Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Les États-Unis accusent BP de "négligence manifeste" dans le golfe du Mexique en 2010

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2012

Le département de la Justice américain, qui veut établir la responsabilité de BP dans la marée noire du golfe du Mexique survenue en 2010, a évoqué dans des documents des exemples "de négligence manifeste" dans la gestion de la catastrophe.

REUTERS - Le département de la Justice américain durcit le ton envers BP, donnant dans de nouveaux documents transmis au tribunal des exemples de ce qu'il qualifie "de négligence manifeste et de mauvaise gestion délibérée" dans le cadre de la gigantesque marée noire survenue en 2010 dans le golfe du Mexique en 2010.

Les autorités américaines veulent établir la responsabilité du groupe pétrolier britannique dans la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis.

"Le comportement, les termes et les décisions de ces dirigeants de BP auraient été inacceptables dans une entreprise de taille moyenne, fabricant des articles de bonneterie mis en vente dans un centre commercial de banlieue", écrivent les avocats du gouvernement dans un document transmis le 31 août à la cour fédérale de la Nouvelle Orléans.

Les avocats précisent qu'ils ont décidé de fournir des exemples des négligences supposées de BP au vu, selon eux, des tentatives entreprises par la société auprès d'un juge fédéral pour être exonérée de toute responsabilité.

Fin juillet, une agence fédérale américaine avait déjà souligné des manquements déjà pointés dans de précédentes enquêtes sur l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon.


Le rapport du Chemical Safety Board avait dénoncé de la part de BP et Transocean "de multiples carences dans le système de gestion de la sécurité qui ont contribué à l'accident".
BP, propriétaire majoritaire et opérateur du puits Macondo, risque toujours des sanctions au civil voire au pénal.

Le groupe britannique a déjà provisionné 37,2 milliards de dollars pour faire face à la catastrophe et la marée noire pourrait lui coûter au total 69 milliards si la justice juge BP coupable de faute grave, ce que le groupe conteste avec vigueur.

Le 20 avril 2010, l'explosion d'une bulle de méthane a fait 11 morts sur la plate-forme de forage, déclenchant la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis. Près de cinq millions de barils de pétrole se sont répandus pendant près de trois mois dans le golfe du Mexique, souillant les côtes de quatre Etats.

Personne n'était immédiatement disponible chez BP pour commenter l'information.
 

Première publication : 05/09/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Accord à l'amiable entre BP et les victimes de la marée noire du golfe du Mexique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    BP obtient un règlement partiel dans le procès de la marée noire de 2010

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un an après la marée noire en Louisiane, le risque est toujours présent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)