Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Je n'imagine pas que j'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Afrique

Vers une réélection du président dos Santos, l'opposition dénonce des fraudes

Vidéo par Laure MANENT , Inès OLHAGARAY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2012

Alors que le président José Eduardo dos Santos s'apprête à être réélu après la victoire de son parti aux élections législatives, l'opposition angolaise dénonce des fraudes. Les observateurs étrangers, eux, jugent le scrutin "libre et transparent".

AFP - La réélection de José Eduardo dos Santos à la présidence de l'Angola se confirmait dimanche soir après la victoire de son parti aux élections de vendredi, et si l'opposition dénonce des fraudes, les observateurs étrangers ont jugé le scrutin "libre et transparent".

Le président dos Santos, âgé de 70 ans et au pouvoir depuis bientôt trente-trois ans, était le grand favori de ces élections, les troisièmes seulement depuis l'indépendance du Portugal en 1975.

Selon les derniers résultats partiels diffusés par la Commission nationale électorale (CNE), qui portent sur 85% des bureaux de vote, le parti présidentiel, le MPLA (Mouvement populaire pour la libération de l'Angola) a remporté un peu moins de 73% des suffrages, contre 81% lors des dernières élections en 2008.

L'Unita (Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola), ancien mouvement de guérilla qui combattit le MPLA pendant une longue guerre civile dévastatrice, progresse avec 18,2% des voix contre 10% en 2008, selon le site internet de la CNE dimanche après-midi.

Le tout récent parti Casa (Large convergence pour le salut de l'Angola), créé en mars dernier pour proposer une troisième voie, obtient 5,6%.

Le dépouillement devrait prendre plus de temps dans la province de la capitale Luanda, où vit un tiers des électeurs et où l'opposition semble en meilleure position que dans le reste du pays: selon des chiffres provisoires, l'Unita y obtient 25% et Casa 14%.

L'Unita dénonce des fraudes, mais les observateurs satisfaits


"L'Unita se prépare à présenter des documents montrant que les résultats diffusés par la Commission nationale électorale ne sont pas identiques à ceux relevés par les scrutateurs dans les bureaux de vote", a indiqué le principal parti d'opposition angolais sur son site internet. L'Unita tardait dimanche soir à donner plus de précisions.

"Le parti Casa s'apprête à faire la même chose et à contester les élections", a ajouté l'Unita.

Depuis janvier, le mouvement dénonce des irrégularités dans l'organisation du scrutin, pointant notamment des problèmes dans la constitution des listes d'électeurs et l'accrédidation des scrutateurs des partis. Elle a aussi déploré l'absence d'observateurs européens lors du vote.

La mission d'observation de la Communauté des pays lusophones, celle de l'Union africaine (UA) ont cependant salué de concert des élections "libres et transparentes".

"Des améliorations sont toutefois souhaitables dans l'accréditation des observateurs nationaux et internationaux et celle des scrutateurs des partis", a indiqué l'ancien président cap-verdien Pedro Verona Pires, qui dirigeait les observateurs de l'UA, dans une déclaration commune des missions.

"L'attribution des fonds publics aux partis pour le financement de la campagne et leur accès aux médias publics devrait également être amélioré", a-t-il ajouté.

Dimanche matin, le quotidien gouvernemental Jornal de Angola proclamait sur son site internet "le MPLA, grand gagnant des élections générales de 2012" et "la tête de liste du parti, José Eduardo dos Santos, (...) élu président de la République."

Les Angolais ont renouvelé les 220 membres de leur Parlement. La Constitution modifiée en 2010 prévoit que le chef du parti qui remporte les législatives devient automatiquement président de la République pour cinq ans.

Malgré les critiques de l'opposition, le vote de vendredi, le deuxième depuis la fin de la guerre civile en 2002, s'est déroulé dans le calme.

Deuxième producteur de pétrole d'Afrique derrière le Nigeria, l'Angola a enregistré une croissance moyenne de 10% sur la dernière décennie, mais la grande majorité de la population vit dans la pauvreté et la corruption est souvent dénoncée.
 

Première publication : 02/09/2012

  • ANGOLA

    Le parti du président Dos Santos largement en tête des législatives

    En savoir plus

  • ANGOLA

    Les Angolais ont voté, Dos Santos favori

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)