Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

LE DÉBAT

Marine Le Pen au Liban : que va chercher la candidate du FN ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Marine Le Pen au Liban : que va chercher la candidate du FN ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Dakota du Nord : les Amérindiens demandent le gel du chantier de l'oléoduc

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vanessa Wagner, le piano engagé d'une virtuose classique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Grèce de nouveau au menu de l'Eurogroupe

En savoir plus

FRANCE

Henri Guaino candidat à la présidence de l'UMP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2012

Le député des Yvelines, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a officiellement annoncé sa candidature à la présidence de l'UMP au "Figaro". Il devra recueillir les 8 000 parrainages nécessaires d'ici le 18 septembre.

AFP - Le député UMP des Yvelines Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, annonce qu'il est candidat à la présidence de l'UMP, dans un entretien au Figaro à paraître mardi.
             
"Oui je suis candidat", déclare-t-il dans cette interview exclusive.
             
Agé de 55 ans, plume du président Nicolas Sarkozy pendant tout le quinquennat, M. Guaino a été élu député de la 3e circonscription des Yvelines en juin dernier. Il veut concourir à l'élection de la présidence de l'UMP des 18 et 25 novembre, à laquelle sont déjà candidats François Fillon, Jean-François Copé, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet.
             
"C'est une décision qui ne se prend pas à la légère. Je n'avais pas, au départ, l'intention de me lancer dans cette aventure. C'est la tournure qu'a pris le débat qui m'a poussé à prendre cette décision. Il y a dans cette histoire écrite d'avance, quelque chose qui ne correspond pas à ma conception de la politique", explique Henri Guaino.
             
"Le débat à l'UMP ne peut se résoudre à cet affrontement dans lequel beaucoup d'adhérents, et moi le premier, ne se retrouvent pas. A-t-on jamais vu une élection où seuls deux candidats auraient le droit de se présenter ?", se demande-t-il dans une allusion au duel Fillon-Copé attendu.
             
"Après mûre réflexion, une réflexion qui a cheminé tout l'été", Henri Guaino a donc "souhaité offrir aux adhérents la possibilité de mettre un terme à ce tête à tête".
             
Alors qu'il part à la recherche des quelque 8.000 parrainages requis, formera-t-il un ticket avec Christian Estrosi, qui aimerait aussi se lancer dans la course ? "Vous le saurez d'ici le 18 septembre", date-limite du dépôt des candidatures, répond-il, énigmatique.
             
Lui, le gaulliste social, n'est-il pas sur le même créneau que François Fillon ? "Si je retrouvais ma conception du gaullisme ou du séguinisme dans l'un des candidats, je ne me présenterais pas", lâche M. Guaino.

 

 

Première publication : 03/09/2012

  • FRANCE

    Copé annonce officiellement sa candidature à la présidence de l'UMP

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nathalie Kosciusko-Morizet brigue officiellement la présidence de l'UMP

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Fillon officiellement candidat à la présidence de l'UMP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)