Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

Afrique

Ennahda "veut mettre le grappin" sur les médias publics tunisiens

© FRANCE24

Vidéo par David THOMSON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/09/2012

Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement tunisien a remplacé de nombreux directeurs de rédaction au sein des médias publics. Officiellement, il affirme vouloir assainir le secteur mais les journalistes craignent d'être muselés.

Lundi 3 septembre, ils étaient venus interpeller les députés islamistes jusque dans les couloirs de l'Assemblée à Tunis. Les journalistes du quotidien "Essabah", ancienne propriété d’un gendre de Ben Ali, s’opposent depuis une semaine à la nomination par le gouvernement d'un nouveau directeur, Lotfi Touati, proche de l'actuel ministre de l'Intérieur. 

"Le problème, c’est que le gouvernement veut mettre le grappin sur les médias, s’insurge Mona Ben Gamra, journaliste à "Essabah". On a tout compris. Il y a un complot qui se fomente autour du journal, après ils mettront la main sur tous les médias tunisiens".

L’opposition craint "une dictature"

Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement, dominé par les islamistes d'Ennahda, a nommé, sans consultation des rédactions et des organisations professionnelles, des nouvelles directions à la tête de télévisions, radios et journaux publics. Les journalistes les accusent de vouloir contrôler les organes de presse ainsi que leurs lignes éditoriales en vue des prochaines élections générales en 2013.

L'émission satirique politique des Guignols tunisiens, qui s’en prenait régulièrement aux membres du gouvernement, a brusquement été arrêtée fin août. Le patron de la chaîne privée Ettounsiya TV, Sami Fehri, a également été placé en détention dans le cadre d'une affaire de corruption à l'époque de Ben Ali.

Le message du gouvernement est clair : assainir les médias tunisiens des défenseurs de l’ancien régime. "Le mot nettoyer est dur, précise la vice-présidente de l'Assemblée (Ennahda), Mehrezia Labidi, interpellée par les journalistes en colère. Mais il faut faire la lumière sur les gens corrompus dans ce secteur". De son côté, l'organisation Reporters sans frontières (RSF) a fait part de "son mécontentement et son incompréhension face à la poursuite des nominations arbitraires à la tête des médias publics" tout en dénonçant la "mainmise" des autorités tunisiennes sur ces mêmes médias.

Dans ce bras de fer, les journalistes sont soutenus par une partie de l'opposition. Certains députés n'hésitent pas à parler d'un risque de retour de la dictature en Tunisie à l’image d’Ahmed Brahim, député secrétaire général du parti El Massar. "Si ce phénomène d'hégémonie se poursuit, il y a lieu de s'inquiéter pour le futur du pays. Nous sommes en face d'une tentative de mise en place d'une dictature".

La discorde est loin d’être terminée. Récemment, un proche conseiller du Premier ministre a menacé de diffuser une liste noire des médias corrompus en Tunisie. Une grève des rédactions est également prévue le 11 septembre.

Première publication : 04/09/2012

  • TUNISIE

    Pourquoi Ennahda redoute de s'en prendre aux salafistes ?

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Un élu français agressé par des salafistes en Tunisie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les opposants au régime se rassemblent à Sidi Bouzid, ville symbole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)