Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

EUROPE

Moody's n'exclut pas d'abaisser la note de l'Union européenne

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2012

Moody's a révisé sa perspective sur la note des dettes à long terme de l'UE, qui passe de "stable" à "négative". L’agence n’exclut pas d’abaisser la note de l'UE si ses plus gros contributeurs comme l’Allemagne ou la France perdent leur triple A.

AFP - L'agence de notation Moody's a ramené lundi de "stable" à "négative" la perspective de la note qu'elle accorde à l'Union européenne, disant s'aligner sur les baisses de perspectives d'importants pays membres comme l'Allemagne et la France.

Moody's signifie ainsi qu'elle n'exclut pas d'abaisser la note de l'UE à moyen terme, même si dans l'immédiat elle l'a maintenue à "Aaa", soit le plus haut niveau possible dans sa classification.

L'action de l'agence "reflète les perspectives négatives assortissant maintenant les notations Aaa de contributeurs clés au budget de l'UE: l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, qui ensemble représentent 45% des recettes budgétaires de l'UE", explique-t-elle dans son communiqué.

Moody's avait abaissé le 23 juillet à "négative" la perspective de sa note pour l'Allemagne, le Pays-Bas et le Luxembourg, trois pays notés "Aaa", en raison de "l'incertitude croissante" sur l'issue de la crise en zone euro. Elle avait aussi indiqué à l'époque qu'elle réexaminerait "à la fin du troisième trimestre" le triple A accordé à la France et à l'Autriche, deux pays déjà placés sous perspective négative depuis février. Le Aaa du Royaume-Uni est pour sa part sous perspective négative depuis décembre.

Tout en reconnaissant que le profil de crédit de l'UE est renforcé par "des mesures structurelles en place", Moody's juge "raisonnable de partir du principe que la probabilité de défaut de l'UE sur sa dette est la même que celle de ses membres les mieux notés.

Moody's explique qu'elle pourrait dégrader la note de l'UE si elle dégradait la note de certains de ses membres, prévenant qu'elle serait "particulièrement sensible" à des changements de note pour l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

Un "affaiblissement de l'engagement des pays membres envers l'UE" ou "des changements au cadre budgétaire de l'UE conduisant à une gestion moins prudente" pourrait aussi avoir des effets négatifs.

La Commission européenne peut emprunter de l'argent sur les marchés au nom de l'UE pour faire des prêts aux pays membres, notamment dans le cadre du mécanisme européen de stabilisation financière qui a servi pour les pays frappés par la crise de la dette. L'UE est également un garant pour certains emprunts de la Banque européenne d'investissement (BEI).

Première publication : 04/09/2012

  • EMPLOI

    La France a franchi le cap des 3 millions de chômeurs, selon Michel Sapin

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Espagne peut-elle entraîner l'Allemagne dans sa chute ?

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Berlin menacé de perdre son triple A

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)