Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Les aéroports de Damas et d’Alep dans la ligne de mire des rebelles

Vidéo par Pauline SIMONET

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 05/09/2012

Soucieuse de réduire la supériorité aérienne des forces syriennes, la rébellion annonce que les aéroports de Damas et d’Alep, qui selon elle sont utilisés à des fins militaires, seront considérés comme des "cibles" à partir du 10 septembre.

À défaut d’avoir des armes anti-aériennes, les rebelles syriens menacent de contrer la maîtrise du ciel de l'armée régulière en s’attaquant aux principaux aéroports civils du pays. Précisément ceux de Damas et d’Alep, qu’ils jugent être utilisés par le régime de Bachar al-Assad à des fins militaires. Un ultimatum lancé en fin de semaine dernière par l’Armée syrienne libre, recommandant aux compagnies aériennes d'annuler leurs vols vers ces deux villes syriennes, devait arriver à expiration mardi. Mais le délai a été repoussé jusqu’au 10 septembre, à minuit.

"Cibles militaire légitimes"
 
"Suite à la demande de plusieurs compagnies aériennes internationales, l’ultimatum a été reporté au 10 septembre, c'est-à-dire qu’à partir de cette date, les aéroports de Damas et d’Alep seront considérés comme des cibles militaires légitimes", a déclaré, ce mardi, Bassam el-Dada, conseiller politique de l’ASL sur l’antenne arabe de FRANCE 24. Joint au téléphone à Ankara, en Turquie, il accuse le régime syrien "d’avoir transformé ces aéroports en plateformes militaires servant aux transports de troupes, à leur ravitaillement en armes et en munitions via des avions civils syriens, iraniens et russes".
 
Et ce, pas uniquement pour gagner du temps. Un document de l’ASL, posant le premier ultimatum et cité dans un article publié le 31 août par le quotidien saoudien "Al-Sharq al-Awsat", affirmait que l’armée de l’air syrienne était contrainte d’utiliser les aéroports civils du pays "après plusieurs attaques rebelles qui ont porté un préjudice grave à des aérodromes militaires". Au cours du mois d’août, les attaques de la rébellion contre les aéroports et les appareils de l'armée de l'air syrienne se sont en effet multipliées, notamment sur la base aérienne de Boukamal (est), l'aéroport militaire de Hamdane (près de la frontière irakienne) et ceux de Taftanaz et d’Abou el-Zouhour (nord-ouest). Si elle affirme avoir détruit plusieurs appareils lors de leurs différentes opérations, l’ASL reconnaît toutefois ne pas avoir réussi à mettre un terme aux bombardements aériens.
 
Guerre ouverte
 
Bilan humanitaire catastrophique en août

Face aux violences, plus de 100.000 Syriens se sont réfugiés dans les pays voisins en août, "le chiffre mensuel le plus élevé depuis le début du conflit" en mars 2011, a annoncé le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) à Genève.

Au total, quelque 235.000 Syriens ont fui la Syrie et 1,2 million ont été déplacés dans le pays.

Source : AFP

"Nous sommes en guerre ouverte contre le régime, nous nous devons de répondre aux frappes aériennes qui visent notre peuple", explique Bassam el-Dada. Et d’ajouter : "Si nous étions irresponsables, nous n’aurions pas adressé un ultimatum aux compagnies civiles, par conséquent la responsabilité de ce qui arrivera dans le futur incombera au pouvoir illégitime en Syrie et à ses alliés russes".
 
Moscou, justement, a estimé, mardi 4 septembre dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères russe, que l’attaque des aéroports civils était une "ligne rouge" à ne pas franchir. "En cas de réalisation de cette menace, la responsabilité en incomberait non seulement aux exécutants, mais aussi à leurs protecteurs", conclut le ministère.
 
"Les Russes devraient avoir honte de fixer des lignes rouges à un peuple qui se fait massacrer", a riposté Bassam el-Dada.

 

Première publication : 04/09/2012

  • SYRIE

    Le chef de la Croix-Rouge aborde la situation humanitaire avec Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des dizaines de milliers de réfugiés syriens bloqués à la frontière syro-turque

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attaque meurtrière à Hama, attentat à la bombe à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)