Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un attentat meurtrier vise des responsables américains à Peshawar

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2012

Au moins quatre personnes ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée, ce lundi, visant des diplomates américains près des bureaux de l’ONU à Peshawar (nord-ouest du Pakistan). Parmi les nombreux blessés figurent deux Américains.

AFP - Un attentat suicide à la voiture piégée ciblant des diplomates américains a fait au moins quatre morts et de nombreux blessés, incluant deux Américains dont le sort restait incertain, lundi à Peshawar, ville troublée du nord-ouest pakistanais, considéré comme un sanctuaire des talibans.
              
"Deux employés américains et deux Pakistanais membres du personnel du consulat (de Peshawar) ont été blessés et reçoivent des traitements médicaux. Aucun employé du consulat n'a été tué, mais nous cherchons à savoir s'il y a eu d'autres victimes de cet acte haineux", a indiqué l'ambassade américaine à Islamabad dans un communiqué.
              
Mian Iftikhar Hussain, le ministre de l'Information de la province locale de Khyber Pakhtunkhwa, avait d'abord annoncé que "l'explosion avait tué deux Américains". Après la diffusion du communiqué de l'ambassade américaine, il a confirmé sa déclaration et précisé que l'attaque avait tué quatre personnes.
              
L'ambassade américaine n'évoque dans son communiqué que le sort de ses employés du consulat, laissant ouverte la possibilité que des ressortissants américains non diplomates (CIA, contractants privés ou autres...) aient été tués ou blessés.
              
Les autorités américaines ont néanmoins confirmé qu'un véhicule du consulat avait été la cible de ce "qui semble être une attaque terroriste".
              
L'attentat est survenu lundi matin à Peshawar près des bureaux du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et d'un quartier résidentiel où sont installés des employés du consulat américain et des bureaux d'ONG étrangères.
              
Quatre policiers pakistanais en service ont été blessés lors de l'attaque, selon les autorités pakistanaises. "Aucun de nos employés n'a été blessé", a dit à l'AFP Duniya Aslam Khan, porte-parole du HCR pour le Pakistan.
              
Selon des premières indications, un véhicule avec une bombe à l'intérieur était stationné en bordure de la route à 25 mètres des bureaux du HCR avant d'exploser. Mais d'après de nouvelles informations, un kamikaze a foncé sur le véhicule du consulat américain qui circulait sur la route.
              
"Le kamikaze a foncé avec sa voiture dans le véhicule d'une mission étrangère", a dit le chef de la police de Peshawar, Imtiaz Altaf. "Le véhicule contenait entre 100 et 110 kilos d'explosif, incluant plus de dix obus de mortiers", a-t-il ajouté.
              
L'explosion a presque complètement détruit le 4 x 4 diplomatique américain et laissé un cratère d'environ 30 centimètres de diamètre dans la route, selon un journaliste de l'AFP sur place. Les autorités ont aussi retrouvé un passeport américain à moitié brûlé dans la carcasse du 4 x 4.
              
L'attentat n'a pas été officiellement revendiqué par les insurgés talibans qui sont la cible répétée d'attaques de drones américains dans des zones tribales du nord-ouest pakistanais, près de la frontière afghane.
              
Le Pakistan estime que ces attaques constituent une violation de sa souveraineté nationale et attisent des sentiments anti-américains déjà très forts dans la population de ce pays musulman de plus de 180 millions d'habitants.
              
Des analystes et des médias pakistanais estiment toutefois qu'il y a un accord tacite sur le sujet entre Washington, premier bailleur de fonds du Pakistan, et son allié Islamabad, qui a vu nombre de ses ennemis du Mouvement des talibans pakistanais (TTP) périr ces dernières années dans ces attaques de drones.
              
Washington ne compte toutefois pas renoncer à ces opérations destinées notamment à éviter que des talibans et combattants d'Al-Qaïda ne se regroupent pour échafauder des attaques en Afghanistan ou en Occident.


 

Première publication : 03/09/2012

  • PAKISTAN

    Arrestation de l'imam à l'origine de la plainte contre une chrétienne accusée de blasphème

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Dix morts dans l'attaque d'une base aérienne pakistanaise

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le Pakistan frappé par deux attaques terroristes simultanées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)