Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

Moody's n'exclut pas d'abaisser la note de l'Union européenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2012

Moody's a révisé sa perspective sur la note des dettes à long terme de l'UE, qui passe de "stable" à "négative". L’agence n’exclut pas d’abaisser la note de l'UE si ses plus gros contributeurs comme l’Allemagne ou la France perdent leur triple A.

AFP - L'agence de notation Moody's a ramené lundi de "stable" à "négative" la perspective de la note qu'elle accorde à l'Union européenne, disant s'aligner sur les baisses de perspectives d'importants pays membres comme l'Allemagne et la France.

Moody's signifie ainsi qu'elle n'exclut pas d'abaisser la note de l'UE à moyen terme, même si dans l'immédiat elle l'a maintenue à "Aaa", soit le plus haut niveau possible dans sa classification.

L'action de l'agence "reflète les perspectives négatives assortissant maintenant les notations Aaa de contributeurs clés au budget de l'UE: l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, qui ensemble représentent 45% des recettes budgétaires de l'UE", explique-t-elle dans son communiqué.

Moody's avait abaissé le 23 juillet à "négative" la perspective de sa note pour l'Allemagne, le Pays-Bas et le Luxembourg, trois pays notés "Aaa", en raison de "l'incertitude croissante" sur l'issue de la crise en zone euro. Elle avait aussi indiqué à l'époque qu'elle réexaminerait "à la fin du troisième trimestre" le triple A accordé à la France et à l'Autriche, deux pays déjà placés sous perspective négative depuis février. Le Aaa du Royaume-Uni est pour sa part sous perspective négative depuis décembre.

Tout en reconnaissant que le profil de crédit de l'UE est renforcé par "des mesures structurelles en place", Moody's juge "raisonnable de partir du principe que la probabilité de défaut de l'UE sur sa dette est la même que celle de ses membres les mieux notés.

Moody's explique qu'elle pourrait dégrader la note de l'UE si elle dégradait la note de certains de ses membres, prévenant qu'elle serait "particulièrement sensible" à des changements de note pour l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

Un "affaiblissement de l'engagement des pays membres envers l'UE" ou "des changements au cadre budgétaire de l'UE conduisant à une gestion moins prudente" pourrait aussi avoir des effets négatifs.

La Commission européenne peut emprunter de l'argent sur les marchés au nom de l'UE pour faire des prêts aux pays membres, notamment dans le cadre du mécanisme européen de stabilisation financière qui a servi pour les pays frappés par la crise de la dette. L'UE est également un garant pour certains emprunts de la Banque européenne d'investissement (BEI).

Première publication : 04/09/2012

  • EMPLOI

    La France a franchi le cap des 3 millions de chômeurs, selon Michel Sapin

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Espagne peut-elle entraîner l'Allemagne dans sa chute ?

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Berlin menacé de perdre son triple A

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)