Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

FRANCE

La France a franchi le cap des 3 millions de chômeurs, selon Michel Sapin

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2012

La France compte désormais plus de trois millions de demandeurs d'emploi sans activité, a affirmé Michel Sapin, le ministre du Travail, ce dimanche, estimant que le taux de chômage allait encore augmenter dans les prochains mois.

AFP - Le seuil symbolique des 3 millions de demandeurs d'emploi sans activité, quasiment atteint fin juillet, est désormais franchi, sans espoir d'amélioration à court terme, a affirmé dimanche le ministre du Travail Michel Sapin, à l'issue d'une semaine chargée sur le front de l'emploi.

"Les 3 millions c'est déjà fait", a déclaré à Radio J le ministre, interrogé sur le nombre de demandeurs d'emploi qui, fin juillet, frôlaient déjà les 3 millions en métropole (2,987 millions).

"Les chiffres du mois de juillet sont aujourd'hui dépassés, on est en septembre. (...) D'ailleurs l'outre-mer fait partie de la France, donc si vous prenez le chômage en outre-mer, vous avez dépassé les 3 millions", a-t-il ajouté.

DOM compris, 3,232 millions demandeurs d'emploi sans aucune activité étaient recensés fin juillet -- 4,733 millions au total, en incluant ceux avec une activité réduite.

Interrogé lors de l'émission "Tous politiques" de France Inter/AFP/Le Monde, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a admis dimanche que le nombre des demandeurs d'emploi était "très violent", sans confirmer le nombre de 3 millions en métropole.

Il a simplement reconnu que le chiffre de 3 millions était exact "si l'on ajoute les chiffres en métropole et en outre-mer". Et "la situation est préoccupante", a-t-il souligné.

Après les chiffres "vraiment mauvais" de juillet, les partenaires sociaux comme le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly, ont appelé le gouvernement "à modifier sa politique économique". Le leader de la CFDT, François Chérèque, a prôné ce week-end une "accélération des réformes".

Pour Michel Sapin, "la question est : est-ce que cela va augmenter encore beaucoup? Oui, cela va augmenter". "Est-ce qu'à un moment donné on peut l'inverser ? Oui, on peut l'inverser. Ce sont des décisions économiques, ce sont des décisions européennes qui sont là".

"Il faut de la croissance pour pouvoir créer des emplois et ainsi lutter véritablement contre le chômage", a-t-il souligné.

Face à l'urgence, le président de la République, François Hollande, a consacré mercredi dernier le premier conseil des ministres de la rentrée à "la bataille pour l'emploi", considérée comme "l'enjeu numéro un du quinquennat".

Michel Sapin y a présenté sa première mesure phare, les "emplois d'avenir" pour les jeunes non qualifiés, visant 150.000 contrats en 2014, dont 100.000 dès 2013.

Après ce projet suivront en 2013 les "contrats de génération", qui vont "permettre à des jeunes de rentrer dans l'emploi en CDI et permettre à des plus âgés de rester dans l'entreprise", a rappelé M. Sapin.

L'ouverture de la négociation est prévue "dans quelques jours" avec l'objectif de créer 500.000 contrats en cinq ans.

Le gouvernement lancera aussi la délicate négociation sur la "sécurisation de l'emploi" le 10 septembre en transmettant aux partenaires sociaux un document d'orientation.

"Le contrat de travail n'est plus un contrat stable", a affirmé M. Sapin pour lequel il faut "revoir cela pour donner plus de sécurité dans l'emploi".

Mais, pour Michel Sapin, "de l'autre côté", les entreprises doivent aussi "pouvoir s'adapter" aux nouvelles donnes économiques.

"Il faut permettre une adaptation en terme d'organisation du travail, en terme de localisation de l'emploi, aussi en terme de quantité d'emplois", a estimé le ministre, choisissant, à l'instar du Premier ministre Jean-Marc Ayrault cette semaine, de parler d'"adaptation" plutôt que de "flexibilité".

"Je ne sais pas ce que c'est que la flexibilité, je sais ce que cela veut dire dans la bouche de certains, cela veut dire qu'il faut que les salariés courbent l'échine", a-t-il lancé.

Les salariés "ne doivent pas être des variables d'ajustement", a insisté M. Ayrault sur France Inter.

Première publication : 02/09/2012

  • FRANCE

    Crise : Hollande presse son gouvernement d'enclencher la vitesse supérieure

    En savoir plus

  • FRANCE

    Chômage : forte hausse du nombre de demandeurs d'emploi en juillet

    En savoir plus

  • FRANCE

    Décès du chômeur qui avant tenté de s’immoler par le feu à Mantes-la-Jolie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)