Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

Asie - pacifique

La secte Moon pleure son "seul et unique Messie"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/09/2012

Sun Myung-moon, fondateur de l’Église de l’unification, connue sous le nom de secte Moon, est mort le 3 septembre, en Corée du Sud, à l'âge de 92 ans. Originaire d’une famille d’agriculteurs coréens, il laisse derrière lui un empire économique.

Le milliardaire sud-coréen Sun Myung-moon , fondateur de L’Église de l’unification ou secte Moon,  avait été hospitalisé, près de Séoul, il y a plus de deux semaines pour des complications consécutives à une pneumonie. Il laisse derrière lui une organisation religieuse devenue au fil des années un vaste empire économique à l'échelle planétaire. Selon les chiffres diffusés par l’organisation, ce sont plus de trois millions de fidèles qui, à travers 200 pays, pleurent aujourd’hui la disparition de celui qu’ils considèrent comme "le Vrai Père", et  "le seul et unique Messie dans l’Histoire humaine".

Qualifiée par ses détracteurs de secte pratiquant le lavage de cerveau sur ses adeptes,

Analyse du correspondant RFI/FRANCE 24 à Séoul

les "moonistes", l’Église de l’unification prêche des préceptes inspirés de la Bible – comme celui énonçant que l’Homme est à l’image de Dieu. Mais l’enseignement de Sun Myung-moon comporte aussi de nouvelles interprétations du texte saint, que l’Église catholique condamne et qualifie d’hérétiques.

"Moon voit Dieu d'un point de vue essentiellement coréen, combinant dans une forme chrétienne la passion chamaniste et les modèles confucéens de la famille," écrit ainsi Michael Breen dans son livre "Les Coréens". "Son Dieu est le pauvre parent qui, solitaire, souffre dans un monde d'enfants ingrats et mauvais".

Célèbre pour ses impressionnants mariages collectifs au cours desquels Sun Myung-moon bénissait l’union de milliers de couples à la fois, la secte Moon n’en est pas moins un véritable empire économique fort de dizaines d’entreprises.

Ses ramifications dans le monde des affaires s'étendent aux secteurs de la construction, de l'éducation et des médias – la secte possédait notamment le "Washington Times", qu'elle a créé en 1982 - en passant par l'alimentaire, l'ingénierie et l’automobile – elle cogère une usine en Corée du Nord.

Sun Myung-moon reçoit l’appel de Jésus à 15 ans

Né en 1920 dans une modeste famille d’agriculteurs dans ce qui est aujourd’hui la Corée du Nord, Sun Myung-moon dit avoir été appelé, à l’âge de 15 ans, par Jésus lui-même. ce dernier lui aurait demandé de poursuivre sa tâche inachevée sur Terre.

Se définissant alors comme le "nouveau Messie", le précheur part porter sa bonne parole. Mais dans la Corée du Nord communiste d’après-guerre, cela lui vaut d’être torturé et envoyé dans un camp de travail, selon la biographie présentée sur le site internet de la secte. Il est libéré en 1950, lorsque les gardes fuient l'arrivée des soldats américains durant la guerre de Corée.

Rejeté par les églises protestantes coréennes, il construit sa première église en récupérant des gamelles usagées de l'armée. Il commence à y enseigner ses "Principes divins" et envoie des missionnaires au Japon et aux États-Unis.

C’est en 1954 qu’il fonde, à Séoul, l'Église de l'unification, sous le nom de "L'Association de l'esprit sacré pour l'unification de la chrétienté mondiale". Durant la guerre froide, Sun Myung-moon s’opposera farouchement à l’idéologie communiste, notamment à travers le mouvement Causa. Il fera sa première tournée mondiale en 1965 et s’installera aux États-Unis à partir de 1970 - le siège de la secte se trouve encore aujourd’hui au New Yorker Hotel, à New York.

Quatre ans plus tard, il rencontre Richard Nixon à la Maison Blanche et suscite une vaste polémique lorsqu’il demande aux Américains de pardonner leur président après le scandale du Watergate.

En 1981, il est condamné pour évasion fiscale aux États-Unis, une décision motivée, selon son église, par la volonté de lui faire quitter le pays. Il passera plus d’un an en prison.

L’Église de l’unification est aujourd’hui l’une des organisations religieuses les plus controversées au monde, et plusieurs pays, dont la France, où la secte Moon existe sous la forme juridique d'une association de loi 1901, la considère comme un "mouvement à caractère sectaire".

Sun Myung-moon a eu 14 enfants. Le quatrième de ses sept fils a pris la tête des entreprises de la secte, tandis que le plus jeune, Hyung Jin-moon, alors âgé de 28 ans, lui a succédé en 2008 à la tête de l’Église de l’unification. La secte devrait continuer de prospérer malgré la mort de son fondateur.

Première publication : 03/09/2012

COMMENTAIRE(S)