Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Karachi : Ziad Takieddine porte plainte contre Édouard Balladur

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2012

L'intermédiaire en armements Ziad Takieddine, mis en examen dans l'affaire Karachi, a porté plainte, lundi, contre l'ex-Premier ministre Édouard Balladur devant la Cour de justice de la République pour complicité et recel d'abus de biens sociaux.

AFP - Edouard Balladur est visé par une plainte de l'intermédiaire en armements Ziad Takieddine devant la Cour de justice de la République (CJR), seule juridiction à pouvoir enquêter sur le rôle de l'ancien Premier ministre dans le volet financier de l'affaire Karachi.
             
M. Takieddine, mis en examen dans ce dossier, a déposé plainte lundi contre M. Balladur pour complicité et recel d'abus de biens sociaux au détriment d'une filiale de la Direction des constructions navales (DCN) et d'une société de commercialisation d'armes, la Sofresa.
             

Comprendre l'affaire Karachi en quelques clics

Il estime que l'enquête des juges sur le volet financier de l'affaire Karachi s'est concentrée sur le financement de la campagne électorale de 1995 de l'ancien Premier ministre, en dehors du champ d'investigation qui leur était assigné.
             
Les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire soupçonnent que des rétrocommissions en marge de contrats d'armement signés avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite ont servi à financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur.
             
"M. Takieddine, sans souscrire d'aucune façon à la thèse unique du juge Van Ruymbeke mais prenant ce dernier à son propre jeu pour les besoins de la présente plainte, dépose formellement plainte auprès de la Commission des requêtes près la CJR à l'encontre d'Edouard Balladur", selon la plainte.
             
"L'instruction, dont on aurait pu légitimement croire qu'elle était destinée à rechercher l'origine, sous ses aspects financiers, de l'attentat de Karachi (...), s'est en réalité concentrée sur le financement de la campagne électorale d'Edouard Balladur alors Premier ministre", ajoute la plainte.
             
Interrogé par l'AFP, l'entourage d'Edouard Balladur s'est de son côté refusé à tout commentaire.
                       
Une gesticulation de plus ?            
             

Cette plainte vient "suppléer l'abstention fautive des institutions judiciaires les plus hautes" car s'agissant d'actes accomplis par des membres de gouvernement dans l'exercice de leur fonction, "le procureur général près la Cour de cassation aurait pu saisir la CJR", estime Me Francis Vuillemin, l'un des avocats de M. Takieddine.
             
Dans cette enquête, Ziad Takieddine a été mis en examen pour complicité et recel d'abus de biens sociaux.
             
La recevabilité de la plainte de M. Takieddine doit être étudiée par la commission des requêtes de la CJR, premier filtre avant d'être éventuellement instruite par la commission d'instruction.
             
Pour Me Olivier Morice, avocat des familles de victimes de l'attentat de Karachi, "il s'agit d'une gesticulation de plus de la part de M. Takieddine qui est totalement irrecevable à saisir la CJR".
             
"Faire croire qu'il est victime de M. Balladur alors qu'il a été imposé par le gouvernement du Premier ministre et s'est ainsi enrichi de façon illicite relève d'un profond cynisme à l'égard des familles de victimes", ajoute t-il.
             
De son côté, Me Marie Dosé, avocat d'un blessé de l'attentat, juge que "c'est plutôt pathétique. C'est une manoeuvre de diversion après les déclarations d'El-Assir" mettant en cause M. Takieddine.
       
      
Abdulrahmane El-Assir, l'ex-associé de l'homme d'affaires Ziad Takieddine, a été récemment mis en examen dans le dossier. M. El-Assir, récemment retrouvé en Suisse, doit être prochainement entendu par le juge Van Ruymbeke.
             
L'enquête des juges Van Ruymbeke et Le Loire a mis au jour le versement d'importantes sommes en espèces sur le compte de campagne de M. Balladur, d'un total 20 millions de francs (3 millions euros) dont 10 millions en une seule fois au lendemain du 1er tour.
             
Pour Me Dosé, les magistrats ont "encore énormément de travail à faire sur commission rogatoire avant de considérer qu'il puisse être temps de mettre en cause M. Balladur".

Première publication : 03/09/2012

  • FRANCE

    Affaire Karachi : Sarkozy et Hortefeux visés par une plainte de familles de victimes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les victimes de l'attentat de Karachi commémorent le 10e anniversaire du drame

    En savoir plus

  • AFFAIRE KARACHI

    Villepin entendu par les juges, les proches de Chirac dans le collimateur de la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)