires.

Dix hommes, dont deux policiers et deux gardes de sécurité, ont été tués entre le 10 et le 12 août dans des affrontements intersyndicaux. Puis 34 personnes ont été abattues par la police le 16.

Première publication : 02/09/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    Inhumation d'une vingtaine de mineurs tués à Marikana

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Controverse juridique après l’inculpation pour meurtre des grévistes de Marikana

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    L'Afrique du Sud rend hommage aux 44 morts de Marikana

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)